Protection des données personnelles : L’appel du président de l’APDP

0

La Journée internationale de protection des données personnelles a été célébrée au Mali, le jeudi 28 janvier à travers la tenue d’une conférence-débats oragnisée par l’Autorité de Protection des Données Personnelles (APDP) dans l’amphi de la bibliothèque nationale. Thèmes retenus :  ” La protection des données personnelles au Mali et en Afrique francophone ” et ” la protection des données personnelles en Europe : cas de la France “.

Le président de l’Autorité de Protection des Données Personnelles (APDP), M. Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara, a présidé le jeudi 28 janvier 2016, journée internationale de Protection des Données Personnelles, la cérémonie d’ouverture d’une conférence-débats à la Bibliothèque nationale. C’était en présence des représentants du Premier ministre et du Ministre de l’Economie numérique, de l’information et de la communication, des membres du bureau de l’APDP (composé des élus nationaux et municipaux, des magistrats, de la société civile, etc.), du Directeur général par intérim de l’AMRTP, parrain de cette édition, et des élèves et étudiants venus en grand nombre. Témoins de leur attachement à l’évènement.

Organisée en collaboration avec la CACTIC (Coordination des Associations et Clubs TIC), cette conférence-débats avait pour but de sensibiliser les citoyens sur l’importance de la protection des données personnelles.

Dans son mot de bienvenue aux participants, le président de la CACTIS a salué la présence des personnalités présentes à cette cérémonie pour rehausser l’éclat de cette journée. Une cérémonie qui s’inscrivait d’ailleurs dans le plan d’action 2016 de la CACTIC. Une coordination qui a comme mission de vulgariser les nouvelles technologies de l’information et de la communication à travers le pays. Aujourd’hui, a-t-il souligné, 12 associations ont été recensées dans le registre de la CACTIC. Actuellement, des centaines de jeunes sont en formation à l’AGETIC pour apprendre les techniques élémentaires de la protection de données personnelles sur le net à travers un atelier.

Le parrain, dans son discours, s’est beaucoup penché sur l’importance des NTIC dans le monde. Elles sont devenues un outil incontournable pour le développement socio-économique dans le monde. Aux dires de M. Cheick Diakité, tous les pays du monde ont besoin de s’adapter aux NTIC pour mieux réduire la fracture numérique et s’insérer dans la vie économique afin d’assurer leur émergence. ”                           L’internet, c’est plus deliberté pour les Maliens et nos entreprises. Cependant, des données sensibles pourront être facteurs de violences ou de cybercriminalité si elles ne sont pas protégées “, a déclaré le parrain de cette première édition de la journée internationale de la protection des données personnelles.

Pour remédier à ce fléau, l’Etat malien a crée l’Autorité de protection des données personnes, a souligné son président, M. Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara, dans son discours à la cérémonie d’ouverture. Avant de mettre l’accent sur les dangers de la cybercriminalité qui fait d’énormes victimes aujourd’hui à travers le monde. C’est pour contrecarrer ces effets néfastes des NTIC que la CEDEAO a instruit à chaque pays membre, la création d’une autorité dédiée à la protection des données personnelles. Une initiative appuyée aussi par l’Union Africaine. C’est ainsi que le 19 août 2015 l’APDP a été créée à Bamako. L’internet étant un instruiment de veille et de confidentialité, il s’agira de garantir toutes les informations sur le net. Avant de terminer, le président de l’APDP a appelé les internautes à faire attention à ce qu’ils publient et à leur mot de passe.

Cette conférence-débats a été une occasion pour les initiateurs de procéder à la remise symbolique des attestations à certains participants de l’atelier sur le TIC.

Il faut noter que le 28 janvier a été décrétée Journée internationale de protection des Données personnelles par l’ONU depuis 2007 et c’est la première fois que notre pays, le Mali, célèbre l’évènement à travers l’APDP.

 

Youssouf SANGARÉ

PARTAGER