Mali : •La vague d’arrestations des personnalités continue •L’ancien PM Dr. Boubou Cissé nie toute implication dans un complot contre la transition

3

Depuis le lundi 21 décembre dernier, la Direction Générale des Services de l’État( DGSE) a interpellé une dizaine de personnes comprenant, en plus des proches d’anciens personnalités politiques, des directeurs de service ainsi que des journalistes. L’ancien Premier ministre du défunt régime d’IBK, Dr. Boubou Cissé, dont l’un des proches est arrêté, nie toute implication dans un complot contre la transition en cours au Mali.

Le lundi 21 décembre dernier, vers 20 h, le porte-parole du Collectif de Défense de la République (CDR) et célèbre chroniqueur, Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath, a été arrêté à son domicile par deux hommes armés qui se seraient présentés comme étant des agents de la Sécurité d’État. Dans la foulée de son « enlèvement », des militants du CDR se sont rassemblés afin de savoir où les « ravisseurs » de leur leader l’ont amené. « Selon les informations précises que nous avons reçues, notre porte-parole Ras Bath se trouve entre les mains de la sécurité d’état », selon Boubacar Yalcoué, le secrétaire administratif du CDR. Le groupe Renouveau, qui comprend Renouveau FM dont l’une des émissions phares «  Grands dossiers » est animée par Ras Bath, s’est dit stupéfait de l’enlèvement du célèbre animateur, journaliste et chroniqueur. « En attendant, d’être édifié sur les motivations des responsables de cet agissement, le groupe «Renouveau» exhorte ses auditeurs et téléspectateurs à la mobilisation en vue d’obtenir la libération immédiate et sans condition de Ras Bath. Le groupe Renouveau rappelle par la même occasion que la liberté d’expression demeure un droit constitutionnel protégé dans toutes les sociétés modernes de notre époque », s’est indignée, sur les réseaux sociaux, la direction du Groupe Renouveau. Reporters Sans Frontières( RSF), dans un communiqué, a attiré « l’attention des ministres de la Communication et de la Justice sur l’arrestation pour une destination inconnue » du chroniqueur. Abdou Madjid Thiam, le représentant par intérim de Reporters Sans Frontières au Mali, a demandé aux autorités maliennes de s’investir pour rapidement clore cet incident et a rappelé que le Mali est un État de droit où tout devrait s’exercer dans les règles de l’art.

Selon nos informations, les services de la Sécurité d’État ont interpellé ce même lundi trois autres personnes : Vital Diop, Directeur Général du PMU Mali, Souhahébou Coulibaly, Directeur Général de l’AGEFAU, Madou Kone, payeur général au trésor public.

Les interpellations ont continué hier et on serait actuellement autour d’une dizaine de personnalités. Parmi les autres personnalités, on note Sékou Traoré, secrétaire général de la présidence, Aguibou Tall, directeur adjoint de l’AGEFAU.

Ces différentes interpellations ont -elles un rapport avec la tentative de déstabilisation de la transition qui fait couler beaucoup d’encres sur les réseaux sociaux ?  Pour l’instant, aucune information n’a filtré du côté des autorités maliennes. Hier, mercredi 23 décembre, l’ancien Premier ministre du défunt régime d’IBK, Dr. Boubou Cissé, dont le cousin Aguibou Tall fait partie des personnalités arrêtées, est sorti de sa réserve afin de démentir toute implication dans la déstabilisation de la Transition. « Depuis quelques jours mon nom est associé à travers les réseaux sociaux à un projet de déstabilisation de la Transition dont certains présumés auteurs ont fait l’objet de mesures d’arrestation par les services de la Sécurité d’État. Je tiens à prendre l’opinion nationale et internationale comme témoin de cette odieuse tentative de jeter le discrédit sur ma personne et l’idéal politique que je suis supposé incarner : je ne suis ni directement ni indirectement, de quelque manière que ce soit, associé à aucun projet de déstabilisation des institutions de mon Pays et, je défie quiconque d’en apporter la preuve contraire », a-t-il indiqué dans un communiqué. Et d’ajouter : « Le sens élevé de l’État que je tire du privilège inestimable de l’exercice des hautes fonctions d’État, notamment celle de Premier ministre du Mali, mon engagement patriotique et le respect religieux que m’inspirent les institutions démocratiques et républicaines de mon Pays, m’interdisent de participer à un complot quelconque contre le Mali.

Je tiens à rassurer les autorités de transition et le peuple malien de ma loyauté et de ma disposition à toujours servir les intérêts du Mali. »

Madiassa Kaba Diakité

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Il faut agir de la sorte vraiment. Mais attendez li ne faut minimiser les jeunes Officiers au Pouvoir. Ils savent très CE qu’ils font. Rien n’est gratuit. Les Officiers ont des services secrets qui déjouent très souvent les bavures des personnes mal intentionnées.
    À vrai dire, et les Politiciens et les Syndicalistes avec d’autres cyniques veulent coûte que coûte un revirement à 180 degrés de la situation.
    Prenons un exemple concret d’un Pays 《Rwanda 》dirigé par un Militaire. Mais c’est une réussite parfaite dans ce Pays.
    Wallaye, si on était au Rwanda, toutes les institutions, Syndicats et autres qui essayent de mettre les bâtons dans les roues de la Transition, alors ils seront tous mis aux arrêts et exécutés. Paul KAGAME NE va jamais avec le dos de la Cuillère. Il va falloir que ce système s’applique intégralement au Mali. Les Maliens sont très mal éduqués. Les fléaux sont dans les veines des Maliens. Ces fléaux sont : vol intelligent, malversations financières, népotisme, corruption et autres.
    Il est très très difficile de diriger ce Pays Mali. Très très difficile.
    Que Dieu sauve notre MALI Amen Amen YARABI. Merci beaucoup.

  2. Les acteurs politiques ont detruit le Mali , ils ont mis en place des institutions de corruption : seul les corrupteurs et les corrompus emergent , et c’ est pour cela qu’ ils veulent empecher les jeunes officiers d’ inverser la tendance !
    Ceux qui meurrent pour la patrie sont plus patriotes et mieux placés que les acteurs politiques assoifés de pouvoir et d’ argent : comment des fonctionnaires peuvent creer des partis si ce n’ est pas en volant ?Ils meprisent la vie humaine et cela depuis 1991.
    Il nous faut des militaires patriotes pour sauver le Mali : du courage jeunes officiers !

  3. Les colonels doivent faire ces arrestations dans les rangs des terroristes et des bandits au lieu d’arrêter des innocents. Ils (les colonels) fuient les combats au nord et au centre du pays pour faire un coup d’Etat afin d’usurper des postes. Ils vont passer tous ces mois que dureront la transition à faire de nominations des colonels à des postes appartenant aux civils. Tous ceux qui sont opposés aux activités funestes des colonels seront arrêtés si rien n’est fait. Mais les colonels doivent se mettre en tête que ces arrestations ne nous feront pas peur. Elles font appel à la chute de cette transition sûrement et certainement.

Répondre à COQUIN Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here