Dioncounda / IBK : Les nouveaux courtisans d’ATT

0

Pour gagner en 2012, les candidats les plus en vue se sont passés le code : il faut donner l’impression d’être le favori du président sortant. Dans cette course au soutien d’ATT, les candidats de l’Adéma/PASJ et du RPM, Dioncounda Traoré et Ibrahim Boubacar Keïta ont déjà lancé la campagne de séduction. Les deux politiques ne ratent plus d’occasion pour jeter des fleurs à l’actuel locataire du Palais de Koulouba.

Sans le soutien du président sortant, Amadou Toumani Touré, aucun candidat n’est capable de gagner les élections présidentielles de l’année prochaine. C’est la conviction la plus répandue au sein de la classe politique malienne à quelques neufs mois de l’échéance de 2012. Pour ce faire, tous les candidats potentiels tentent de donner l’impression d’être « l’homme de Koulouba ». Ainsi, les plus virulents contre l’actuel régime évitent alors de viser ATT dans leurs critiques alors que les autres ont déjà lancé une véritable campagne de séduction.

En la matière, le très probable candidat de l’URD, Soumaïla Cissé, la joue très intelligent et s’évertue à faire des apparitions publiques à ses côtés comme l’on a pu le constater lors de la visite de l’exposition dogon à Paris le mois par le président ATT. Pour ses deux sérieux adversaires à la présidentielle que les candidats de l’Adéma/PASJ et du RPM, Dioncounda Traoré et Ibrahim Boubacar Keïta, ils ne s’en cachent pas. A chaque occasion, les deux prétendants au fauteuil présidentiel s’appliquent à  donner les bons points au président sortant. Si l’actuel président de l’Assemblée nationale se dit « fier du bilan d’ATT », son prédécesseur  le considère comme « le soldat de la démocratie ». De beaux hommages qui cachent mal leur intention de s’attirer la sympathie de l’homme fort et surtout d’envoyer des signaux aux partisans de ce dernier dont les soutiens sont indispensables pour une victoire en 2012.

Il reste peu probable que ces courtisaneries marchent car ATT ne se mouillera pas pour des gens à qui on ne peut pas faire entièrement confiance.

Abdoul Karim Maïga

 

PARTAGER