Front social : La CDTM exige le respect de son cahier de doléances

1

Alors que l’Union nationale des travailleurs du Mali est sur pied-de-guerre, la Central démocratique des travailleurs du Mali revient à son tour à la charge en appelant les autorités de Transition au respect de leurs engagements. C’était à la faveur d’une conférence d’information tenue dans le cadre de la célébration de la journée internationale des Travailleurs, le 19 Mai 2022.

Animée par son secrétaire général, Mme Simpara Astan Keita, l’événement a été l’occasion pour les responsables de la CDTM d’exprimer leur vive compassion et une solidarité envers les milliers de travailleurs frappés par le chômage du fait de la crise sanitaire mondiale. «Notre conviction est que c’est dans la persévérance et la lutte syndicale permanente que nous arracheront à l’Etat la nécessaire amélioration de nos conditions de vie et de travail », a déclaré la secrétaire générale avant de descendre à bras raccourcis sur le gouvernement de Choguel MaÏga, qui peine selon elle à mettre en application ses propres engagements consécutifs aux négociations tripartites gouvernement-CDTM-CNPM. Au terme desdites discussions, relève-elle, sur les 47 points du cahier de doléances présenté par la commission de négociation, 36 ont fait l’objet d’accord et 2 autres d’accord partiel pour 2 points retirés et 7 points de désaccord. Près de deux ans après, ses doléances sont en souffrance, a déploré Mme Simpara en exigeant de l’Etat, un respect de ses engagements. «La trêve sociale ne doit pas occulter la mise en œuvre d’un accord», a-t-elle indiqué tout en prônant au passage le dialogue social.

 

Amidou Keita

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. “Alors que l’Union nationale des travailleurs du Mali est sur pied-de-guerre, la Central démocratique des travailleurs du Mali revient à son tour à la charge en appelant les autorités de Transition au respect de leurs engagements.”
    No comments.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here