Célébration de la journée de l’Afrique : Les Ambassadeurs africains plaident pour le retour du Royaume dans l’Union Africaine

0
Les Ambassadeurs africains plaident pour le retour du Royaume dans l'Union Africaine
Une vue des chefs d'Etat africains au sommet de l'UA

Les Ambassadeurs de plusieurs pays africains ont souligné en unanimité les efforts inlassables déployés par le Maroc pour soutenir le développement du continent. C’était lors de la célébration de la journée de l’Afrique commémoré chaque année le 25 mai. Le thème choisi pour cette rencontre organisée par la Fondation diplomatique était : “Le Maroc est en Afrique et l’Afrique est dans le Maroc”.

Les Ambassadeurs de plusieurs pays africains se sont réunis comme à l’accoutumée pour célébrer la journée de l’Afrique au Maroc. Pour cette année, ces diplomates ont choisi comme thème : “Le Maroc est en Afrique et l’Afrique est dans le Maroc”. Une rencontre d’échanges organisée par la Fondation diplomatique avec les Ambassades d’une vingtaine de pays africains accrédités au Maroc en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères et de la coopération.

Au cours de cette commémoration, les Ambassadeurs ont souligné en unanimité les efforts inlassables déployés par le Maroc pour soutenir le développement du continent. C’était lors d’une rencontre organisée le mercredi 25 mai à Rabat, au cours de laquelle ils ont plaidé pour le retour du Royaume au sein de l’Union Africaine.

Les actions menées par le Maroc en Afrique, sur les plans religieux, économique ainsi sur celui de la protection de l’environnement, l’eau en particulier, ont été mis en avant lors de la célébration, de cette Journée africaine. Une journée qui coïncide d’ailleurs avec le 53ème anniversaire de la création de l’Organisation de l’Unité Africaine.

Les Ambassadeurs des pays africains ont été unanimes à souligner, lors de cette rencontre, le rôle joué par le Maroc pour soutenir le développement du continent. Ils ont appelé dans ce sens à ce que le Royaume retrouve la place qui est la sienne au sein de l’Union Africaine. Le doyen du corps diplomatique accrédité au Maroc, l’Ambassadeur de Centrafrique, Son Excellence M. Ismaïla Nimaga, a lancé un appel dans ce sens en mettant l’accent sur tout ce que fait le Royaume pour le continent. Le Maroc a été toujours présent aux côtés de ses frères africains pour équiper, soigner et apporter son assistance, a-t-il dit, en rappelant que le Maroc accueille près de 10.000 étudiants africains qui bénéficient de programmes destinés à la promotion de la jeunesse en Afrique.

À cette occasion, il a exprimé sa gratitude à Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui place la coopération Sud-Sud au centre de la politique du Royaume, rappelant la présence constante du Maroc aux côtés des pays du continent tant sur le plan humanitaire que dans le cadre de la coopération militaire en cas de crises, de guerres ou de maladies. “Il est inconcevable d’imaginer un développement du continent africain sans le Maroc qui a été un des piliers fondateurs de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), devenue l’Union Africaine (UA)”, a insisté le doyen des diplomates africains.

Sur le plan de la coopération religieuse avec les pays africains, M. Abdeslam Lazaar, Directeur de l’Institut Mohammed VI de formation des imams, a évoqué les actions menées en faveur des pays africains à ce niveau. Il a cité le nombre d’imams formés au profit des pays du continent, estimés à plus de 214, appartenant au Mali (106 imams), à la Guinée (35 imams), la Tunisie (37 imams) et au Nigeria (36 imams). Il a cependant expliqué que ce programme, initié par le Souverain, depuis sa visite au Mali en 2013, a connu un grand succès. Ce qui a fait que même des pays européens en ont bénéficié (comme la France, 25 imams formés) et beaucoup d’autres demandent à en tirer profit. C’est la raison pour laquelle l’Institut Mohammed VI de formation des imams est en cours d’extension pour pouvoir accueillir quelque quatre mille étudiants.

Sur le volet de “la coopération environnementale”, M. Charafat Afilal, ministre chargée de l’Eau, a souligné l’impérieuse nécessité de la coopération entre les pays africains pour défendre la même position lors de la prochaine COP 22 abritée par le Maroc. Selon elle, les changements climatiques constituent un autre enjeu à fort impact pour le continent qui subit de plein fouet leurs effets sans pour autant en être responsable. Elle a invité dans ce sens les pays africains à défendre surtout l’accès à l’eau et la sécurité hydrique. Pour avoir une même position, elle a invité les pays africains à prendre part à la conférence internationale que son département organise, les 11 et 12 juillet prochain. Une conférence qui rentre d’ailleurs dans le cadre des préparatifs de la COP 22 et dont le thème portera sur l’eau et l’assainissement. Pour sa part, la représentante résidente de la Banque africaine de développement, Mme Yacine Diama Fal, a souligné que le Maroc place la coopération Sud-Sud au centre de sa politique de développement. Abordant la COP 22, elle a affirmé que le Royaume est un pays modèle et pionnier en matière de lutte contre les changements climatiques, tout en notant que la COP 22 est une conférence abritée par l’Afrique et pour l’Afrique.

B.KONÉ

Commentaires via Facebook :

PARTAGER