Coupe du Monde 2022 : le Cameroun chute d’entrée face au réalisme froid de la Suisse

2

Les Lions indomptables débutaient leur Mondial ce matin face à la Suisse. Dominateurs en première période, les hommes de Rigobert Song ont été cueillis à froid par l’efficacité suisse (1-0).

Coup d’envoi des matches du groupe G de cette Coupe du Monde 2022. En attendant l’entrée en lice des favoris brésiliens face à la Serbie (20h), le Cameroun d’Eric Maxim Choupo-Moting affrontait la Suisse de Xherdan Shaqiri. Sans surprise, l’attaquant du Bayern Munich était le fer de lance des Lions indomptables, aux côtés du Lyonnais Karl Toko Ekambi et du joueur de Brentford Bryan Mbeumo. En défense, les joueurs de Rigobert Song misaient fort sur Franck Zambo Anguissa, excellent avec le Napoli, et leur gardien André Onana. En face, les Helvètes avaient aussi de quoi espérer un bon résultat avec le Monégasque Breel Embolo (7 buts en L1), Shaqiri, Xhaka, Akanji et le bourreau de Kylian Mbappé en 2021, Yann Sommer.

Les Lions indomptables impuissants face à Sommer

Pas le temps d’avoir le traditionnel round d’observation pour ces deux formations obligées de l’emporter dans cette poule homogène, avant d’affronter la Serbie et surtout l’ogre brésilien. La Suisse a été dominatrice dès l’entame de la rencontre en monopolisant le ballon. André Onana a d’ailleurs rapidement été le joueur camerounais ayant touché le plus de ballons, les hommes de Song ayant pas mal de problèmes pour sortir le cuir. Cependant, si la Nati avait la possession, paradoxalement ce sont les Lions indomptables qui se sont procuré les occasions les plus dangereuses. À la 10e minute, Yann Sommer a mal renvoyé une tentative de Bryan Mbeumo sur Karl Toko Ekambi qui n’a pas su cadrer son tir, alors qu’Eric Maxim Choupo-Moting était seul à côté. Quatre minutes plus tard, l’attaquant du Bayern Munich aura également sa chance, mais Sommer s’est une nouvelle fois interposé (14e).

Performant, le portier helvète n’a pas eu le temps de chômer durant cette première période puisqu’après une frappe lointaine de Faï (25e), Sommer a dû s’employer sur une frappe d’Hongla dégagée en catastrophe (30e). Performant en contre, notamment avec un Choupo-Moting très précieux dans ses décrochages, le Cameroun aurait pu obtenir un penalty après un tacle non maîtrisé de Widmer sur Toko Ekambi sur un centre millimétré de Faï (35e). De leur côté, les Suisses ont dû patienter jusqu’à la 40e minute pour avoir enfin une action chaude à se mettre sous la dent avec une tête d’Elvedi sur corner. Dans le temps additionnel, Akandji a bien failli surprendre tout le monde sur corner, mais sa tête est venue flirter avec le but d’Onana (45e+1).

Le réalisme suisse

Malmenée lors des 45 premières minutes, la Suisse semblait davantage tétanisée à l’idée de perdre la rencontre. Mais c’était sans compter sur une efficacité clinique dès l’entame de la deuxième période. Souvent recherché par ses partenaires en première, Shaqiri a enfin eu l’occasion de porter le danger devant le but adverse. Et ça a fait mouche. Sur un centre parfait, Breel Embolo a eu tout le temps d’ajuster Onana pour ouvrir le score (1-0, 48e). Un but spécial pour le natif de Yaoundé qui n’a pas célébré. Une réalisation qui a fait mal aux Lions de Song.

À partir de là, les Helvètes ont pu aisément percer le rideau défensif. Dans le dur, le Cameroun a évité le pire grâce à Onana, auteur d’une parade magnifique sur un tir à bout portant de Vargas (67e). Face à une équipe nettement moins tranchante et touchée physiquement, Song a alors tenté d’injecter du sang frais avec les entrées de Vincent Aboubakar et de Georges-Kevin Nkoudou à un quart d’heure du terme. En vain. Endormis, les Lions n’ont jamais donné l’impression de pouvoir arracher le match nul. En attendant le match Brésil-Serbie (match à suivre en direct sur notre site), la Nati prend provisoirement les commandes du groupe G.

Source: https://www.footmercato.net/

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. L’Afrique est en retard sur l’Europe dans tous les plans sauf le mensonge , le vol, la gabegie, comment comprendre quand ces footballeurs africains font la gloire de ces pays européens mais face à leur peuple ils sont nuls c’est triste , nous n’avons pas encore le niveau pour concurrencer l’Europe c’est triste. Bientôt certains vont refuser de jouer pour cause de prime non payées c’est en Afrique qu’on trouve de telle humiliation.

  2. Pour l’Afrique, on voit des pays qui ne méritent vraiment pas leur place dans la coupe du monde. Et cela a toujours été de règle avec les passes droits de l’arbitrage qui auraient créé des privilégiés de première zone de pays au détriment du mérite qui serait toujours biaisés. Et nous autres africains soucieux de voir la percée du continent dans ces compétitions, qui au retour avec les résultats et les prestations médiocres de nos représentants, le cœur meurtri, demandons à revoir le processus de qualification de nos équipes à la phase finale en éliminant d’office les équipes ayant participé, qui n’ont pas pu se qualifier au second tour lors de la coupe du monde précédente. Mais aussi à posteriori de créer une commission indépendante d’arbitrage qui va revoir tous les enregistrements VAR des éliminatoires pour apprécier les différents arbitrages, arbitrages qui de plus en plus seraient entrain de prendre de l’ascendant sur le mérite des équipes et les sacrifices physiques psychologues et financiers engagés dans les éliminatoires. L’arbitrage serait t’il devenu un État dans le football Africain??? Que la moralité sied, et que le mérite soit la priorité des priorités pour l’émergence de l’Afrique dans tous les domaines. Point de place pour la malice qui serait plus nuisible…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here