Grogne sociale : La CSTM dans la rue pour dénoncer les dérives du pouvoir d’IBK

2

La Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali (CSTM) et ses organisations alliées ont organisé une grande marche pacifique le Jeudi 21 Avril 2016 à Bamako afin de dénoncer les failles et les moult dérives de la gouvernance actuelle de la nation. Tout au long du parcours, les marcheurs brandissaient des pancartes et scandaient des slogans d’indignation : non à la corruption, à l’impunité, à la gabegie, non au chômage chronique des jeunes, aux violations des droits et libertés, non au licenciement des travailleurs des mines, non à la partition programmée du pays.

Partis de la place de la liberté, les marcheurs, 2000 personnes selon les organisateurs, avec à leur tête le secrétaire général de la Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali Hammadoun Amion Guindo scandaient des propos virulents à l’endroit des gouvernants comme le ‘’Mali d’abord au lieu de ma famille d’abord’’, Monsieur le président Mountougoula n’a pas d’eau ni de route, réveillez-vous. Non à la corruption, à l’impunité, à la gabegie ; non au chômage chronique des jeunes, aux violations des droits et libertés, non au licenciement des travailleurs des mines, non à la partition programmée du pays. ‘’ An torolassa, an seguenassa’’ décriaient les marcheurs.

Des associations des jeunes comme ‘’Mali tè tila’’, ‘’An torola’’, ‘’Réveil Citoyen’’, ‘’Ras le Bol’’ étaient tous de la marche.  Arrivée à la place de l’indépendance, le secrétaire général de la CSTM Hammadoun Amion Guindo a lu le contenu de la déclaration. Une déclaration qui englobe les préoccupations des maliens. Selon Hammadoun Amion Guindo, cette marche a pour objet de protester contre: le mépris du gouvernement dans le traitement du cahier de doléances de la CSTM, les mauvaises conditions de vie et de travail des masses laborieuses, le non respect des engagements pris par l’Etat, les multiples violations des lois, des conventions internationales ratifiées par le Mali, des droits humains et des libertés individuelles et collectives, de l’état de dégradation de la situation scolaire et de la santé ; de l’accaparement des terres et l’expropriation des paysans de leurs champs et même parfois de leurs villages ; des licenciements massifs et abusifs des travailleurs notamment dans les mines, de l’accroissement du taux de chômage des jeunes, de la cherté de la vie et la paupérisation galopante de la population pendant que les dirigeants vivent dans un luxe insolent, de la gabegie, la corruption, le népotisme, le clientélisme, la discrimination qui ont atteint un niveau inquiétant et qui constituent aujourd’hui les piliers de la mauvaise gouvernance, de l’insécurité grandissante qui s’est étendue à l’ensemble du territoire, de la perte progressive d’une partie de la souveraineté du Mali. Le Secrétaire Général de la CSTM indiquera que la preuve de cette perte est la tenue du forum de Kidal sans l’Etat et la récente célébration de l’anniversaire de l’Azawad par la CMA.

Et face à toutes ces dérives du pouvoir, Hammadoun Amion Guindo a réaffirmé l’attachement de la CSTM à l’unité territoriale du Mali et à sa souveraineté entière. « Condamnons fermement l’attitude du gouvernement face aux problèmes des maliens. Nous disons non à ces derives et nous avons décidé d’agir en tant que citoyens et citoyennes de ce pays dans le respect des lois et des droits. Cette marche est le départ d’une série d’activités que nous mènerons jusqu’au changement tant attendu par l’ensemble des maliens et comme il avait été promis par le Président de la République. Mobilisons-nous tous pour que le Mali soit débout. Vive le Mali », a déclaré le secrétaire général de la CSTM.

Moussa Samba Diallo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Quelqu’un qui devrait être à la retraite a t-il le droit comme activité professionnelle privé de jouer un tel rôle subversif? Comme le score des indispensable démocrates à la présidentielle, lui a mobilisé quel pourcentage lors de sa marche

  2. Pauvres maliens, voté pour quelqu’un qui n’a même pas de programme pour son pays, seulement dire que les gurus des religions lui ont choisis (Aneçar dine, Tidianyya, Soufi etc..) Ces gurus sont des gangrènes, des parasites qui empêchent le développement.

Comments are closed.