Mali: dispersion à Bamako de manifestants nocturnes pour le départ du président Keïta

9
Les forces de l’ordre ont dispersé mercredi matin à Bamako des manifestants nocturnes qui avaient prolongé un rassemblement organisé la veille par l’opposition pour la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta, a constaté un journaliste de l’AFP.

“C’est à 07H45 (locales et GMT) que nous avons été gazés. Certains mangeaient, d’autres faisaient leur toilette. Des femmes servaient des plats à nos leaders”, a déclaré à l’AFP Aminata Diallo, 19 ans, une partisane du mouvement dit du 5 juin qui réclame le départ du président Keïta au pouvoir depuis 2013.”C’est une provocation du régime. Nous avons montré que le peuple est mobilisé et que nous sommes pacifiques. Les jets de grenades lacrymogènes ne vont pas nous décourager”, a déclaré à l’AFP Nouhou Sarr, un responsable du Mouvement du 5 juin/Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP).

Cette coalition hétéroclite de chefs religieux, politiques, et de la société civile, réclame depuis juin le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta, élu en 2013 puis réélu en 2018 pour cinq ans.Des manifestants avaient décidé mardi soir de passer la nuit sur la place de l’Indépendance, au centre de Bamako, après le rassemblement à l’appel du Mouvement dit du 5 juin, jusqu’au départ du président Keïta.
Les manifestants nocturnes ont été estimés à un millier par un journaliste de l’AFP et à des milliers par des responsables du mouvement de contestation.Ils ont été dispersés par les forces de l’ordre avec des éléments de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale (une unité de l’armée), selon un journaliste de l’AFP.
La Cour constitutionnelle est considérée comme l’un des éléments déclencheurs de la crise politique actuelle, après qu’elle a invalidé fin avril une trentaine de résultats des élections législatives de mars-avril, dont une dizaine en faveur de la majorité du président Ibrahim Boubacar Keïta.Le weekend du 10 juillet, une manifestation à l’appel de l’opposition a dégénéré en trois jours de troubles meurtriers, les plus graves à Bamako depuis le coup d’Etat de 2012.Le Mali est en outre confronté depuis 2012 à des attaques jihadistes auxquelles se sont mêlés des heurts intercommunautaires. Ces violences, parties du Nord, se sont propagées dans le centre du pays puis au Niger et au Burkina voisins.

Commentaires via Facebook :

9 COMMENTAIRES

  1. Vous vivez ou!?
    La culture africaine naturelle veut que la fille apprenne de sa mere qu elle aide dans les occupations familiales….bon peut etre que filamoussonin est non officiellement avec Saar….

  2. > DICKO n’aura point honte de faire l’Imam sur vos cadavres si jamais vous trépassez pour ces opportunistes, qui ne font guère eux-mêmes sortir leurs propre et précieuse progéniture.
    > Vive IBK, l’auguste béni !
    > Il ne s’agissait pas de marche, mais de “meeting”.

  3. La marche etait prevue pour le 11 aout. Toute marche du 12 aout est illegale.
    Les forces de l’ordre ont du bon travail. ils doivent nettoyer le plancher pourque les citadins puissent vaguer a leurs occupations.

  4. LES Jeunes ont le droit de tenir ce Sit In. Il ne font rien de mal. Leur manifestation est pacifique.

    IBK refuse de démissionner. C’est pourquoi les Jeunes sont dans la Rue. Dès qu’il aura rendu sa démission, les Jeunes quitteront la Rue.
    Moi, j’était pas pour sa démission. Mais le massacre de sang froid des Jeunes devant la maison et dans le lieu de culte de DICKO, m’a indigné.
    Les Députés mal élus ont exactement pris l’exemple sur le Président lui même.
    Puisqu’on lui demande depuis des semaines de démissionner.
    Il refuse.
    Ces Députés aussi refusent à l’instar de leur mentor, pour certains d’entre eux.

    Lui refuse de démissionner, mais il démissionne les membres de la Cour Constitutionnelle.

    Ce sera bientôt le tour de Moussa TIMBINE et de ses Camarades Députés mal élus, que IBK va démissionner.
    Il n’ pas le choix, s’il veut respecter ce qu’il a fait dire aux délégués syndicaux de la CEDEAO.

    Non seulement il refuse de démissionner, mais il fait venir le ( Syndicat Ouest Africain pour la Défense des Présidents et leurs Régimes ) pour leur faire dire aux insurgés ce que lui, il veut.
    Ce Syndicat de la CEDEAO n’a fait que reprendre mot pour mot ce que leur ” CAMARADE ” IBK leur a dit de dire.
    Et ces délégués syndicaux ont dit exactement ce que veut IBK.

    Vivement le Mali pour nous tous.

    • Bamake, tu dois savoir que Boua le ventru IBK s’en fout du Mali et des Maliens et je ne sais pas comment des soldats, policiers ou gendarmes Maliens peuvent accepter ce que ce fou leur dit, car Boua n’a plus la capacite mentale et intellectuelle de gerer le Mali. Il est fou purement et simplement.

  5. Dites aux jeunes Maliens d’aller travailler tout en revendiquant sans nuire les autres bons travailleurs !! surtout cette fille de 19 ans auraient pu aller aider sa maman pour ses travaux ménagers !!

    • Tu racontes ta vie, est-ce que tu veux nous dire qu’une fille/femme est faite pour la cuisine, des idees depassees discriminatoires et rabaissantes, moi j’ai etudie avec des filles qui sont devenues Medecins, pharmacienness, Agronomes, Administratrices, Compatables, Juges, Avocats, Pilotes, etc. voici des idees arrierees qui maintiennent le Mali dans l’obscurite. Les jeunes Maliens travaillent c’est Boua le ventru IBK qui dort 20 heures sur 24, un gros nullard et faineant et tout le monde le sait!

      • Vous vivez ou!?
        La culture africaine naturelle veut que la fille apprenne de sa mere qu elle aide dans les occupations familiales….bon peut etre que filamoussonin est non officiellement avec Saar….

    • La petite Diallo, cherchait a se faire…euh…..esperons que tout a bien marche pour elle!
      QUAND AUX SAAR OU SARR, DIALLO,DICKO,BAH, SANGARE,CISSE,MAIGA ET AUTRES, LE MALI N EST PAS UN PAYS ETHNOCENTRISTE ET LE MALI N EST PAS UN PAYS MUSULMAN!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here