Transition au Mali/ Elections : « La transition veut faire un coup d’état contre la DGE, la CENI en créant une cellule d’appui au processus électoral et rattachée au ministère de l’administration… » Dixit Dr Ibrahima Sangho

2

Le ton n’était pas la plaisanterie pour les membres des organisations d’observations  nationaux des élections au Mali qui s’inquiètent de la création de la cellule d’appui au processus électoral de la Transition qui mettrait fin à tout espoir de création d’un Organe technique unique et indépendant de gestion pérenne des élections au Mali. Pour cela, elles ont organisé une conférence de presse ce lundi 21 décembre 2020 pour alerter l’opinion publique nationale et internationale d’un complot que les responsables de la transition sont entrain de préparer pour les prochaines échéances électorales.

maliweb.net – A entendre, M Drissa Traoré Président de la COCEM, leur organisation composée de (COCEM ; OBSERVATOIRE ;  AJCAD ; CONSORTIUM ELE- DHQ, AMILS, JCM-PDH ; DONIBLOG ; CMDID ; COPER et CEPE) a été surprise de prendre connaissance, à travers la Décision n°2020 000577 /MADT-SG en date du 15 Décembre 2020, de la création d’une cellule d’appui au processus électoral de la Transition alors que la Transition devrait servir d’opportunité pour réaliser certaines réformes électorales pouvant déboucher notamment sur la création d’un organe unique, indépendant et autonome de gestion des élections en vue de réunir les conditions nécessaires à la transparence et à la crédibilité des élections à venir. En effet, selon l’article 2 de ladite Décision, la cellule sera chargée : « d’appuyer le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation dans l’opérationnalisation des circonscriptions électorales et dans la préparation et l’organisation matérielle des opérations référendaires et électorales de la Transition».

Nous avons noté que le ton avait été donné dans le Décret n°2020-0095/PT-RM du 16 octobre 2020 fixant les attributions spécifiques des membres du Gouvernement qui prévoit que le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation a l’initiative et la responsabilité, entre autres, de l’organisation des opérations électorales et référendaires, en rapport avec les autres structures intervenant dans ces opérations. Ces faits pourraient contrarier et mettre en péril la mise en place d’un Organe technique, unique et indépendant de gestion pérenne des élections avant les prochaines échéances électorales, conformément aux différentes recommandations des missions d’observation nationale et internationale des élections, des partis politiques, des organisations de la société civile malienne et du Dialogue National Inclusif (DNI) de décembre 2019.

« En effet, au vu de ses attributions, ce nouvel organe créé par le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MATD) s’ajoutera à la pléthore d’organes existants, à savoir la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), la Délégation Générale aux Élections (DGE) et le MATD. Nos organisations estiment qu’au vu des récents défis électoraux constatés relatifs notamment à l’organisation des élections par le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation et à la gestion du contentieux électoral par la Cour Constitutionnelle, la mise en place d’une structure unique et indépendante, conformément au protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance s’impose en vue d’éviter que les mêmes causes ne produisent les mêmes effets » Explique M Drissa Traore le Président du comité de suivi de l’organisation.

Par ailleurs, il convient de rappeler que la récente crise politique ayant abouti à la démission du Président de la République, du Gouvernement et à la dissolution de l’Assemblée Nationale découle d’une crise post-électorale ; suite à de fortes contestations des dernières élections législatives de mars et avril 2020.

Par ailleurs, les responsables de l’organisation se disent  convaincus que la mise en place d’un Organe technique, unique et indépendant de gestion pérenne des élections contribuera à crédibiliser les scrutins, à accroitre l’efficacité dans la tenue des élections et à contribuer non seulement au renforcement de la mémoire institutionnelle de l’organe mais aussi à sa professionnalisation.

Pour cela , elle exhorte vivement les autorités de la Transition à diligenter la mise en place de cet Organe technique, unique et indépendant de gestion pérenne des élections avant les prochaines échéances électorales en vue de se prémunir d’éventuels problèmes pouvant résulter de l’organisation des élections. Et aussi  suggère aussi la relecture du Décret n°2019-0020/PM-RM du 17 janvier 2019, portant création d’un Cadre de concertation nationale, qui exclut les organisations de la société civile observant le processus électoral.

Viendra expliquer dans les détails  Dr Ibrahima Sangho, Président de l’Observatoire pour les élections et la bonne gouvernance au Mali qu’aujourd’hui la question est de savoir si  le ministère de l’administration territoriale est-il crédible pour organiser des élections transparentes ? Car selon lui la cellule créée a les mêmes prérogatives de la CENI et DGE. Le pire c’est que cet organe siège au sein du ministère. Pour cela, il dira : «La transition veut faire un coup d’état contre la DGE, la CENI en créant une cellule d’appui au processus électoral qui est rattaché au ministère de l’administration. Nous faisons l’alerte pour que les maliens le sachent. On veut un organe rattaché à personne. Si on veut des reformes qu’on ait des vrais organes. Si nous n’avons pas l’organe unique, on dira que la transition a échoué.  Nous voulons aller à des élections crédibles et transparentes en créant un organe unique consensuel pour le bonheur des maliens… »

Bokoum Abdoul Momini/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Législatives désormais au Proportionnel
    Plus de financement aux partis politiques.
    Plus de parrainage des Élus, mais parrainage des citoyens lambda possible.
    Niveau scolaire désormais exigé pour être élu.

  2. AUCUN MEMBRE DE LA TRANSITION N’EST ELLIGIBLE AUX ELECTIONS POURQUOI CETTE INQUIETUDES.
    SAUF QUE VOUS N’ALLEZ PAS MANGER, DETOURNER COMME AVANT.
    ON SE PREOCCUPE DE SA PLACE ET DE SA FONCTION ET NON UN SOUCI DU PAYS.
    AU LIEU DE SE COMPORTER EN OPPOSANT DE LA TRANSITION FAITES VOTRE JOB DANS LA DISCIPLINE.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here