Lutte contre le terrorisme : La police arrête 20 présumés jihadistes dont deux Français à Zégoua

3

Les contrôles de police dans la capitale malienne.Selon les sources proches de la sécurité d’Etat, au moins 20 présumés terroristes ont été appréhendés lundi hier soir à Zégoua dans la région de Sikasso, alors qu’ils étaient à bord d’un car de la compagnie de transport « SONEF » en provenance de la Côte d’ivoire. L’opération a été menée par la police  locale. Selon nos sources, les présumés djihadistes seraient des Maliens, des Franco-maliens et des Mauritaniens. Le chef de file de la bande serait un certain  Samir Enrique de nationalité mauritanienne.

Les personnes arrêtées ont été acheminés dans la journée d’hier, précisément, à Bamako par les Forces armées et de sécurité. Selon des habitants sur place, la situation est calme dans la ville et les services de sécurité appellent à la vigilance. Sur les antennes du Studio Tamanii, Karim Doumbia,  journaliste d’une des radios sur place, a confié : « Effectivement hier vers 19 heures, dans un car de la compagnie SONEF, la police a arrêté une vingtaine de jihadistes, avant de les conduire à Sikasso. Mais présentement, là où nous sommes, la ville de Zégoua n’a pas été paniquée par la nouvelle. Car les forces de l’ordre (police, gendarmerie, garde nationale, la protection et les militaires de l’opération « Soutoura ») se sont déployées pour éviter la panique dans la ville. Présentement, les choses sont calmes. On a passé l’avis sur les trois radios de la ville pour appeler les populations à la vigilance, et demander aux conducteurs de moto-taxis de ne jamais traverser la ville à partir de 19 heures sans se soumettre au contrôle ».

Cette arrestation intervient moins d’une semaine après celle d’un autre présumé jihadiste à Ouan dans la région de Ségou. L’homme était en possession de plusieurs vidéos, et a avoué aux enquêteurs son appartenance au mouvement jihadiste Ançadine d’Iyad Agali. Selon de sources sécuritaires maliennes, huit suspects ont été appréhendés et les enquêtes se poursuivent. Ançardine avait menacé de s’attaquer aux formes maliennes et celles de la Minusma. Une menace prise au sérieux par les autorités maliennes et chancelleries occidentales qui ont appelé leurs ressortissants à la vigilance.

Au même moment, au Nord-Est du pays, les forces Barkhane viennent de boucler une opération dite de « contrôle de zone » dans la quinzaine du 29 juin au 10 juillet. Elle visait à « d’effectuer des actions de fouilles sur des points dits d’intérêt signalés sur la base de renseignements ». La mission s’est déroulée sur deux zones distinctes, nord et sud, afin de pouvoir étendre le périmètre de l’opération et ainsi accroître son efficacité.

Des fouilles ont été menées dans le désert à la recherche de traces, de caches d’armes et de plots logistiques qui serviraient aux groupes armés terroristes. Ainsi, du matériel servant à la fabrication d’engins explosifs improvisés a pu être découvert. 20 kilogrammes d’explosifs artisanaux ont été détruits par les démineurs.

Rassemblés par Nabila

 

3 COMMENTAIRES

Comments are closed.