Retard dans le démarrage du projet Schindel Emploi : Femmes et jeunes du milieu rural tirent la sonnette d’alarme

0

Dans le cadre de la lutte contre l’émigration clandestine, le Groupe Pivot Emploi en partenariat avec l’Etat malien a lancé le projet Schindel Emploi. Celui-ci repose sur des productions végétales et piscicoles par les jeunes ruraux. Il peine à démarrer. C’est ce que la présidente des femmes rurales et le président des jeunes ruraux du Mali ont déploré sur les ondes de Radio futur média (RFM).

Les femmes et les jeunes ruraux s’impatientent. Ils déplorent le retard dans la mise en œuvre du projet Schindel Emploi qui a été lancé en grande pompe à Kayes par trois ministres du gouvernement de transition le 19 août dernier à Kayes.

Ce projet initié par le Groupe Pivot Emploi, une Organisation non- gouvernementale sahélienne, est un schéma d’investissement et de développement local. Il est né de la problématique des questions migratoires qui préoccupe depuis plus de 25 ans les gouvernants du monde entier.

C’est un projet qui repose sur les productions agricoles et piscicoles des jeunes ruraux du pays. Il s’agit de faire la production de fourrage par l’herbe à éléphant, une graminée exotique à fort potentiel de rendement (entre 300 à 400 tonnes par hectare et par an).

Cette herbe, qui peut être utilisée comme du tourteau, n’a besoin que de l’eau et du soleil pour vivre, peut rapporter 350 000 FCFA par hectare. Il est prévu dans le cadre du projet d’aménager 300 hectares de terres agricoles par cercle du Mali sur lesquelles une nouvelle race d’agriculture va se promouvoir et se développer.

Ils vont créer des entreprises agricoles dédiées au programme emploi et au fourrage, aux graines d’oléagineux et les commercialiser à souhait. Le programme prévoit à terme de créer plus de 50 000 emplois dans la région et cinq millions à travers le pays.

Le gouvernement peine à débloquer les fonds  

L’Etat à travers les ministres de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, la ministre de la Femme de l’Enfant et de la Famille et le ministre délégué chargé de l’Elevage et de la Pêche, présents au lancement du projet, avaient promis de mobiliser des fonds pour le démarrage de la production.

Par ailleurs, en vue du démarrage du projet, des femmes et jeunes de la région de Kayes ont mis en place plus de 70 coopératives. Sauf que cet argent n’a jusqu’ici été débloqué selon la présidente des femmes rurales du Mali et le président des jeunes ruraux du Mali, qui étaient sur les ondes de Radio Futur Média (RFM), le samedi 28 mai. Toutes choses que les responsables des deux associations dénoncent ; ils déplorent le manque de visibilité sur la question.

S’il faut saluer le fait que le ministre délégué chargé de l’Elevage et la Pêche, Youba Bah, ait parlé du projet lors de son passage sur l’ORTM, ceci reste très insuffisant, selon ses futurs bénéficiaires.

Abdrahamane SISSOKO  

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here