Affaire IBK-Journal «Le Monde » : Qui sont les deux journalistes à avoir mis en cause l’intégrité du chef de l’Etat

26

Depuis le vendredi 28 mars, les Maliens dans les salons feutrés et dans les grins ne font que parler de cet article du grand quotidien français “Le Monde”, qui est tombé tel un cheveu dans la soupe de la bonne gouvernance que le président IBK ne cesse de prôner depuis son accession au pouvoir.  Si, pour certains, dans ce pays “les journalistes ne font que mentir”, pour d’autres, par contre, mieux vaut attendre pour en savoir davantage. Au milieu de tous ces gens, il y a ceux qui pensent tout simplement qu’il ” n’y a pas de fumée sans feu “.

 

Fabrice Lhomme
Fabrice Lhomme
Gerard Davet
Gerard Davet

Qui sont les deux journalistes qui ont mis en cause l’intégrité du président de la République ?  Gerad Davet a fréquenté l’Institut pratique de journalisme (IPJ) avant de venir  au quotidien Le Parisien, en 1987, où il rencontre Fabrice Lhomme. En mars 2011, il est chargé du secteur de l’investigation au journal Le Monde, en compagnie de Fabrice Lhomme. Quant à celui-ci, il devient en 2000 reporter au Monde, spécialisé dans les affaires politico-financières. Les deux hommes sont co-auteurs du livre : ” Sarko m’a tuer” en août 2011, regroupant le témoignage de 27 personnalités affirmant avoir subi la colère ou les représailles de la part du président français d’alors Nicolas Sarkozy.

L’article des deux journalistes d’investigation, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, publié au moment où le président IBK était en déplacement en Côte d’Ivoire, a pris de court tant l’opinion nationale que le palais de Koulouba. Il a été considéré comme provenant d’une main ennemie voire de la main d’opposants politiques tapis dans l’ombre. Ce qui explique la panique qui s’est emparée du palais, car si ces informations de “ corruption, de blanchiment, d’abus de biens sociaux… “ étaient vraies, leurs conséquences seront fatales au régime qui prétend être basé sur des valeurs d’intégrité et de rigueur, entre autres. Cela compte tenu du fait que c’est une première qu’un dirigeant malien soit dans les mailles de la justice française. D’ailleurs pour cette raison, c’est tout le Mali qui va se sentir concerné si, d’aventure, l’étau se resserre autour de Michel Tomi, le principal concerné.

Qu’on soit d’accord ou non avec le chef de l’Etat, dans cette affaire impossible de dissocier le nom d’IBK de celui du Mali. C’est dire alors que c’est tout le Mali qui est concerné par “ cet article du Monde “. Tant sur le plan de sa crédibilité sur la scène internationale que celui de la sécurité intérieure. Au moment où IBK fait face à d’énormes défis qui semblent, d’ailleurs, ne pas bouger, s’ils s’en rajoutent d’autres cela pourrait être lourd à supporter. Tant pour IBK et son régime que pour le Mali. Même si au jour d’aujourd’hui, personne ne peut envisager dans quel sens le dossier va évoluer. En tout cas, le président est obligé, par respect pour son peuple, de s’expliquer – c’est le mot – devant la nation même si cela n’est pas dans nos mœurs.

Qui sont ces deux journalistes ?  

Le premier Gérard Davet est né le 25 août 1966. D’après la bibliothèque universelle, après son baccalauréat, il fréquente en 1986 l’Institut pratique de journalisme (IPJ) avant de vendre ses premières piges au quotidien Le Parisien, en 1987, où il est embauché deux ans plus tard, et où il rencontre Fabrice Lhomme. Il travaille pour l’édition du Val-de-Marne, où il se spécialise dans les faits-divers.

En 1993, il est promu au service des informations générales comme reporter. Il gagne le prix spécial de la fondation Varenne pour un reportage à la maison d’arrêt de Fresnes. En 1999, il intègre le service politique. Il suit la gauche et les écologistes, et couvre aussi sur le terrain les conflits internationaux : Kosovo, Afghanistan.

En janvier 2002, il rejoint le service des sports du Monde où il développe l’investigation. Dès juillet 2003, il est transféré au service Société, notamment pour suivre l’affaire Alègre, à Toulouse. Il  met au jour les affaires Pieri ou Ambiel. En 2005, il intègre le service politique, pour suivre Matignon, puis devient chef des informations générales, en 2006, année où il révèle l’affaire Clearstream. Il devient ensuite grand reporter, puis chef adjoint du service des enquêtes. A partir de 2010, il est chargé du suivi des dossiers Karachi et Bettencourt.  Dans cette dernière affaire, ses scoops lui valent d’être surveillés par le contre-espionnage et l’inspection générale des services : c’est l’affaire des fadettes, qui aboutira aux mises en examen de Bernard Squarcini, ex-patron de la DCRI, et Philippe Courroye, ancien procureur de Nanterre. En mars 2011, il est chargé du secteur de l’investigation au Monde, en compagnie de Fabrice Lhomme.

Il est professeur associé de journalisme d’enquête au Centre de formation des journalistes (CFJ) et à l’Institut pratique de journalisme (IPJ) -Paris Dauphine. Il a publié avec Fabrice Lhomme, chez Stock, en août 2011, Sarko m’a tuer.

 Quant à Fabrice Lhomme, il est né le 17 novembre 1965. Après son baccalauréat, selon les mêmes sources, il étudie dans deux écoles de journalisme, l’IUT de Tours puis l’ESJ-Paris, sans grand succès. Il se lance directement dans la carrière et multiplie, entre 1987 et 1989, les expériences à la radio (Radio Caraïbes International, en Martinique, Radio France Belfort) ou à la télévision (RFO-Paris). En 1989, il est engagé au Parisien, où il rencontre Gérard Davet. Il va travailler dans différentes éditions régionales du quotidien, et ce jusqu’en 1996, année où il intègre l’édition nationale au service des informations générales,  chargé de la rubrique Police. En 1997, il devient membre de la cellule d’investigation du journal.  En 1998, il part à France-Soir, où il publie de nombreux scoops sur le dopage dans le Tour de France.

En 1999, il est débauché par L’Express et en 2 000, il devient reporter au Monde, spécialisé dans les affaires politico-financières. Il révèle notamment la cassette Méry (les confessions posthumes de  l’ancien financier occulte du RPR). En 2006, il est nommé rédacteur en chef adjoint à L’Equipe Magazine, en charge de l’investigation. Il publie des enquêtes sur les transferts suspects du PSG ou l’ombre du milieu sur l’OM. Puis, en janvier 2008, il participe au lancement du site d’information Mediapart, pour lequel il va travailler plus de trois ans, révélant les affaires Bettencourt et Karachi. En mars 2011, il retourne au Monde, où il est chargé du secteur de l’investigation en compagnie de Gérard Davet. Il est professeur associé de journalisme d’enquête au Centre de formation des journalistes (CFJ) et à l’Institut pratique de journalisme (IPJ) -Paris Dauphine.

Il est l’auteur de quatre livres : Le Procès du Tour (ed. Denoël, 2 000) ; Renaud Van Ruymbeke : le Juge (ed. Privé, 2007) ; Le Contrat (avec Fabrice Arfi, ed. Stock, 2010);  Sarko m’a tuer (avec Gérard Davet, ed. Stock, 2011).

Après l’article paru sur les liaisons présumées entre IBK et le “ parrain “ Michel Tomi, et la constitution du célèbre avocat malien, Mamadou Ismaël Konaté, certaines informations indiquent que le président IBK va porter plainte contre ” Le Monde ” pour diffamation.

Mamadou FOFANA

 

PARTAGER

26 COMMENTAIRES

  1. IBK.. n’a meme pas honte… S’il avait declare ses biens on ne serait certainement pas la…

    Il merite bien d’etre traine dans la boue ce kanfilatigui..On regrete vraiment d’avoir elu cette grande gueule… bon a rien..

  2. ca on le verra,les ennemies du mali vont mourrir,les ennemies d IBK irront ….inchallah.QUE DIEU BENISSE LE MALI,AMEN.

  3. L’art de mentir et de manipuler:
    “si ces informations de « corruption, de blanchiment, d’abus de biens sociaux… « étaient vraies”…

    Ces délits concernent Michel Tomi,la justice Française enquête sur Tomi et non sur IBK, et l’article du Monde porte sur L’ENQUETE DES SERVICES FRANCAIS SUR TOMI!…:roll:

    “c’est une première qu’un dirigeant malien soit dans les mailles de la justice française.”

    OU, A QUEL MOMENT, cet article parle d’une enquête de la justice Française sur IBK??? La justice Française enquête sur un grand délinquant Français de la mafia Corse!…

    Ibk “dans les mailles de la justice Françaises”… 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
    Il est impensable qu’on laisse des journaleux transformer les choses, tordre la vérité, et manipuler les lecteurs de cette façon! 👿 👿 👿 👿 👿 👿

  4. Que IBK porte plainte comme ça nous connaitrons le vrai contenu du dossier car j’ai l’impression que c’est juste quelques miettes qu’on nous a servi. Que la vérité se sache. Amen

  5. Laissons le temps faire son boulot et après ladji par ses hommes ou lui même, Le monde et ses 2 journalistes Nous diront de quoi.

  6. Ces deux n’ont pas l’air d’être en paix avec leur conscience .Cela se lit sur leur visage.
    Ils s’attendent à un procès pour diffamation et tentative de déstabilisation
    Ce qui risque de leur arriver ,c’est le licenciement pour faute grave sans aucune indemnité
    Quand ils pointeront à pôle emploi,ils seront surpris de savoir qu’ils n’ont pas droit non plus aux allocations de chômage.
    Il y aura aussi des sommes importantes à payer par le journal pour dédommager ,cela couvrira les frais d’honoraire des avocats.

    • il faut etre intelligent, monsieur. Vous pensez que ces gens la ecrivent au hasard?

  7. ibk est un homme corrompu …..personne ne marchera avec un vendu …..

  8. Les maliens savent pourquoi ils ont élu le président IBK. Il n’est pas élu par les politiques; mais par le peuple malien. A bon entendeur Salue.

  9. Ces deux journalistes sont de vrais enquêteurs. Dans toutes les affaires qu’ils ont soulevé, ils avaient des preuves à l’appui de leurs écrits.
    Leur sujet n’est pas IBK mais TOMI face à la justice Française.
    IBK ne leur fera pas de procès car il est sur de le perdre et que les preuves vont sortir au grand jour, photos à l’appui.
    Tout ceci est une tempête dans un verre d’eau. La plupart des dirigeants de part le monde bouffent à tous les râteliers mais les africains restent les champions en matière.
    Tout le monde le sait et tout le monde s’en fout sauf les Maliens trop fiers pour l’accepter alors qu’ils sont les rois de la corruption à tous les niveaux.

  10. Avec leurs yeux de charognard,vous allez passer le reste de votre miserable vie en prison.

    • il faut bien rêver, mais la France n’est pas le Mali. c’est bien de le savoir.

    • Doudouba il faut dire la vérité !!!! Les journalistes du monde se trompent. C’est toi qui était à Paris avec Michel Tomi. C’est toi qui a reçu les costumes, c’est toi qui l’a serré dans tes bras. C’est toi aussi qui était à Marseille tous frais payés, belles voitures garde du corps. Grands restaurants suites dans des palaces parisiens c’est encore toi. Voyages en avion Afrijet toujours toi !!! Doudouba, ne laisse pas le président se faire accuser à ta place. Dénonces toi auprès des journalistes et auprès des Malien.

      😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      • 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆
        Tu imagines DOUDOUBA ?

        Les titres en France ?
        Le MONDE S EST FAIT “DOUBLER” !
        Le “parrain” TOMI SE FAIT DOUBLER !
        Et IBK porte le chapeau !
        😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

        Maintenant , réfléchissons …..entre nous , en parlant d’imposture , on en connait un , sur Maliweb , qui est un spécialiste …c’est CAPI ….
        C’est une piste à vérifier .
        Merci Leila .

    • Vous pensez que nous sommes au Mali pour mettre en prison des journalistes et les priver de liberté et d’emploi?! Qu’IBK tente un procès s’il est garçon! C’est vous qui voulez le pousser à faire un procès car il sait qu’il y a l’humiliation au bout.

  11. Pourquoi, quand il y a un article dans la presse privée sur le Président de la République, on voit toujours la main de l’opposition? ATTcratie… on voyait la main de ces opposants….

    • Pour ATTcratie, c’est maintenant vérifié IBK est passé par là, mais comme il n’est pas courageux, on a accusé Diawara BHM. Le pauvre!

  12. NOUS SOMME DU COUER AVEC LE PRESIDENT IBK.
    SI TU VEUX ARRETER LES LOUS IL FAUT S’ATTENDRE A TOUS.
    POURQUOI ATTEDRE CE TEMPS PR DIR CETTE CHOTISE?
    SI LA FRANCE NE RESPECT LEUR PRESIDENT NOUS MALIENS ON RESPECTE LE NOTRE IBK.
    SI LA FRANCE NE PAS CAPABLE DE GENRE SES AFFAIRES CE PAS LA FAUTE d’IBK.
    IBK IBK IBK IBK NOUS VOUS SOUHAITONS BONNE CHANCE COTRE CES VIPEURS!

    • Personne de normal n’est avec IBK… Il récolte ce qu’il a semé…. la trahison, l’ingratitude ,la calomnie et la méchanceté gratuite…. instigateur du coup d’état le plus stupide de l’Afrique…

  13. L’HOMME et le NAVET quel bonne soupe ? Ils sont prèts à tout pour salir ibk à cause de sa position vis à vis du MLA . Notre Président ne prendra pas sa feuille de route à Paris . Les vœux de la minorité Touareg ne passeront pas inch alla.

  14. Probleme ce que le Mali n’a pas des hommes. ces sont des poltrons qui ne peuvent que tuer les civiles ou voler leurs biens. Continuer à dire que MNLA a commis des crimes sans penser sur les pires desastres que font vos faux militaires. Ce n’est pas comme ca entendons voir qui et qui espece des tueurs des civiles. Dites le cas d’un seul civil tuer par le MNLA ou autre que vos militaires imbeciles. On entend vos revelations! j’ai dis des civiles pas des militaires.

    • Le Prefet de Bourem, sa femme et ses trois enfants dont un de moins de 18 mois tués par le MNLA sont-ils des militaires? Le chef du service local de l’agriculture de Bintagougou est-il un général de l’armée. Je me tiens à ces deux cas parmi 299 que je peux citer.

    • Toi qui es homme, pourquoi te caches -tu dans les camps de refugiés? Viens, il n’y a que des femmes mais elles te cacher ta gueule de macaque

  15. Que l’Indépendant, journal corrompu jusqu’à la moelle, jette le discrédit sur de vrais professionnels, ça fait rire tous ceux qui savent faire la différence entre un journaliste et un pisse-copie comme M. Fofana.

  16. Que l’Indépéndant , journal de Saouti Haidara, organe de presse corrompu jusqu’à la moelle, jette le discrédit sur de vrais professionnels ça fait rire tous ceux qui savent faire la différence entre un journaliste et pisse-copie.

  17. FOUTEEEEEEEEEEEEZ LA PAIX AUX MALIENS

    LE MNLA A TELLEMENT FAIT DE CRIMES QUE NOUS MALIENS PENSONS QUE VOUS DE LA PRESSE NE JOUEZ PAS DU TOUT VOTRE ROLE.

    CERTAINS JOURNALISTES ONT MEME PRIS DE L’ARGENET AVEC BLAISE POUR SE TAIRE SUR LES CRIMES COMMIS PAR CES CRIMINELS MAUDITS DES GROUPES MAUDITS. 💡

Comments are closed.