Sensibilisation sur le port obligatoire des Casques de protection : Les Ministères de la Communication, de la Jeunesse et des Affaires Religieuses ont reçu leur lot de casques !

1

Le mardi 15 novembre dernier, la Ministre des Transports et des Infrastructures, Mme Dembélé Madina Sissoko a  remis des Casques de protection aux Ministres de  la Communication, de l’Economie Numérique et de la Modernisation de l’Administration ;  de la Jeunesse, des Sports et de la Construction Citoyenne et celui des Affaires Religieuses, du Culte et des Coutumes. Cela, à la faveur d’une cérémonie de remise symbolique ténue dans l’enceinte du ministère des Transports. C’était en présence du Directeur Général de l’ORTM, Alhassane Baba Diombélé et du Directeur Général de l’ANASER, Ousmane Bah Maïga.

Ce sont les Ministres de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Modernisation de l’Administration, Me Harouna Mamadou Toureh ; de la Jeunesse, des Sports et de la Construction Citoyenne, Mossa Ag Attaher et celui des Affaires Religieuses, du Culte et des Coutumes, Mahamadou Koné qui ont respectivement réceptionné leur lot de casques des mains de leur collègue des Transports et des Infrastructures, Mme Dembélé Madina Sissoko.

Pour la circonstance, dans son allocution, la Ministre Dembélé Madina Sissoko a fait savoir que suite aux recommandations du Conseil des ministres du 24 août 2022, son département a décidé d’appuyer symboliquement certains ministères en casques de protection pour les conducteurs des engins à deux roues, dont ces trois Ministères. « J’ai le plaisir de faire don de ces casques de protection à vos deux ministères, à titre de mesures d’accompagnement à l’incitation du personnel des médias et des jeunes. J’invite les hommes de média et les groupements et associations de jeunes, relevant de vos départements respectifs au port du casque dans la circulation routière » a-t-elle déclaré.

Selon elle, avec l’augmentation considérable des motos dans la circulation, les cas d’accidents ont considérablement augmenté d’où les statistiques révèlent qu’en 2021, 71% des cas d’accident impliquent les utilisateurs des engins à 2 et 3 roues motorisés, composés en majorité des jeunes. De ce constat il ressort, a dit Mme le Ministre, la plupart d’entre eux ne portaient pas de casque de protection. Que des centaines de victimes d’accident de la circulation perdent malheureusement la vie par traumatisme crânien ou souffrent de séquelles durant tout le reste de leur existence.

Parlant des textes législatifs, elle s’est appuyée sur le Code de la route prescrivant à la charge des conducteurs d’engins à 2 et 3 roues motorisés et leurs passagers l’obligation du port du casque pour assurer leur protection. A savoir l’article 27, alinéa 1 du Décret n°99-134/P-RM du 26 mai 1999 fixant les conditions de l’usage des voies ouvertes à la circulation publique et de la mise en circulation des véhicules, disposant que : « le port d’un casque de protection est obligatoire pour les conducteurs et les passagers de motocyclettes et vélomoteurs de cylindrées supérieures ou égales à 100 cm3 ». Elle a tenu à rappeler que le casque diminue considérablement le risque de blessures graves à la tête et au cerveau, car il réduit l’effet du choc sur la tête.

A l’en croire, la protection des usagers de la route en général et celle des utilisateurs d’engins motorisés en particulier sont une préoccupation du Gouvernement, ce qui la fera dire que les statistiques de l’année 2021 nous révèlent que plus de 350 utilisateurs d’engins à deux roues motorisés ont perdu la vie suite aux accidents de la circulation routière. « Ce chiffre alarmant interpelle chaque usager de la route, chaque parent et chaque citoyen à s’engager pour la persuasion et l’incitation à la promotion du port du casque de protection » a expliqué le ministre des Transports et des infrastructures. Avant de mettre fin à son propos, elle a salué ses collègues Ministres présents pour l’accompagnement.

A tour de rôle sur le pupitre, chacun des Ministres a exprimé sa disponibilité et son accompagnement pour la sensibilisation et la promotion du port des casques, qui, d’après eux, est une bonne cause pour le bien être de la population.

Par Mariam Sissoko  

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Cette mauvaise Ministre Madina se focalise sur des choses inutiles, si réellement vous vous préoccupez de la santé et de la vie de vos concitoyens en d’accidents à réduire, revoyez rapidement notre système de transport en commun prédominé par les SOTRAMA à base de mini-bus totalement vétustes et qui tuent les maliens chaque jour que dieu crée et malheureusement ces mini-bus vétustes appartiennent à vous, les policiers, les gendarmes, les grands commis de l’état et leurs femmes, avec ça comment reformer ce système? Il y a eu des expériences malheureux ici il y a trente ans où un bon malien s’était engagé à crée une compagnie composées de nouveaux grands cars et des mini-bus, cette compagnie n’a duré que quelques années, pas plus de cinq ans; c’est les groupements des transporteurs qui envoyaient les petits apprentis mettre du sel et du sucre dans le réservoir de ces véhicules et en moins de cinq ans tous les cars et mini-bus ont disparu de la circulation. Tant que ceux qui ne sont pas habilités à faire le transport se retrouvent dans le domaine rien n’ira pour ce secteur, cela est sans aucune équivoque. Il faut que Madina ait pité du peuple malien car en jetant un coup d’œil aux alentours des pays de la sous-région, elle apprendra tout de suite, au lieu de procéder ainsi, elle impose des casques inadaptés à sa population qui souffre, souffre et souffre depuis toujours. Dans le processus de l’aménagement du territoire, il suffit de mettre en place un bon système de transport et tout le monde aura la nostalgie de ces motos déchiffrées aujourd’hui à quatre millions par vos propres services, vous et vos collaborateurs directs sont de véreux moins que rien et vous n’avez aucune pitié pour votre peuple.
    Mettez un bon système de transport à la disposition du peuple malien et le problème de casque sera enterré tout de suite, personne n’aime la souffrance, conduire une moto est une souffrance incommensurable, car il faut supporter le vent, le soleil, les nuisances sonores, les fumées et vieux engins, les pluies et les flaques en période hivernale.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here