Que sont-ils devenus ? Maimouna Helène Diarra : Sous les vivats de la Rue publique

6

En plus d’avoir été une athlète confirmée avec le brassard de capitaine de l’équipe de San (région de Ségou) dans sa jeunesse, Maïmouna Hélène Diarra n’est plus à présenter. Elle s’est en effet distinguée dans des films, des pièces de théâtre, des sketches ; à la radio et à la télé. Elle était au bord des larmes quand nous avons cherché à savoir pourquoi elle a choisi l’art et si elle regrettait ce métier. Elle soutient être l’enfant chouchou des Maliens. La preuve ? Partout où elle passe, c’est des honneurs. Dans son quartier, elle n’achète presque rien, à la station d’essence, des inconnus lui achètent le carburant. Idem à Canal+. Des policiers lui cèdent le passage, en bloquant d’autres véhicules. Et si par hasard d’autres l’arrêtent, ils finissent par lui donner le prix de la noix de kola pour s’en excuser. Mieux aux moments des manifestations de désobéissance civile du M5-RFP, les jeunes dégageaient la route pour elle seule. Des présidents successifs du Mali, Alpha Oumar Konaré, ATT et IBK l’ont décorée, respectivement de la médaille du Mérite national, de chevalier de l’Ordre national et d’officier de l’Ordre national. Et de nous interroger si un autre métier pouvait lui rapporter tant de respect et de considération ?

En un mot, il plait aux Maliens de lui faire plaisir. Certes, elle n’est pas riche, mais elle ne manque de rien. Pour Maïmouna Hélène Diarra, le comédien est le porteur des “sans voix”, qui pose un problème, étale les tares de la société afin que le pouvoir et le peuple en tirent les enseignements nécessaires. Et en conséquence, corriger les carences, sans surtout s’en prendre aux comédiens. Et de rappeler une réaction de l’ancien président Moussa Traoré, qui a défendu au ministre de la Culture de censurer la pièce de théâtre Féréké Gnagamibougou, qui critiquait ouvertement certaines pratiques de l’Union démocratique du peuple malien. Le chef de l’Etat alors a invité tous ses ministres à demeurer des modèles, pour éviter les foudres des comédiens. Par conséquent, Maïmouna Hélène estime que le comédien ne doit pas faire de la politique à visage découvert au risque d’être entravé par ses convictions politiques.

La comédienne est notre héroïne de la semaine, pour l’animation de la rubrique “Que sont-ils devenus ?” Qu’est-ce qui explique son choix pour l’art ? Pourquoi et comment elle a décidé de rejoindre l’ORTM après dix ans dans le théâtre ? Quel est son secret pour jouer à la perfection tous ses rôles au théâtre comme au cinéma ? La gestion de sa retraite ? Ses bons et mauvais souvenirs ? La tata nationale des jeunes du Mali, dans un état âme inégalé retrace son parcours.

Dotée d’un sens élevé du social, elle nous a reçus dans une de ses familles à Tomikorobougou non loin du Groupement mobile de sécurité (GMS).

 Née dans une famille mixte (musulmane et chrétienne), Maïmouna Hélène Diarra a perdu très tôt sa mère. Elevée par son oncle, avec l’assistance de ses tontons, sa grand-mère, elle dit avoir reçu une éducation normale sans se rendre compte de l’orphelinat. Admise au diplôme d’études fondamentales (DEF), en 1975, elle est orientée à l’Institut pédagogique national pour être enseignante. Elle rêvait plutôt de blouse rose pour devenir sage-femme, sauf qu’elle a échoué au concours d’entrée à l’Ecole secondaire de la santé (ESS).

Il lui restait en ce moment de donner une valeur à son DEF, en intégrant un établissement, où elle pouvait se rendre utile, son niveau en littérature étant très acceptable. Des aînés lui conseillèrent l’Institut national des arts pour apprendre la musique ou le dessin bâtiment. Déjà fascinée par les pièces de théâtre du Groupe dramatique national lors de ses tournées à l’intérieur, Maïmouna Hélène optera finalement pour le théâtre.

A peine a-t-elle commencé les cours que feu Minanba Kéita, un dirigeant du Djoliba pour l’avoir connue à San, l’approchera pour qu’elle joue dans l’équipe féminine de basket-ball des Rouges de Bamako, avec les Pinpin, Adiza Maïga, Salamata Maïga, Seynabou Diop (l’ancienne ministre des Infrastructures et de l’Equipement). Elle aura passé deux ans 1975-1977 avec une présélection en équipe nationale.

Une carrière sportive écourtée par son arrestation. Pourquoi et comment ? Maïmouna Hélène Diarra explique : C’est à la suite de la grève estudiantine dirigée par Boniface que j’ai été arrêtée au terrain d’entraînement du Djoliba parce que j’étais membre du comité UNEEM de l’INA. Nous avons été matés et maltraités pendant deux jours. A notre libération, je suis retournée à Ségou pour retrouver mes esprits. Pendant ce temps de réflexion, j’ai décidé de tourner dos au basket-ball, pour me consacrer à mes études. Surtout que pendant les vacances, je jouais avec le Groupe dramatique pour forger mon talent”.

Victime de la fermeture des classes, Maïmouna Hélène Diarra décroche son diplôme de l’INA en 1981, et d’emblée elle se fait découvrir par le public pendant au moins dix ans dans divers rôles : “Gouverneur de la Rosée”, “Bura Musso Djugu”, “Nabou Ndiaye”, “Bougougnery”, “Wari I et II”, “Féréké Gnagamibougou”, des pièces de théâtres français tournés à Paris, Antigone, EDIP, Salina.

Tournant

Son talent de comédienne confirmée suffit pour expliquer son saut dans le cinéma, dans des films comme : “Finyé”, “Finzan”, “Niamanto”, “Guimba le Tyran”,  “La Genèse”, “Bamako”, “Kabala”, “Rapt à Bamako”, “Taffé Fangan”, “Sya”, “Faro”, “Moolaadé” de Sembene Ousmane.

Contre toute attente elle décide de quitter le théâtre  pour l’ORTM en1990. Pourquoi ? Elle évoque des raisons personnelles sans autre détail. Son ministre de tutelle Diadié Dagnoko, qui devait émettre un avis sur sa demande de transfert au ministère de la Communication ne s’est pas rendu compte qu’il perdait un maillon important de l’art malien. Selon elle, il n’a pas cherché à arrêter le processus, le coup était déjà parti. En allant à l’ORTM, Maïmouna Hélène Diarra envisageait de faire la caméra, parce que cette denrée est rare dans la gent féminine. Mais le directeur lui conseilla la radio, compte tenu de ses expériences.

Assistante de presse et de réalisation à l’ORTM, elle animait des émissions à la radio, en plus des productions, des avis et communiqués, du journal en bambara. A la télé, elle animait aussi des émissions. C’est en 2015 qu’elle a fait valoir ses droits à la retraite. Que retient-elle de sa longue et riche carrière ?

Durant ma carrière, je n’ai connu que de bons souvenirs, parce que le théâtre me plaisait. C’est le traitement que le département faisait de nous qui décourageait. A l’intérieur du pays, nous avions mille (1 000 F CFA) comme frais de mission quel que soit le nombre de jours ou de spectacles. La seule explication, selon laquelle nous étions des fonctionnaires ne tenait pas debout. Cela a découragé beaucoup de comédiens, qui ont profité de la politique de retraite anticipée pour quitter le groupe dramatique”.

Que fait-elle de sa retraite ? Le repos est son quotidien, avec des visites chez ses parents. Pour demeurer dans l’art, Maïmouna Hélène Diarra a créé la nuit du comédien. Ce qui est un espace pour rendre hommage aux comédiens et artistes disparus, de décerner des diplômes de reconnaissance et d’encouragement aux comédiens en herbe.

Cependant, nous ne  pouvions prendre congé de notre héroïne de la semaine sans lui poser la question de savoir comment elle réussit tous les rôles qu’elle interprète ? Son secret n’est autre que l’ambiance qui a toujours régné dans sa famille, l’observation de l’environnement, de l’entourage. Parce que la formation ne fait pas un bon comédien, elle inculque juste les B.A.ba. Le reste du temps, il faut être naturel, pour la simple raison qu’il est impossible de tricher en théâtre.

Regrette-t-elle le théâtre ? Non, affirme-t-elle ajoutant que si c’était à refaire elle choisira une fois de plus l’art, tout en rendant hommage à son professeur de nationalité grecque Arma Dreyfus.

Musulmane Maïmouna Hélène Diarra a effectué le pèlerinage à La Mecque en 2019. Ce qui nous a surpris, parce que nous avions toujours cru qu’elle était chrétienne. D’où notre question de comprendre si le pèlerinage dont elle parle s’est fait à Kita ? Elle nous avouera alors que son père était un musulman.

O. Roger

Tél (00223) 63 88 24 23  

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. Rien du tous notre tanti avec die degeni😂😂😂😂 que dieu la garde longtemps avec tout le malien est malien est tout l’Afrique

  2. Tiens, avant la vieillesse n’arrive Kômuso était très belle et très très charmante hein ! 😀😀😀😀

    Hélène ne nous a pas fait rire seulement, elle nous a beaucoup éduqué aussi à travers ses multiples prestations. Puisque dans les faits il n’y a pas de retraite pour les comédiens (à 100 ans on peut encore jouer dans un film) je souhaite longue vie et bonne santé à notre sœur et éducatrice hors pair Maï Hélène DIARRA.

  3. Une grande artiste.
    Une femme extraordinaire qui avait le talent de réussir tous ses rôles dans le théâtre avec un charme naturel.
    Je suis un amoureux de cette grande Dame.
    Elle avait le génie de faire des travers de notre société des sketchs hilarants..
    Elle m’a fait beaucoup rire.
    Merci Hélène !
    C’est toujours un plaisir immense de voir et de revoir ses pièces de théâtre.
    Je suis heureux de savoir que le public Malien lui est reconnaissant et lui donne beaucoup d’amour. Elle mérite amplement.
    Bravo l’artiste !!

  4. Merci Tantie Helène bon repos. Mais si je comprends bien votre réussite, il a fallu que Moussa vous donne quelques coup de fouets (en 2 jours) pour aller chercher bénédiction des parents et revenir à Bamako.

Répondre à Dambe Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here