L’insécurité routière en chiffres : 12 000 accidents recensés cette année au niveau du service des urgences de l’hôpital Gabriel Touré.

0

L’insécurité routière prend aujourd’hui une proportion alarmante dans notre pays. La prolifération des engins à deux roux et le non respect du code de la route sont autant de facteurs qui font que les victimes de la circulation routière, ne cessent de se multiplier. Plus de 12 000 accidents ont été recensés cette année au niveau du service des urgences de l’hôpital Gabriel Touré. 

Au Mali, les accidents de la circulation routière sont devenus une sérieuse préoccupation et aussi une question de santé publique. Les récentes donnés fournies par les services techniques à ce sujet font froid dans le dos. En 2007, on a enregistré sur le plan national 7 751 accidents corporels ayant entrainé 659 tués dont 363 pour les véhicules et 296 pour les engins à deux roues. La même année, le parc de véhicules était estimé à 167 245 et les engins à deux roues estimés à plus de 450 000. En 2008, le nombre d’accidents étaient de  13 772 dont 7 077 pour les automobilistes et 6 695  pour les motos. En 2009, il était de 12 910, soit 6 569 pour les engins à quatre roues ou plus et 6 341 pour les motos. Au cours de l’année 2010, il y a eu 10 465 accidents dont 5 400 en autos et 5 065 en motos.  Le nombre de blessés des accidentés de 2008 est estimé à 9 839 dont 2 969 pour les automobilistes contre 6 870 pour les motocyclistes.

En 2009, 8 839 blessés ont été enregistrés, soit 2 569 cas pour les automobilistes et 6 269 cas pour les motocyclistes. Pour 2010, il a été enregistré 8 067 cas de blessés dont 3 344 cas relevés du côté des autos et 4 723 chez les motos.

Le nombre de personnes tuées dans les accidents en 2008 a été de 671 individus dont 351 pour les engins à quatre roues et 320 pour ceux à deux roues. En 2009, 573 personnes ont perdu la vie. Parmi celles-ci, 330 viennent du côté des automobilistes et 243 pour les motocyclistes. En 2010, 687 accidentés sont morts dont 424 en autos et 263 en motos. En agglomération, le nombre d’accidents en 2008 en autos et motos sont respectivement de 563 et 351 victimes. Hors agglomération, ils sont de 563 pour les engins à 4 roues et 351 pour les engins à deux roues.

En 2009, le nombre d’accidents en et hors agglomération se chiffre à 6 569 cas pour les autos et 6 341 cas en motos. Et en 2010, il a été enregistré pour les deux agglomérations 5 400 cas en automobiles et 5 065 cas en motos.

L’étude de restructuration des activités de la sécurité routière, dans le cadre du projet sectoriel des transports (PST1) a révélé que les principales causes des accidents ou de leur gravité sont liées à : 71% d’imprudence du conducteur, 14% à des défaillances techniques, 8% au comportement imprudent de la victime7% des collusions qui peuvent être assimilés au mauvais état de la chaussée.

Cette année pour le lancement de la 9ème édition de la semaine nationale de la sécurité routière, l’accent a été mis sur les usagers d’engins à deux roues. Cela s’explique par le nombre élevé des victimes des engins à deux roues : 4 986 accidents contre 3 768 pour les automobiles. C’est pourquoi les conducteurs de ce mode de transport ont été incités à la culture du port de casque. Selon les statistiques du service des urgences de l’hôpital Gabriel Touré, sur les 12 000 consultations annuelles relatives aux accidents de la voie publique, 30% sont des traumatismes crâniens. A lumière de tous ces chiffres qui illustrent à certains égards les impacts des accidents de la circulation routière, nous avons deux possibilités : Agir en respectant le code de la route et surtout en faisant montre de courtoisie pendant la conduite ou Périr en assistant chaque jour à la mort d’un digne fils de ce pays. Nous sommes tous concernés et c’est ensemble, avec les efforts de sensibilisation des différentes autorités en charge de la question, que nous pourrons renverser la tendance, car trop c’est trop.                                                                                                                                 

 

TAO IBRAHIM

 

PARTAGER