‘‘Soundiata, fils du Mandé’’ : Un magnifique roman doublé d’un excellent film

3
5

Dans le cadre de la rentrée littéraire 2012, le jeune écrivain Boubou Doucouré a procédé au lancement dédicace de son roman ” Soundiata, Fils du Mandé ” le jeudi 09 février à l’Institut Français de Bamako (CCF). ” Soundiata, Fils du Mandé ” est le premier-né de l’auteur qui a d’ailleurs inspiré un film d’animation. Un chef-d’œuvre qui est bien parti pour immortaliser notre histoire et mettre en lumière des facettes de l’épopée mandingue.

Après l’installation des invités, le public a d’abord été enthousiasmé par la projection de la bande annonce et de la vidéo narrative du film d’animation (dessin animé). Une projection qui étale nombre de mystères, de secrets et de valeurs culturelles qui ont jalonné l’épopée du Mandingue au gré de la fraternité, la rivalité, le patriotisme, la vassalité, la sorcellerie, la bravoure… Des pans irrésistibles de notre histoire, des acteurs privilégiés de l’épopée du Mandingue y passent : Soundiata, Dankaratouman, Nana Triba, Soumangourou, Do Kamissa la femme buffle, Sogolon, Sassouma Berethé, Fakoly, les deux chasseurs Traoré… à travers les guerres, les complicités, les prédications et les destins qui s’accomplissent.

La présentation du livre, la lecture d’un passage par le petit Doucouré âgé de seulement 9 ans, l’intervention de l’auteur et des critiques, les échanges avec le public ont permis de lever le voile sur l’exploit ainsi réalisé.

En effet, ” Soundiata, Fils du Mandé ” est plus qu’un roman… Mélange de sources d’inspiration variées comme la tradition orale ou les écrits de grands écrivains africains, fruit de longues recherches menées par l’auteur comme par de grands intellectuels soucieux d’immortaliser leur histoire, leur culture, et leurs valeurs ; il ouvre une toute nouvelle voie à la littérature africaine.

Les notes jamais publiées de Amadou Diadié ont permis à Boubou Doucouré de donner une autre dimension au personnage de Soundiata, de fixer une chronologie dans un contexte historique apparemment plein d’anachronismes et de contradictions, mais aussi de mieux comprendre l’environnement socio culturel de l’époque.

Ce livre ne sera certainement pas une énième version de la vie de Soundiata et de l’épopée mandingue, car il vous permettra de mettre en lumière des facettes jusque-là méconnues, que vous prendrez plaisir à découvrir, tout comme la part de romance qui y a été intégrée.

Aussi, faut-il le souligner, l’auteur n’est pas au bout de son projet. Selon lui-même, on ne peut pas épuiser du coup les nombreuses facettes de cette histoire dont chaque acteur est porteur d’une série d’événements. En lui donc, l’école malienne voire l’Etat aura trouvé un solide partenaire pour l’instruction des élèves et la promotion de notre culture à travers l’Afrique et la monde.
La soirée a pris fin sur une séance de dédicaces et un cocktail.
Bravo Doucouré et bon vent !

Mamadou DABO

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
sambou<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1039</span>
Membre
sambou 1039
4 années 7 mois plus tôt

“Dankaratouman”(=Dankara Toumani);”Nana Triba”(=Nana turuba, en référence aux 2 nattes tressées sur sa tête);”Soumangourou” (=Soumba
N’golo, c’est à dire N’golo fils de Soumba)…Félicitations au jeune
écrivain (yigo) Boubou Doucouré d’avoir fait une publication sur l’histoire de ton “marigui” Sokolon Diata. 😉 😉

Malidjigui<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 4038</span>
Membre
Malidjigui 4038
4 années 7 mois plus tôt

La legende de Soundjata elle nous tient, Sambou tu dois sortir de la legende et regarder le monde devant toi pour resoudre les problemes du 21eme siecle de ton Mali qui brule au Nord et est confronte a de la corruption generalisee au Sud.

serenissime<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 141</span>
Membre
serenissime 141
4 années 7 mois plus tôt

Merci Sambou pour ces precisions !Vive le mali et vive Sambou 🙂

wpDiscuz