Gestion des fonds de SPANA -MALI : Le festival des brigands !

0

Si Spana, une organisation humanitaire britannique, vise à protéger les animaux et la nature, force est de constater qu’elle a aussi servi de vache laitière à certains, qui mobilisent des fonds à leur seul profit. Un vrai scandale !

L’ONG-Société pour la protection des animaux et de la nature (Spana) est une organisation humanitaire britannique lancée au Mali en 1996. Elle comporte 4 programmes, à savoir: le programme éducatif, le programme du nord, le programme vétérinaire et le programme épi-thérapie. Il nous est toutefois revenu de sources proches de cette organisation qu’une grande opacité entoure la gestion des fonds destinés à la protection des animaux et la nature. Notre source rapporte en effet que le Directeur de Spana-Mali, en l’occurrence Amadou Doumbia, ferait preuve d’amateurisme et baignerait dans une magouille à ciel ouvert. Conséquence: la gestion des fonds de cette organisation humanitaire britannique laisse à désirer.

Selon d’autres témoignages, un  réseau se serait formé autour des  fonds de l’organisation, avec la bénédiction de M. Doumbia qui gérerait le projet sans aucune mode opératoire de suivi. Il nous revient aussi que les bénéficiaires ne sont même pas informés de la présence de Spana au Mali.

Au regard de cette  situation qui frise le brigandage, certains observateurs en sont aujourd’hui à se demander si les autorités de tutelle sont régulièrement informées des activités de Spana-Mali.

L’autre scandale, selon notre source, c’est l’attribution, de gré à gré, des marchés de la restauration des sessions de formation organisées par Spana-Mali à la fille de M. Doumbia.  Notre interlocuteur de préciser: «Le restaurant en question est ‘’O Buffet’’, sis à Hamdallaye ACI 2000. C’est non seulement pour lui un moyen de remplir les caisses de sa fille, mais aussi et surtout de faire de la surfacturation».

Zones d’ombre !

A en croire notre source, à ce jour, beaucoup de zones d’ombre planent sur l’exécution des projets. Comment comprendre par exemple que les bénéficiaires ne soient pas régulièrement informés de l’existence du projet, alors qu’il y a un fonds spécifique destiné à la communication. Pire, le rapport de Spana-Mali n’aurait jamais fait l’objet d’une quelconque publication. «D’ailleurs, est-ce que Spana-Mali produit un rapport d’activités  annuel ?  Y a-t-il des retombées des activités de Spana-Mali de sa création à nos jours ? En 20 ans d’existence de Spana-Mali, le programme épi-thérapie a-t-il pu réellement soigner un handicapé au Mali ? Si oui, qui sont-ils ?», interroge notre interlocuteur qui affirme par ailleurs que le sieur Amadou Doumbia cumule trois fonctions. «Amadou Doumbia est professeur  à l’IPR de Katibougou. Il est vétérinaire au Parc national Zoo Aga Khan», confie-t-il. Comment donc gérer convenablement l’ONG Spana-Mali dans cette situation? Le sieur Amadou Doumbia ne tombe-t-il pas sous le coup de l’incompatibilité en cumulant trois fonctions, comme s’il n’y avait pas d’autres cadres valables au Mali ?

Amadou Doumbia, un DG allergique à la presse

Dans le souci de l’équilibre de l’information,  nous avons voulu rencontrer le Directeur de Spana-Mali. Curieusement, ce dernier n’a jamais voulu nous recevoir. A travers nos investigations, nous avons essayé de comprendre les contradictions et la légèreté qui émaillent ce dossier. Le triste constat en est que M. Amadou Doumbia se dit incapable d’apporter des précisions sans un écrit préalable ou un questionnaire préétabli, à lui adressé par nos soins. Malgré notre insistance pour qu’il nous envoie son adresse email afin de lui envoyer le questionnaire, M. Doumbia a tout simplement décidé de ne pas piper mot. Pire, il nous a envoyé balader, en nous disant par téléphone de faire notre travail et qu’il n’est pas obligé de nous répondre. Pourquoi n’a-t-il pas voulu nous recevoir ? N’est-ce pas là une raison de plus pour lui de camoufler ses manœuvres ? Et cela jusqu’à quand ? S’interroge-t-on.

En tout cas, les plus hautes autorités du Mali et les partenaires britanniques doivent faire preuve de diligence et tirer au clair cette affaire.

Il est temps de prendre des dispositions qui s’imposent pour freiner cette gestion opaque qui prend en otage les cibles du projet.

Nous y reviendrons

Ibrahim M.GUEYE

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here