Retour au bercail du président IBK : Quel avenir pour l’ancien locataire du palais présidentiel ?

1

Retourné au pays le mercredi dernier, après un séjour médical aux Emirats Arabes Unis au lendemain de son renversement par un groupe d’officiers le 18 août dernier, IBK a-t-il encore un avenir politique à écrire ?

Maliweb.net- L’on avait pensé que le président IBK ne reviendrait pas de sitôt au pays, après son évacuation pour des soins médicaux aux Emirats Arabes Unis, dans la foulée de son éviction du pouvoir le 18 aout dernier. C’était sans compter l’engagement de l’ancien chef de l’Etat et surtout son amour pour son pays.

IBK a ainsi regagné Bamako dans la soirée du mercredi dernier, en compagnie de son épouse, Kéita Aminata Maïga. L’accueil a été plutôt sobre, malgré la volonté exprimée par de nombreux partisans du « président-fondateur du RPM » de lui témoigner une mobilisation populaire des grands jours. Ceux-ci ont été dissuadés dans leur velléité pour ne pas « troubler l’ordre public », surtout dans un contexte où le village de Farabougou était assiégé par de présumés terroristes.

Pour de nombreux observateurs de la vie sociopolitique nationale, le retour au pays de l’ancien président devrait avoir certaines incidences sur la marche du pays. Même s’il se soumettra au devoir de réserve qui s’impose à lui, sous l’œil vigilant des autorités de la Transition, IBK ne pourra pas être indifférent au bouleversement politico-institutionnel dans son pays. Comment avec la mise en place prochaine du Conseil national de Transition (CNT) l’organe législatif, IBK et ses héritiers politiques pourraient-ils se murer dans un quelconque mutisme de spectateur ?

En effet, au moment où l’on signale un lobbying de certains officiers comme le Colonel Malick Diaw, pressenti pour diriger le CNT, l’on peut parier que les principaux responsables du RPM auront certaines appréhensions sur cette évolution de la période transitoire. Surtout que cette transition avait été amorcée en excluant les acteurs politiques du gouvernement. Quelle instruction IBK, le véritable mentor du RPM, l’ancien parti présidentiel, donnera-t-il à ses amis et soutiens politiques ? Dr Bokary Treta, Me Baber Gano, Mamadou Diarrassouba, Moussa Timbiné et autres voudront se donner une marge de manœuvre pour s’affranchir du leadership d’IBK ? IBK lui-même voudra-t-il se mettre en retraite politique et rompre avec « son » parti ? L’on peut en douter, eu égard aux nombreuses sympathies qu’il draine encore au sein du microcosme sociopolitique national.

Par ailleurs, l’ancien chef de l’Etat doit-il redouter des poursuites judiciaires pour crime de sang, après le récent épisode de tueries de contestataires de son régime ? Nul ne saurait le dire.  Si les tenants du M5-RFP veulent voir IBK condamné par la justice, ses partisans réfutent toute poursuite pour ces faits. Selon Boubacar Touré, secrétaire politique du RPM, c’est à la justice malienne de décider de porter ou non des charges contre Ibrahim Boubacar Keïta. « Le Mali est un Etat de droit. Et à ma connaissance le M5 n’est pas le tribunal du Mali, il n’est pas la justice du Mali et il n’est pas dans le dispositif judiciaire du Mali…», assure-t-il

En outre, du fait qu’IBK a géré le pays ces 7 dernières années avec de nombreuses accusations et suspicions, il est probable qu’il veut jouer de son influence pour peser dans le choix du futur locataire du palais de Koulouba. Car, si les clés du pouvoir tombent dans les mains d’un redoutable adversaire politique d’IBK, lui-même et ses anciens protégés pourraient avoir de nombreux ennuis, tant la gouvernance a été émaillée de nombreux scandales. C’est, d’ailleurs, analysent certains acteurs, la raison pour laquelle IBK s’est empressé de rentrer au pays pour tenter de tirer ses marrons du feu. Il pourrait rapidement entreprendre une discrète opération de charme envers les nouveaux hommes forts du pays afin de les aider à placer des pions stratégiques dans la haute sphère de l’Etat. Ce qui devrait compter dans le choix des futures autorités légitimes du pays. Ce qui donnera à IBK et à ses lieutenants un avenir moins soucieux.

Boubou SIDIBE /maliweb.net

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. l’autre Boubou Sidibe Djeli, l’avenir de Boua le ventru IBK c’est la prison centrale de Nioro du Sahel afin d’epure ses peines de Crimes Economiques et de Sang! Demandes a Boua le ventru ou est la petite albinos Ramata Diarra de Fanah? Demandes a son honorable de fils KK ou est le Journaliste Bourema Toure?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here