Paix et réconciliation : La communauté chrétienne s’approprie l’Accord

Conscient de l’importance du rôle des religieux dans le processus de paix, le Mouvement des cadres et responsables chrétiens (Mcrc) vient d’organiser une journée d’information et de sensibilisation sur l’Accord issu du processus d’Alger.

1

Ils étaient plusieurs dizaines de fidèles chrétiens à participer, ce samedi 5 novembre 2015, à l’atelier tenu au Centre Djoliba de Bamako. La cérémonie d’ouverture fut présidée par le ministre de la Réconciliation nationale, Zahabi Ould Sidi Mohamed. Ce fut en présence du représentant du maire de la commune III et celui de la Minusma, partenaire financier de la rencontre.

Si l’on en  croit le président du Mcrc, Emmanuel Sagara, l’atelier du jour est le premier d’une série de six. L’objectif est d’informer au total un millier de chrétiens dans les 6 diocèses que compte le Mali. «Nous le disons à toutes les occasions, tout individu est citoyen avant d’être de telle ou telle confession religieuse […] Oui, nous clamons que nous sommes chrétiens mais nous clamons encore plus fort que nous sommes maliens», a rappelé M. Sagara, pour ainsi signifier que le Mcrc jouera pleinement son rôle dans le processus de paix et de réconciliation au Mali.

Au nom de l’Archevêque de Bamako, l’Abbé Robert Cissé a estimé que les chrétiens et les musulmans devraient davantage utiliser leur foi et leurs prières pour qu’adviennent un monde en paix et le vivre-ensemble. «Très souvent, nous croyants et fidèles, nous nous éloignons des questions de la nation comme si nous n’étions pas de ce monde…», a regretté l’Abbé, avant de réaffirmer tout le soutien de l’Archidiocèse de Bamako à la rencontre du jour.

Par la voix de Francis Nazario, la Minusma s’est dit heureuse d’appuyer le Mcrc dans l’organisation de cette rencontre, car la contribution des religieux au processus de paix s’avère une impérieuse nécessité.

Pour sa part, le ministre de la Réconciliation nationale a témoigné l’apport de la communauté chrétienne, notamment l’Archevêque de Bamako, Monseigneur Zerbo, dans le processus de négociations. Après avoir rappelé quelques points saillants de l’Accord de Bamako, le ministre Zahabi a estimé que les retombées de la paix doivent profiter à tous les Maliens. Il a enfin fortement encouragé l’initiative du Mcrc.

Après les débats qui ont suivi l’exposé d’Ibrahima Achahanga Maïga, Conseiller technique au ministère de la Réconciliation,  l’atelier a fait d’importantes recommandations pour la mise en œuvre de l’Accord.

Bakary SOGODOGO

PARTAGER

Comments are closed.