Convention CORAF-UEMOA : Point sur la capitalisation et la pérennisation des résultats des projets des filières coton, maïs et élevage

0

 En vue de valoriser les acquis de la convention agricole entre  le Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricole (CORAF)  et l’Union Économique et Monétaire Ouest africaine (UEMOA), les responsables des deux  organisations ont animé un webinaire, le mercredi 22 juillet 2020, pour faire le Point  de  la capitalisation et la pérennisation des résultats des projets des filières coton, maïs et élevage.  La conférence était animée par  le Directeur exécutif du CORAF,  Dr Abdou Tenkouano, et le commissaire chargé de la filière agriculture de l’UEMOA, Jonas Gbian.

Maliweb.net- Premier à intervenir sur  la politique agricole de l’Union (PAU), le commissaire chargé de la filière agriculture de l’UEMOA, Jonas Gbian, qu’elle vise à réaliser la sécurité alimentaire des populations, à  accroître la productivité et la production de l’agriculture et améliorer les conditions de vie des producteurs en développant  une économie rurale. A l’en croire, ce secteur qui touche 80% de la population active de l’espace se caractérise par une faible productivité, une prévalence de la malnutrition, une pauvreté rurale ainsi qu’une insécurité alimentaire récurrente.  C’est pourquoi, a-t-il expliqué, la Commission de l’UEMOA a financé la Convention de mise en œuvre des programmes prioritaires de recherche agricole de l’espace communautaire, pour un montant de 1 milliard 500 millions de francs CFA.

 

Le commissaire chargé de agriculture de l’UEMOA, Jonas Gbian.

Pour le commissaire chargé de l’agriculture, les ressources et en eau et de l’environnement,  ce financement de l’UEMOA a permis d’apporter des résultats  positifs pour les producteurs. A savoir : la  génération des technologies au profit des utilisateurs, le  renforcement des capacités des institutions de recherche agricole de la sous-région dont certaines ont été dotée  d’équipements de laboratoire de pointe et de consommables. S’y ajoute au renforcent du capital humain à travers l’initiation à la recherche de jeunes chercheurs et les formations diplômâtes.

Pour sa part, le directeur exécutif du CORAF, Dr Abdou Tenkouano,  a souligné lors de ce webinaire qu’en dépit des améliorations de la production et de la productivité agricoles au cours de ces dernières années dans l’espace UEMOA, l’insécurité alimentaire demeure une préoccupation dans plusieurs pays de la  région.  De quoi amener le représentant du CORAF  a évoqué  un indicateur d’urgence dans le cadre de la mise œuvre des programmes intégrés de développement rural pour les populations vulnérables. Aussi, a-t-il émis le souhait  de voir un meilleur  développement du secteur de  l’agriculture  qui, selon lui, fait face aux défis tels que le manque d’infrastructures rurales, la mécanisation, les structures de préservation de l’agriculture, le financement de la recherche, les investissements dans les chaînes de valeur et la budgétisation pour la transformation et la durabilité de l’agriculture, les transports, la commercialisation, la sécurité alimentaire, etc.

 Les acquis de la convention CORAF-UEMOA

Cette  convention signée entre le CORAF et l’UEMOA pour un montant 1, 5 milliards de FCFA pour la mise en œuvre d’un programme collaboratif  qui  cadre  avec  les  objectifs  de  la  Politique  Agricole de l’Union et ceux du plan opérationnel 2014-2018 du CORAF  a été un succès.  En témoigne les  chiffres fournis par le rapport de fin de projet dans le cadre de  modernisation de l’agriculture, de  l’amélioration  de  la  productivité  et  de  la  compétitivité  de cinq (05) filières agricoles stratégiques pour la sécurité  alimentaire. Il s’agit, entre autre, de la filière  maïs,  le  coton,  le  bétail-viande,  l’aviculture et l’aquaculture  qui ont toutes eu un impact positif sur le niveau de vie des producteurs de l’Union.

Ainsi,  dans la filière coton, le rapport indique que 2788 bénéficiaires directs ont été touchés par le projet.  Lequel a permis  aux bénéficiaires de valoriser les  tiges de cotonniers dans la fabrication de panneaux de particules au Bénin, au Mali et au Togo.  A en croire au rapport, cette technologie de fabrication de panneaux de particules à base de tiges de cotonnier  est à l’origine de la création trois unités de fabrications, trois plateformes d’innovations, sept d’articles de meubles, deux articles scientifiques  et  2 332 producteurs de coton, équipementiers.

Dans  les filières bétail-viande, aviculture et aquaculture, l’utilisation des ressources génétiques animales et aquacoles locales est améliorée durablement dans l’espace UEMOA. Ainsi, 15 races  bovines, poisson, volailles  et ovines ont été développées. S’y ajoute à 16 options développées en ressources génétiques animales et aquacoles, trois marqueurs validés, le tout couronné par la formation de 498 personnes.

Enfin, dans l’amélioration de l’accès au financement pour les acteurs du maillon de commercialisation de la filière maïs au Bénin, au Burkina Faso et en côte d’ivoire, 938 contrats de formalisation des relations de partenariats ont été signés  avec  six plateformes fonctionnelles réalisées.

Ces résultats réalisés par le CORAF ont été salués par les responsables de l’UEMOA qui l’ont exprimé dans le préface du rapport signe le Président de la commission de l’UEMOA, Abdhallah Boureima.  « Pour nous, ces résultats répondent de manière significative aux  attentes  qui  étaient  les  nôtres  lorsque  nous  signions  cette convention avec le CORAF, en 2014, en collaboration avec l’ensemble des Systèmes Nationaux de Recherches Agricoles (SNRA) des Etats membres de notre Union », peut-on lire dans le préface du rapport.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here