Youssouf Konate, Pdg Du Groupe Dah Transit : “Il faut rouvrir l’économie tout en respectant les mesures barrières”

0

Pour le PDG du Groupe Dah Transit Youssouf Konaté plus connu sous le nom de Dah Transit, il est de nos jours nécessaire d’ouvrir l’économie en ramenant les heures de travail à la période d’antan ou inclure un jour de rattrapage comme le samedi.

Beaucoup d’économistes dans le monde sont unanimes : les conséquences économiques du coronavirus peuvent faire plus mal que la pandémie elle-même. Craignant un tel scénario, le PDG du Groupe Dah Transit a dans un entretien groupé à certains organes de presse lancé un cri de cœur à l’endroit des autorités du Mali, de la sous-région mais surtout aux populations.

D’entrée de jeu le PDG du Groupe Dah Transit, Youssouf Konaté dont la structure intervient dans les domaines du transit, du transport, du commerce, BTP, a rappelé qu’aucun Etat dans le monde n’est parvenu à combattre une telle pandémie sans la détermination de son peuple mais aussi un grand leadership des autorités. Selon, le Mali et l’Afrique à l’image d’autres pays ont souffert et continuent de souffrir des conséquences de cette pandémie.

“Les pays africains comme le nôtre souffrirons plus des conséquences que les Etats européens et américains. Le secteur privé va le plus souffrir des conséquences, car notre efficacité dépend aussi de l’administration qui est aussi durement touchée. Pour preuve, les heures de travail ont été réaménagé de 8 h à 14 h au lieu de 8 h à 16 h, ce qui constitue aujourd’hui un handicap  pour nous opérateurs économiques dont  les dossiers  sont pendants au niveau des structures étatiques”, fait savoir Dah Transit.

Comme proposition, Youssouf Konaté demande aux autorités de revoir les mesures se rapportant aux heures de travail en les ramenant à la normale ou à défaut inclure des jours comme samedi pour qu’il y ait  un service minimum les week-ends.

“Sans cela ça sera très difficile, car notre économie a du chemin à faire face aux autres continents. C’est vrai qu’il est très difficile de rattraper le temps perdu mais ces différentes mesures permettront aux moins de sauver une grande partie des activités cette année, car avec l’apparition des secondes vagues dans certains pays du monde on se rend très vite à l’évidence que cette maladie n’est pas prête à disparaitre. Donc nous devons apprendre à vivre avec, tout en respectant les mesures barrières”, analyse le PDG de Dah Transit. Au regard de ces différents facteurs, il est aujourd’hui donc impératif, selon lui, d’ouvrir l’économie non seulement au Mali mais aussi en Afrique de l’Ouest.

Il faut rappeler que selon un dernier rapport de la Banque africaine de développement (Bad) publié ce mois-ci, plus de 50 millions de personnes risquent de tomber dans l’extrême pauvreté suite aux conséquences de la Covid-19.

Kassoum Théra

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here