Refondation du Mali : Faire de la politique, c’est de la sunna pour un Imam… Surveillance de la transition pour la refondation du Mali : « l’État qui nous gouverne n’a plus de sens. Il faut sauver le pays. »

11

Dans un manifeste publié la semaine dernière, le leader naturel et charismatique du peuple, l’Imam Mahmoud Dicko brise le silence et se démarque de la gestion chaotique du pays par la junte militaire du CNSP, qui ont pris goût au pouvoir et espèrent même prolonger, voire confisquer le pouvoir, cela après avoir détourné le combat du peuple malien à travers le M5-RFP, pour assurer les arrières d’IBK et sa famille.Face à ses dérives dictatoriales et vu la situation actuelle du pays : militarisation à outrance, qui interpelle tout bon citoyen. L’Imam Dicko a jugé nécessaire de tenir le langage de la vérité aux autorités de la transition après une longue période de réserveà travers un manifeste dans lequel, il fustige la gestion de la transition et  il promet de s’engager personnellement pour contribuer à la construction d’un nouveau pacte républicain entre tous les acteurs maliens.  L’homme de Dieu va-t-il s’essayer sur le ring politique ? Rien n’est moins sûr. Le divorce est-il consommé entre Badalabougou et Kati ? 

« Coup d’Etat sans procès… »

Aujourd’hui, le peuple malien souffre, les perspectives s’amenuisent de jour en jour. De 1992 à nos jours, tous les combats du peuple malien ont été détournés par des pseudos démocrates ou hommes d’Etat. Le peuple n’a jamais exercé le pouvoir réel ou diriger réellement le pays comme le stipule la Constitution malienne et la démocratie multipartiste avec son corollaire de tripatouillage électoral. D’où l’instabilité institutionnelle avec des mutineries et des coups d’Etat insensés. Le dernier épisode en date du 18 août 2020, pour échapper à la justice (verdict populaire) et éviter que le pouvoir ne tombe entre les mains du mouvement contestataire du M5-RFP, le cerveau protecteur du régime d’Ibrahim Boubacar Keïta, avec la ruse, a transféré délibérément le pouvoir à un groupe de jeunes colonels, acquis à sa cause, avec à sa tête le colonel major AssimiGoïta : leur mission principale, prendre le pouvoir en le gardant, protéger le patron des services de renseignements, général Moussa Diawara, IBK et sa famille et faire disparaitre le M5-RFP. Chose faite, le général Moussa Diawara peut dormir tranquille, IBK a mis en place son cabinet d’ancien Chef d’Etat avec tous les privilèges, Karim Keïta se l’a coule douce en Abidjan. Bref un coup d’Etat sans procès, du jamais vu!

 

D’où la démarcation du peuple, de la transition actuelle. Donc cette surveillance de la transition qui ne doit pas déborder les 18 mois, est un devoir, voire une obligation pour l’Imam Mahmoud Dicko, ex-autorité morale du M5-RFP et parrain du mouvement qui porte son nom, la CMAS, dont le combat a contraint son ami IBK à la démission forcée et à la dissolution de l’Assemblée Nationale.Sollicité par la junte pour prendre la tête de la transition, l’Imam en son temps a décliné l’offre et est retourné dans sa mosquée en espérant que le président Bah N’Daw saura mettre le pays sur la bonne direction. Mais, hélas ! La République n’est pas un laboratoire d’expérimentation, a-t-on l’habitude de dire. Le seul critère d’être un homme intègre suffit-il  pour tirer un pays dugouffre ?

Le pays est dans l’impasse totale, presque divisé si l’on y prend garde.

L’après transition est devenu un cauchemar pour le commun des mortels. L’Imam Dicko refuse de s’engager politiquement, alorsqu’il est l’homme prodige dont la carrure de leader naturel, un patriote reconnu, aura l’intelligence nécessaire pour diriger le Mali et le tirer des méandres de la déstabilisation. Or selon certains observateurs,être  Imam n’est pas antinomique de la politique, car notre référence et notre maître suprême en islam, le Prophète Muhammad (SAWS) était en même temps père de famille, Imam, Juge et Chef de l’Etat. Donc faire de la politique propre au service de la communauté, c’est de la sunna pour un Imam.

Donc pour prétendre gérer un pays et le refonder, il ne peut avoir meilleur allié que le peuple. Un atout pour l’Imam Dicko. De nos jours, le peuple veut que le Mali reste un et indivisible, que toute l’étendue du territoire soit sécurisé, que les ressources du Mali servent aux Maliens, que l’Etat malien soit fort et soit au service de tous les Maliens. Pour cela les autorités de l’Etat doivent être intègres, patriotes et compétentes.

Le peuple doute et pense que le Mali actuel n’est pas sur cette voie. Et Dicko reste le dernier rempart contre les vautours.

Dans un manifeste publié jeudi, l’imam Mahmoud Dicko lance ni plus ni moins un appel à sauver le Mali. « Sans réaction collective maintenant, écrit-il, l’État qui nous gouverne n’a plus de sens». Ce texte selon les observateurs de la scène politique est une menace voilée à l’encontre  du Président de la République Française Emanuel Macron à la veille du sommet du G5 Sahel  qui se tiendra bientôt à N’Djamena au Tchad. Un message qui rappelle à la France l’importance de discuter avec les groupes armés. D’un côté et de l’autre côté, un message fort pour rappeler les autorités de la transition à l’ordre à ne défendre que les intérêts du Mali et des maliens et de mettre en veilleuse les agendas personnels et cachés autres que la patrie.

Le mea-culpa le l’Imam…..

Dans ce manifeste, il fait son mea-culpa : « Nul être non plus n’est parfait. Je me suis souvent trompé en soutenant des hommes qui, guidés par des intérêts égoïstes et matérialistes, n’ont pas su incarner le redressement du Mali tant souhaité. J’ai cru, comme en 2013, qu’une participation forte à un projet électoral pourrait, à elle seule, porter l’espoir de résolution de nos problèmes de gouvernance politique et sociale. Je me suis trompé. Je le regrette sincèrement. 

 Je veux porter ici la voix d’un nouvel élan d’émancipation, d’une urgence à agir, à penser haut et vrai, devant l’histoire pour de nouveaux horizons, avec l’espoir que le génie malien entendra l’écho de cette voix et élèvera à mes côtés, en pèlerin, notre destinée. C’est un acte d’espoir et de paix. Je suis sans agenda caché, ni ambition personnelle ou intérêt partisan, mais je suis inquiet de ce feu qui embrase nos villes et nos campagnes, et qui pourrait, à terme, détruire  ‘’le Vivre ensemble’’ dans cette maison commune qu’est le Mali. »En terme clair la grande confiance en IBK et son clan a été galvaudée par le Mandé Massa d’où le regret de l’Imam Dicko, qui souhaite un Mali meilleur, réunifié, réconcilié et émergent.

Appel de l’Imam Dicko….

 « La situation est périlleuse….Depuis le 18 août 2020, j’ai laissé ma porte grande ouverte. J’ai inlassablement écouté et observé, mais la situation me paraît trop grave pour que je garde silence. Si nous ne réagissons pas maintenant, activement et collectivement, l’État qui nous gouverne n’a plus de sens. Il faut sauver le pays. 

 Nous devons agir sans relâche avec les forces vives de la Nation pour la restauration de l’autorité de l’Etat. 

Pour ce faire, je m’engage, librement, à me rendre partout où je peux être utile, là où nos citoyens se sentent abandonnés. 

Je m’engage à favoriser le dialogue entre tous pour nous réconcilier. 

Je m’engage à bâtir des passerelles d’échange entre les acteurs civils et armés, pour remettre au cœur des préoccupations, le vivre ensemble et la confiance entre les communautés. Je m’engage à aller à la rencontre de nos frères et sœurs pour porter la paix dans toutes les régions en fédérant toutes les énergies confessionnelles. 

Je m’engage à soutenir toute initiative en faveur du développement en faveur de notre jeunesse. 

Je m’engage à contribuer à la construction d’un nouveau pacte républicain entre tous les acteurs maliens. 

Il s’agit là d’un appel à un élan de croyance en l’avenir. C’est le chemin que je veux emprunter dorénavant. Je ne souhaite aucun projet de société autre que celui que les Maliens veulent pour eux-mêmes. Je suis à vos côtés. » A-t-il conclu. Donc, le ton est donné et le dernier mot revient au peuple, aux autorités de la transition de jouer la carte de la transparence et de la refondation du Mali car notre pays est le Mali, héritier des grands empires du Soudan Occidental et que nul n’est prophète en son pays.

A.B.D

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. Al a dit: Les maliens sont des gens qui te poussent mais n’accompagnent jamais. Je dirai que les Maliens sont des gens qui poussent mais n’accompagnent que leurs propres interets individualistes, egoistes et anti-citoyens!

  2. DICKO EST COMME RASBATH!!! RASBATH A JETE’ PAR LA FENETRE LE GRAND CAPITAL SOCIAL QU’IL AVAIT CREE’ AVEC SON CDR!!!! DICKO A JETE’ LE GRAND CAPITAL SOCIAL QU’IL AVAIT CREE’ AVEC LE M5-RFP!!!!!
    DICKO EST AUJOURD’HUI POIDS…. PLUME! IL EST PLUS LEGER QU’UNE FEUILLE MORTE QUI VIENT DE TOMBER DE LA BRANCHE D’UN ARBRE! DICKO N’A PAS DE POIDS AUJOURD’HUI. IL DOIT RESTER DANS SA MOSQUE’E! AN YAFARA AMA!!!!!
    J’ESPERE QUE VOUS COMMENCEZ A’ COMPRENDRE POURQUOI JE L’AI QUALIFIE’ DE NAIF!!!

  3. VENDEUR D’ILLUSIONS !!!! Que ces mots sied à merveille à cet individu. Sinon comment peut on simplement envisager de telles hypotheses concernant un homme qui, pour vous paraphraser a toujours
    ébranlé et largué ses alliés au gré du vent ? Je veux juste qu’il sache qu’un État n’est pas un KOROBOROBOUTIKINI à la portée du prémier quidam.
    Que la sunna soit de la politique ne fait pas de doute. Mais il se trouve que c’est pas le chemin choisi par les pères fondateurs du Mali. Le socle commun, la maison commune LE MALI a fait le choix d’etre LAIC.
    C’est pouquoi notre maliba du DJATIGUIYA a toujours eu en son sein toutes les obédiences cultuelles et culturelles.
    Si cet obcure imam pense qu’il est fin pret pour sauter dans l’arène politique, après avoir joué au marionnettiste pendant des années, libre à lui. Il devra simplement troquer le boubou d’imam contre le costume 3 pieces made in ACI.

  4. MAIS LA SUNA C EST LA POLITIQUE! QUEL IDIOT NE LE SAVAIT PAS ENCORE? DEPUIS DES SIECLES ON VOUS TUE ET OCCUPE VOS TERRES DEPUIS LA MEDITERRANEE ET DEJA A L EQUATEUR!

    LA SUNA?
    MAIS C EST LE GENOCIDE!
    MAIS C EST LE CULTUROCIDE!
    MAIS C EST LE RACISME!
    MAIS LA CRIMINALITEE!
    MAIS C EST L OCCUPATION!
    MAIS C EST LE COLONIALISME!

    MAIS QU Y A T-IL DE NOUVEAU, C EST LA POLITIQUE, LA GEO-POLITIQUE ARABE, DE L AUTRE COTE DE LA MEDITERRANNEE, PORTEE PAR LES METISSES ARABES, CES NAA MAAW DENW,….. A L OPPOSEE DES TERRES OU SEVISSENT LES COUSINS JUDEOS, AUTRES FILS D ABRAHAM A TRAVERS LEURS CROISES DE SANG.

  5. 🗿RETOUR DE L ENFANT SOLDAT REVENU DE LA MECQUE AVEC BENEDICTIONS ET FONDS POUR DETRUIRE!🗿

    https://m.youtube.com/watch?v=jJyKTilOQXA

    😊LA TECHNOLOGIE DE GENOCIDE, PAR LES SIENS CETTE FOIS CI! LES ENFANTS SOLDATS DES ECOLES ABRAHAMIQUES REVIENNENT MASSACRER “LES SIENS”😊

    🗿NAAMAADENW CONTRE LES YEREWOLODENW C EST CA LE COMBAT AU MALI POUR QUI N A PAS ENCORE COMPRI! KAAFRIYA YE YEREWOLODENYA YEH!
    KAFRIYAH YE MASSEBEH DEN YA YEH! KAAFRIYAH YE YERE DON YEH!🗿

  6. Le MALI a plus besoin d’un DEMOCRATE qu’ un HOMME PROVIDENTIEL.
    Un DEMOCRATE pense d’abord lutter pour le bon fonctionnement de la DÉMOCRATIE avant d’exercer le pouvoir.
    LA SOUVERAINÉTÉ DU PEUPLE EST NÉCÉSSAIRE POUR DEGAGER LES ENNEMIS DU MALI AUSSI BIEN INTERNES QU’EXTERNES.
    Si on néglige cette lutte,on se bat plus pour ses INTERÊTS PERSONNELS que pour le MALI.
    MAHMOUD DICKO EST IL UN DEMOCRATE???
    Le CORAN est il compatible avec l’exercice de la DEMOCRATIE?
    La branche WAHABITE qui inspire MAHMOUD DICKO est elle adaptable á la DÉMOCRATIE?
    Il ne s’agit pas de savoir que “FAIRE DE LA POLITIQUE, C’EST DE LA SUNNA POUR UN IMAN”,mais si l’IMAN est susceptible de se conformer aux règles de la DÉMOCRATIE.
    Le DEBAT D’IDÉES est il possible avec les personnes qui incarnent le DOGME WAHABITE?
    Sont elles susceptibles d’accepter le fait majoritaire contraire à leurs compréhensions des activités de la société?
    ON A VU LES REACTIONS DES MUSULMANS QUAND MAHMOUD DICKO OCCUPAIT LA PRÉSIDENCE DU HAUT CONSEIL ISLAMIQUE CONCERNANT LE CODE DU MARIAGE.
    Un DÉMOCRATE ne manifeste pas après le vote d’un texte.
    Le DÉMOCRATE accepte le fait majoritaire,même s’il est horrifié par le contenu du texte.
    MAHMOUD DICKO a commencé á contester un texte en préparation au ministère de l’éducation alors qu’il ne peut être appliqué que s’il est voté á L’ASSEMBLÉE NATIONALE.
    UN DÉMOCRATE ATTEND LE DEBAT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE POUR TENTER DE CONVAINCRE LES DÉPUTÉS DE REFUSER LE TEXTE.
    Il peut même organiser des marches pour DISSUADER les députés.
    Mais,si le texte est voté toute contestation cesse.
    Si MAHMOUD DICKO agissait pour les maliens, non pour son IDÉOLOGIE ISLAMIQUE, il n’allait jamais s’éloigner du comité stratégique du M5-RFP car ce mouvement lutte prioritairement pour la SOUVERAINÉTÉ DU PEUPLE.
    L’équivalent de MAHMOUD DICKO sur la scène politique malienne est OUMAR MARIKO.
    Les deux pensent plus à leurs IDEOLOGIES, L’ENVIE PRESSANTE D’EXERCER LE POUVOIR qu’á la SOUVERAINÉTÉ DU PEUPLE.
    C’est pourquoi après le COUP D’ETAT,ils ont abandonné le mouvement croyant pouvoir convaincre les militaires á les suivre.
    ILS NE PENSENT NULLEMEMT À L’ONCTION DU PEUPLE.
    Ils rêvent qu’on leurs donne le pouvoir sur un plateau d’argent à la suite d’un soulèvement population ou d’un COUP D’ETAT.
    En DÉMOCRATE,ils doivent lutter pour la concrétisation de la SOUVERAINÉTÉ DU PEUPLE.
    Ainsi après le COUP D’ETAT,des conditions,comme formulées par le M5-RFP, devraient être posées aux militaires avant la cessation de tout mouvement entamé contre IBK.
    La solidarité manifestée contre IBK devrait se poursuivre jusqu’à la validation des conditions posées.
    MAHMOUD DICKO et OUMAR DICKO ont empeché cette solidarité favorisant les militaires.
    Tout le monde constate que les militaires ont un projet de CONFISCATION du pouvoir du peuple comme en 2013 d’où la soumission aux FRANÇAIS.
    On est revenu á la case de depart avant la chute d’IBK.
    Il faut encore convaincre le peuple à sortir car si on fait les élections avec les acteurs actuels de la transition,c’est pour perpetuer le regime d’IBK.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  7. Le Mali va très mal !
    Au lieu de rejeter cette initiative de Dicko , mieux vaut l’ exploiter ! C’est une proposition qui peut servir de base pour la sortie de crise : le peuple veut et reclame la bonne gouvernance dont la mise en oeuvre exige le patriotisme l’ intégrité et la compétence qui demande beaucoup de qualités ! Quelque soit la solution il faut qu’ elle soit initiée : il me semble que la transition dans son état actuel a montré ses limites et ses carences qui doivent être corrigées pour sauver le Mali ! On est tous dans le bateau , il faut le sauvegarder !
    Il suffit que les maliens se ressourcent avec les reflex de base de notre culture millénaire , ces reflex qui ont servi à construire des empires depuis des temps imimeriaux , ces reflex qui sont devenus latents qu’ il faut réveiller en chaque malien : les maliens ont besoin de rappel seulement ! Ce manifeste doit être considéré comme un rappel pour que chaque malien réveil son génie culturel pour sauver le Mali !
    Si les maliens se mettent ensemble pour débattre , le Mali sera sauvé !
    Si les maliens continuent à se tirailler alors ce sera le pire !
    Que DIEU sauve le Mali !

  8. Une personne qui connait un peu seulement le coran, qui a un peu de foi n’ose pas souhaiter devenir président de la république du Mali. Tout ce que tu juges ou tu poses comme acte sans tenir compte des lois de Dieu est très mauvais pour le succès ultime qui se trouve auprès de Dieu. Beaucoup de Maliens ne partagent pas la même planète que Dicko à cause de cette peur de rencontrer le Tout Puissant avec un tel bilan. Les Maliens et les Maliennes doivent comprendre que la vie ne se limite à celle ici bas. Le serieux se trouve après. Sachons parler et se comporter.

  9. Avec quelle carrure, DICKO veut se lancer dans la politique, quelle est sa force ? se manifeste est un sondage pour apprécier la position des maliens, il trouve qu’une bonne partie de maliens est avec lui je dis non et non il se trompe.
    En disant je m’engage à ????? faire ceci, cela, avec quel statut, quelles ressources, avec qui ?, DICJK ne représente pas une institution, ni en mission de l’Etat du Mali,
    En se faisant le messie, vouloir libérer le Mali actuel sans casquette, cela parait utopique.
    Si réellement, il veut se lancer dans la politique, il n’a cas oser mais Alla hou Akbar, il affrontera les démons en plein midi.
    Le malien actuel sais en grande partie où se situe la réalité des choses seulement la question d’intérêt personnel fait qu’il essaye de jouer le malin et par fini il sort perdant.
    Un petit conseil a DICKO et ses fidèles

  10. UN conseil à l’imam.: N’accepte jamais te lancer dans la politique pour être président, sinon tu le regretteras amèrement. Les maliens sont des gens qui te poussent mais n’accompagnent jamais. Donc attention! A bon attendue, salut!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here