Pâques 2020 : Célébration à la maison !

0

Malgré la pandémie du Covid-19, la communauté chrétienne du Mali a fêté Pâques chacun à sa manière. Mais le fait de ne pas aller à l’église a beaucoup mis à mal certains. Je dirais qu’on a fêté du mieux qu’on peut en respectant surtout les consignes données par les médecins. Ne pas aller à l’Eglise fut bouleversant mais par la grâce de Dieu on l’a fêté en famille et en toute sécurité. Je prie pour que cette pandémie s’éteint à jamais sur le territoire national et international, affirme Béatrice Ky, étudiante en sciences juridiques.

De son côté, Delphine Maïga, gestionnaire, ajoute, j’ai passé de bons moments avec ma famille : cousins et cousines. On s’est bien régalé. Mais le plus triste c’est qu’on n’a pas été à l’église pour chanter ‘Alléluia le Christ est ressuscité.

Aminata Keïta, étudiante en journalisme et communication, pense que ça s’est passé dans une ambiance triste parce que d’habitude on voit les chrétiens manifester beaucoup parce que c’est leur grande fête et les églises sont bourrées de monde pour les prières. Mais cette année malheureusement on n’a pas pu assister à cela à cause du Covid-19. Les gens sont restés chez eux contrairement à ce qui se passait habituellement. C’était banal. L’esprit festif n’était pas au rendez-vous vous par rapport aux autres années. Je peux dire que c’était une journée comme une autre : pas d’église, pas de regroupement, en gros, rien, ajoute de son côté Théophile Koné, étudiant en économie.

Pour sa part, Aminata Traoré, étudiante en gestion des entreprises, on a passé une bonne journée en compagnie de nos frères chrétiens. Vivement l’année prochaine. Cette idée est défendue également par Athanase Maïga qui ajoute que suivre la messe à la télé était une première. Curieusement nous avions la sensation et la grâce de l’église!! Le plus triste c’est que depuis plus de 2 décennies, c’est la première fois que nous fêtons sans nos amis musulmans qui venaient agrémenter et témoigner leurs amours et leurs fraternités vis-à-vis de la famille.

Myriam Pascaline Diallo

(stagiaire)

 

 PAQUES ET COVID-19

Une fête de Pâques à huis clos”

 La fête de pâques qui commémore la résurrection du Christ, se manifeste sous une toute nouvelle forme en cette date du 12 avril 2020 avec le confinement dû à la pandémie du Covid-19 qui prend de l’ampleur dans le pays. Une date qui marquera sans doute l’histoire de l’Eglise.

 

Jamais le dimanche de Pâques n’avait connu cette nouvelle forme de fêter. Les villes sont sans signes de manifestations, les marchés ne sont pas animés, avec les enfants et les jeunes cherchant tous à se rendre beaux pour la fête. Les églises ont gardé porte closes, les fidèles invités à regarder la télé, à suivre la radio ou à prier via d’autres plateformes.

La Communauté Chrétienne n’avait jamais célébré avec un tel sentiment d’isolement. Cette célébration qui s’effectuait en toute gaieté entre frères et sœurs chrétiens, proches, amis se déroule hélas, à huis clos.

Pour cette date, nous n’avons d’autre option que de se faire à la situation : priez, manger, fêter au salon. C’est triste”, résume Anou Jeanne Dakouo.

 

Assétou dite Mani Coulibaly

(Stagiaire)

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here