Offrir une meilleure qualité de vie des populations maliennes, lutter contre la pauvreté… Cheval de Troie du président de Kewaleton, Boubacar Siddick Diallo

0

En prélude au lancement des activités de l’Association Kewaleton (KAT), son président, Boubacar Siddick Diallo a animé, le mercredi 27 février dernier, une conférence de presse pour expliquer à l’opinion nationale et internationale la vision de son organisation.

De la lecture du conférencier, la force d’une association et de son équipe sont des valeurs qui donnent un sens à ses actions. Et poursuivre que c’est la raison pour laquelle le devoir, la responsabilité et l’honneur sont les valeurs cardinales de l’Association Kewaleton. Cependant,  il indiquera : « La valeur n’est valeur qu’autant qu’elle est utile», c’est pourquoi notre association se place résolument dans l’action, à travers : l’aide et l’assistance apportées aux populations les plus défavorisées, la mise en synergie des capacités pour un impact plus marqué sur les axes de développement ciblés.

Selon lui, cette volonté affirmée de l’association Kewaleton appelle une forte implication, une valorisation et un accompagnement de l’ensemble des Maliens pour une société plus accueillante, moins inégalitaire, plus respectueuse et plus solidaire.

A ses dires, « Kewaleton- AKT » est une association citoyenne qui a été créée en juin 2017 pour tenter de répondre au devoir de responsabilité qu’impose la vision des membres de l’association de la citoyenneté. « Notre approche consiste à mutualiser les efforts individuels et collectifs en vue d’apporter des solutions durables aux problèmes de nos populations à la base en mettant un accent particulier sur la protection de l’environnement et la promotion d’un cadre de vie sain », a-t-il laissé entendre.

Evoquant les objectifs de l’association, il a souligné que Kewaleton vise entre autres le développement communautaire en particulier le milieu rural, l’appui aux secteurs sociaux prioritaire en l’occurrence la Santé, l’éducation et la Culture. A ses dires, lesdits secteurs sont au cœur de la politique de lutte contre la pauvreté de l’association. « Nous plaçons l’épanouissement de la jeunesse au centre de nos préoccupations pour promouvoir un développement endogène économique, social, culturel et sportif s’appuyant sur leur éducation, leur formation, leur insertion socio professionnelle », a martelé le président de l’association.

Il ajoutera que compte tenu du rôle important que joue la diaspora dans la vie de la nation, son implication constitue un axe majeur dans la vision de l’association pour le développement économique et social du pays.

S’agissant des missions, il a déclaré que son organisation a pour mission d’œuvrer pour une meilleure qualité de vie des populations en mettant un accent particulier sur la protection de l’environnement et la promotion d’un cadre de vie sain, de lutter contre la pauvreté, de promouvoir les initiatives individuelles et collectives pour assurer un développement endogène économique, social et culturel et sportif, d’encourager la promotion du genre et l’épanouissement de la jeunesse.

« Nous envisageons également de renforcer les capacités des ressources humaines par l’instauration d’un mécanisme de suivi de formation continue ainsi que celle de la Diaspora dans le développement économique et social du pays », a-t-il renchéri.

A le croire, Kewaleton est extrêmement sensible à la souffrance de nos concitoyens. « Nous avons ainsi décidé d’initier à intervalle régulier des actions de soutien et d’entraide en direction des couches les plus défavorisées et les plus vulnérables », a-t-il laissé entendre.

Par rapport aux activités menées dans le cadre de son plan d’action,  le conférencier a évoqué entre autres la participation financière de son association à la soirée de gala pour lever des fonds au profit de l’orphelinat de l’Association pour le Soutien des Handicapés et des Enfants Démunis (Ashed) de Badalabougou, le don de vivres à la Pouponnière 1 et 2, la construction d’un nouveau bâtiment R+2 au sein de Djiguiyabon pour améliorer les conditions de vie des pensionnaires, la participation financière au fonctionnement du Centre de Recherche contre la Drépanocytose à Koulouba, la prise en charge de la ration annuelle de vivres pour Djiguiyabon qui encadre, accompagne et assure l’éducation scolaire des filles abandonnées ou en rupture familiale à Douadabougou.

Mama PAGA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here