Le Mali et les compétitions de hauts niveaux : Où sont passées les dividendes engrangées ?

0
Performances du football malien
Siège FEMAFOOT

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta et le peuple qu’il représente, savent –ils seulement que les compétitions et les trophées, rapportent énormément d’argent aux pays primés comme le Mali par exemple ? Sinon, il y  a vraiment lieu de s’en inquiéter. Si oui, le peuple du Mali, à l’instar du  Sénégal, n’a t –i pas le droit de savoir ou devrait-il seulement se contenter des résultats ?

A chaque retour triomphal d’une équipe malienne primée sur le continent et dans le reste du monde, qu’importe la discipline, le chef de l’Etat, le premier grand capitaine de toutes les équipes, toutes disciplines confondues, invite tout le monde, au palais, félicite et distribue des cadeaux aux joueurs et à leurs encadrements. Mais le président de la République et son peuple férus de sports, enivrés par les succès, ne demandent jamais, ou ne sauront peut être jamais ce que tous ces succès engrangent en terme d’argent à notre pays. Les maliens et leur président, ont-ils seulement une petite idée sur la valeur d’une coupe en terme d’argent ? Nos équipes récemment, ont remporté une deuxième et une troisième place en coupe d’Afrique et en coupe du monde des moins  de 17 ans, ces succès sportifs en ce qui concerne la coupe d’Afrique et la coupe du monde, sont royalement récompensés par la FIFA. Mais le président de la République et son peuple savent-ils seulement combien ces fulgurants succès sportifs rapportent – ils au Mali ? Des milliards et des milliards. Pas moins de 4 milliards qui
passent à la trappe à l’indifférence générale, sans que personne ne se pose la seule question de savoir ce que notre pays gagnerait à financer l’internement des équipes, leurs préparations, les transports des équipes et des membres de la fédération concernée, le paiement des primes et indemnités des joueurs de l’encadrement technique. Que fait donc la commission de l’Assemblée Nationale en charge des sports et loisirs ? A- telle une seule fois interrogé les responsables sportifs maliens  sur la nature et la dimension des dividendes rapportées et quelles utilisations en fait – ont ?

Les milliards aux dirigeants sportifs,  seulement, la joie et la réjouissance au peuple et  à son président ? L’histoire du buveur de dolo et l’attitude de son accompagnant  qui n’a rien bu, mais qui joue au saoulé ?

Ni plus ni moins. L’adage bamanan de Ségou revient, l’histoire est têtue. ‘’Toi tu bois ton nyodolo et moi, qui n’a absolument rien à avoir, je fais le saoulé, je raconte du n’importe quoi dans les rues’’.  Voilà, c’est aussi simple que cela. Récemment, après une sortie sportive récompensée par une 4e place, les dirigeants sportifs sénégalais, immédiatement à leur retour au pays, ont organisé une rencontre de compte rendu sur les dividendes de cette 4e place. Malien et assis tranquillement dans mon salon, face à une chaîne de télévision sénégalaise, j’ai eu l’agréable surprise de savoir que cette 4e place a valu au Sénégal plus de 800. 000.000 de nos francs.
Le Trésor sénégalais sans doute à la peine comme son homologue du Mali, s’est frotté les mains, parce que, c’est l’Etat qui finance tout. Mais ici au Mali, qui sait, du président de la République, aux
gardiens des stades de football de la capitale, en passant par les supporters et soutiens anonymes des équipes maliennes et le simple contribuable qui est à l’origine de ces financements, ce que ces
récentes victoires ou participations honorables, en terme d’argent ont rapporté à l’Etat du Mali. Et si oui, combien et ou est-ce que ces centimes engrangés sont passés ? C’est ce que les maliens aujourd’hui veulent savoir parce que les maliens sont fatigués des opérations tape à l’œil. Pour cacher nos sous et les distribuer dans nos dos, on crée des faux problèmes. Au même moment ce sont les efforts du président de la République qui tombent dans les corbeilles et les mêmes gens viendront dire, que le président de la République ne fait que raconter sa vie aux maliens. C’est parce que, jamais ces déclarations aux maliens pour leur bonheur, ne sont matériellement suivies d’effets.
Maintenant, la balle est dans le camp de l’Assemblée nationale du Mali, si tant il est vrai qu’en ce lieu, il n’y  a que des représentants du peuple et que pour le suivi et la transparence dans le traitement des sujets intéressants le Mali et les maliens, il existe des commissions spécialisées, alors, les maliens demandent à la commission en charge des sports et loisirs de chercher à savoir ce que les compétitions sportives engrangent en termes d’espèces sonnants et trébuchants, à moins que les membres de cette commission eux-mêmes n’ont déjà touché leur part pour rester dans cette honteuse situation qui fait que des mois après des compétitions fortement récompensées par la FIFA, les maliens ne savent toujours pas ce qu’ils ont gagné, la part de l’Etat qui finance tout et le montant des dividendes engrangées par le Mali en récompense du mérite de ses équipes engagées
. Les maliens aujourd’hui, veulent savoir et nous, nous ne lâcherons plus rien tant que lumière n’est pas faite autour des royalties engrangées au cours des deux compétitions en football par exemple. Une histoire de 4 milliards nous dit- on.

A suivre.

Sory de Motti


A lire très prochainement
Sur les dividendes de la CAN Niger et de la Coupe du Monde du Chili

La commission de l’Assemblée Nationale chargée des Sports et loisirs interpellera- t – elle les dirigeants sportifs maliens pour connaître le bien fondé de ce qui se dit autour des dividendes octroyées à notre pays aux sorties des tournois de football et basket aux résultats forts élogieux au regard des classements obtenus ? En tout cas la FIFA récompense toutes les équipes qui se sont hissées au cours de ses compétitions.

PARTAGER