Pr Abdoulaye Niang à l’émission Dialogue de génération : « L’Afrique brille, mais les Africains sont foncés»

0

L’Afrique est considérée par tous les indicateurs comme étant le continent le plus riche au monde en termes de ressources naturelles, mais paradoxalement elle reste le continent le plus pauvre du monde. L’Afrique brille, mais les Africains sont foncés autrement dit l’Afrique est riche mais les africains sont pauvres. Quelles sont les causes de cette pauvreté et comment y mettre fin ? Telle était une des  questions abordées par Pr Abdoulaye Niang,  l’invité à la 4ème émission du dialogue de génération, le samedi 30 janvier 2016 à la maison de la presse de Bamako.

L’émission       Dialogue de génération, une initiative de la maison de la presse de Bamako en collaboration avec Malitel est un espace d’échange instructif entre les jeunes et leurs ainés pour une meilleure capitalisation de leurs expériences. Il s’agit pour l’émission d’amener les jeunes d’aujourd’hui à prendre pour repère les générations précédentes afin de jouer efficacement leur partition dans l’édification de la patrie.

Le 4ème numéro de cette émission avait pour invité Pr Abdoulaye Niang, President & Co-Founder du Centre Sène d’études stratégiques sur le co-entrepreneuriat Groupe de réflexion stratégique, de communication et de facilitation JOKO ni MAAYA qui  répondait aux questions de notre confrère Lanfia Sinaba.

Chercheur toujours critique aux pouvoirs politiques Africains en général et de notre pays en particulier, Pr Niang se qualifie comme étant le « fils d’une mère protectrice », a servi comme Directeur du Bureau régional pour l’Afrique Centrale sur la période 1997-1999 marquée par la Relance de l’Intégration régionale comme moteur de développement économique et humain au niveau de l’État adopté en 1999 par le Sommet extraordinaire de la Conférence des Chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC). Il a servi comme Directeur du Bureau sous-régionale de l’Afrique de l’Ouest de la CEA et Conseiller auprès de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CDEAO) pour la période 2007-2009 marquée par le Programme de Communication Stratégique afin d’aider à raffermir la volonté collective et promouvoir la détermination partagée  autour de la Stratégie Africaine de Création et de Rétention de Richesse (SACRR) et la Vision de globalisation de co-entrepreneuriat  à Prospérité partagée dans la Stabilité, la Paix et la Sécurité.

Selon le Pr Niang, L’Afrique brille, mais les Africains non, l’Afrique est riche mais les africains sont pauvres, « Il y’a un fossé entre le développement économique et le développement humain en Afrique »

Cette pauvreté a plusieurs origines. Il faut d’abord souligner le fait que c’est vrai que l’Afrique est riche à travers ses ressources naturelles mais ces dernières sont exploitées par des compagnies et sociétés étrangères qui le plus souvent n’apportent pas grand-chose à l’économie nationale. Ces entreprises profitent d’une main d’œuvre abondante et moins chère et une faible pression fiscale pour réaliser de gros chiffres d’affaires au détriment de nos Etats. Et le plus souvent elles ne transforment pas leur produit sur place, produit qui   sera revendu aux africains beaucoup plus cher après transformation à l’extérieur.

Pour mettre fin à cette pauvreté il faudrait une réelle prise de conscience de tous les africains surtout sa jeunesse qui doivent comprendre que l’heure est venue de mettre fin aux systèmes de mauvaise gouvernance et de corruption des dirigeants Africains, mettre de côté nos divisions internes, mettre fin à toutes ces guerres civiles, religieuses et ethniques car sans la paix on ne peut songer au développement. Les africains doivent ensuite choisir des dirigeants qui viendront servir le peuple et non se servir.

« Nous ferons de l’Afrique ce qu’elle doit être » a affirmé pr Niang, à l’en croire, l’Afrique est concentrée vers le bas du développement humain, « Il y’a un faussé entre le développement économique et le développement humain en Afrique ». Pr Niang a affirmé également de l’échec des générations précédentes face à cette situation,  c’est pourquoi il a invité la jeunesse africaine à inverser cette tendance. « Il faut inverser la courbe du développement humain » ajoute t-il.

N. TRAORE

PARTAGER