Un «livre blanc» pour réhabiliter le général Moussa Traoré Les nostalgiques de l’UDPM à la manœuvre, le Mouvement démocratique organise la riposte

8

Il y a bientôt un mois une nouvelle défraie la chronique au Mali : il s’agit de la parution très prochaine d’un livre en hommage du général Moussa Traoré. Ce livre serait dénommé «Libre blanc». Ce livre, selon toutes les indiscrétions, aura pour but d’engranger un vaste mouvement de réhabilitation de l’ancien président de la 2ème République en la personne de Moussa Traoré. Celui-ci, il faut le dire, est pratiquement ignoré de la grande frange de la jeunesse du Mali. Il importe donc de rappeler à son attention que Moussa Traoré était l’instructeur de la milice populaire du premier président du Mali, feu Modibo Keïta. Aussi, faut-il le rappeler, ce premier président fut déchu par le même instructeur de la milice le lieutenant Moussa Traoré. C’était le 19 novembre 1968.

 La descente aux enfers pour le peuple malien

Après dix ans de vide politique, Moussa a mis au point le parti unique en l’occurrence l’Union démocratique du peuple malien (UDPM). Le Mali a été engagé sur la voie du parti unique : c’était en 1979. Dès lors, un seul candidat avait droit à briguer la magistrature suprême du pays chaque fois qu’il y avait l’élection présidentielle.

De 1979 à 1990, c’était la descende aux enfers pour le peuple travailleur du Mali. Il n’est pas question ici de rappeler les affres de ce régime monopartiste. Disons simplement qu’en réponse à la furie du vent de la «démocratie» qui soufflait d’est vers l’ouest, le président français a, lors du sommet franco- africain de la Baule en 1990 en France, déclaré que l’aide française aux pays africains était désormais subordonnée à l’instauration dans ces pays du multipartisme.

A l’occasion de ce sommet, les présidents malien et tchadien ont dit avec grande responsabilité que la «démocratie» ne doit pas être imposée aux pays d’Afrique et qu’il appartenait à chacun de fonder le régime «démocratique» à sa convenance. Juste après le sommet de la Baule, un vaste mouvement de contestation a émargé au Mali sous le flamboyant de l’UDPM.

Le résultat, on le sait : plus de 220 morts et des centaines de mutilés et de disparus. Un procès fallacieux ‘’crimes de sang’’, organisé par les «démocrates», a eu lieu à Bamako. C’était en 1992. Le verdict était connu d’avance par tous les esprits avertis : «Moussa est condamné à mort pour mieux le sauver.» Ce procès fut fondé sur deux fallacieuses questions à savoir : «qui a tiré ?». «Qui a donné l’ordre de tirer ?». Ces questions n’ont pas été posées pour être répondues sinon un Poste de commandement (PC) opérationnel a bien été mis en place pour contenir les manifestants.

Au procès, il n’y a pas eu de débat contradictoire entre les responsables de ce PC opérationnel et l’accusé Moussa Traoré. Un constat crevait les yeux de tous ceux qui voulaient voir : la Cour dirigée par Mallé Diakité se disait toujours «suffisamment informée» chaque fois que Moussa demandait le registre des entrées et des sorties du palais de Koulouba. Mais, pendant ce temps, les «démocrates» qui juraient sur la tête de leur grand-mère n’ont pas daigné dire que notre peuple qui a perdu de ses valeureux fils n’avait aucune information sur ceux qui effectuaient des valses politiciennes entre Bamako et Koulouba et par rapport à ce qu’ils disaient à Moussa Traoré. Tout s’est passé comme si le coupable des dérapages était connu d’avance. Mais comme le disait Moussa Traoré «lorsque la tête pourrit, le corps s’étiole». La tête du mouvement de contestation dit «démocratique» ne visait qu’une seule chose : retirer le pouvoir à Moussa Traoré pour procéder au partage du gâteau Mali.

En effet, nul doute aujourd’hui que le seul gage des «démocrates maliens» dans leur écrasante majorité était une et une seule chose : dilapider les caisses de l’Etat, spolier notre peuple et se construire partout des forteresses au Mali et dans le reste du monde. Mais comme le disait l’autre, la vérité finit toujours par triompher. En tous cas, aujourd’hui au Mali, aucun Malien digne de foi ne peut dire qu’après Moussa le peuple a respiré tant soit peu.

 

Alpha Oumar Konaré et ATT, deux purs produits de Moussa Traoré

Partout, ont été érigés en mode de vie la gabegie, l’escroquerie, la concussion, la délinquance financière, l’achat des consciences, la surfacturation, le népotisme, etc. Tous ces maux ont pris une allure humiliante avec Alpha Oumar Konaré et s’est poursuivie avec zèle sous ATT et IBK. Mais, il ne pouvait en être autrement quand on sait que Alpha a été dans le régime de Moussa Traoré en 1980 le ministre de la Jeunesse, des Sports, des Arts et de la Culture, et ATT n’était qu’un pur produit de Moussa Traoré.

En tous cas, tout s’est passé comme si les «démocrates» demandaient à Moussa Traoré de leur donner leur part du gâteau Mali. Visiblement, le Mali a été humilié sous les démocrates : rien ne va plus.

L’on comprend donc que le projet de ‘’livre blanc’’ des nostalgiques du régime Moussa visent au moins quatre choses :

  1. Démontrer à la face du monde que Moussa aime mieux le Mali que ces «démocrates» pillards des biens du peuple malien. Comme pour dire que certes Moussa a mal fait mais qu’il est plus patriote que ces tombeurs retourneurs de vestes.
  2. Remettre Moussa Traoré en selle après qu’il soit blanchi avec tant de morts à son actif.
  3. Moussa Traoré, connaissant mieux le Mali profond, peut revenir aux affaires ou par personne interposée et demander des comptes aux «démocrates» tapis dans les instances du pouvoir.
  4. Moussa n’a jamais posé un seul acte compromettant l’intégrité du territoire national, chose qui se produit aujourd’hui à la face de notre peuple.

Il faut dire que les « démocrates» ont hautement trahi la nation malienne en tout point de vue.

Le coup d’Etat de Amadou Haya Sanogo avait suscité d’immenses espoirs en notre peuple travailleur. Mais les militaires n’ont pas la bonne lecture des attitudes des politiciens maliens pour que rien ne soit plus comme avant dans notre pays.

Espérant trouver en IBK l’homme qui fera siennes les préoccupations des masses laborieuses, le peuple l’a élu à 77,66% des suffrages exprimés. Hélas, notre peuple est laissé pour compte. Avec IBK, la question posée par Alpha Oumar Konaré, ministre de Moussa, reste d’actualité. Alpha se demandait en 1980 lors de la Biennale artistique et culturelle : «Où va le Mali ?».

Une fois encore, IBK doit se rassurer pendant qu’il est temps qu’à force de retirer la parole au peuple il finira toujours par la prendre. Il doit vite revoir toute sa question pour enfin remettre ce peuple dans ces droits légitimes : manger décemment, se vêtir, se soigner, se loger, se cultiver décemment. Il n’y a que ce seul prix pour servir honorablement notre peuple.

Pour redonner donc confiance à ce peuple, il faut un véritable nettoyage à tous les niveaux de la vie nationale et arrêter l’hémorragie fulgurante des caisses de l’Etat malien. Ceux qui ont bouffé doivent payer entièrement ce qu’ils ont volé à notre peuple travailleur.

Le livre blanc pour la manifestation de la vérité au Mali oui ! Mais pas pour blanchir Moussa Traoré. D’ailleurs, à ce niveau, il faut annoncer que ce qui reste du Mouvement démocratique s’organise pour apporter la contradiction à ce livre qui fait déjà couler beaucoup d’encre et de salive. Cette riposte est tout à fait attendue car elle aura le mérité de rafraîchir les mémoires sur les crimes commis par le régime sanguinaire de Moussa Traoré. Cette riposte aura la tâche de montrer aux générations montantes que lors des mouvements populaires de 1991 et pour s’accrocher au pouvoir les forces armées de Moussa ont froidement abattu plus de 220 enfants et femmes du Mali. Ce crime odieux porté contre notre peuple a été l’aboutissement des années de dures épreuves comme le non payement des salaires, des bourses des élèves et étudiants, la fermeture des internats qui étaient des lieux sûrs de communion de cœur des Maliens du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest autour d’une richesse commune : le Mali.

Point n’est besoin de rappeler que pendant les années de sécheresse salariales bien de foyers ont été disloqués, la désertification intellectuelle et la lutte contre l’intelligentsia, le développement de l’affairisme furent des répondants aux affres de Moussa.

Le «livre blanc» en gestation constituera certainement une insulte grossière à l’adresse de notre pays qui n’a pas encore fini de soigner les plaies béantes des atrocités de février et mars 1991.

Fodé KEITA

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Je ne sais plus qui est l’objet de l’ire de ce journaliste. On tire sur GMT. Ça, je l’avais compris en lisant le titre de son article. Il tire ensuite sur le procès Crimes de sang, sur les démocrates, sur AOK et ATT. Il égratigne un peu Amadou Aya et IBK. Vivement la sortie de ce livre pour savoir la suite de ce feuilleton ” Le bon, la brute, les truands et le shérif Fodé Kéita.

  2. Mes chers compatriotes soyons forts et très forts pour surmonter tout cela.
    En réalité, il n y a rien a défendre des bilans du dictateur comme ceux des démocrates.
    Nous devons penser à un autre Mali. C’est la seule chose qui nous reste.

  3. Mr Kéita, vous dites que le seul gage des démocrates maliens dans leur écrasante majorité était une et une seule chose: dilapider les caisses de l’état, spolier le peuple et se construire des forteresses au Mali et dans le reste du monde. Puis-je savoir de quelle caisse vous parlez puisqu’on état en 1991. Pouvez-vous nous prouver l’existence de ces forteresses au nom de Alpha, ATT ou tout autre ? Si oui, où ? Par contre , moi je pourrai vous montrer 800 hectares appartenant à Moussa et d’autres.
    Vous dites gabegie, concussion, délinquance financière, népotisme … Croyez-vous que c’est sous Alpha ou ATT que ces fléaux ont vu le jour. Ils sont quand même pas nés sous Modibo de toute façon. Vous semblez oublier les 23 ans de martyr du peuple malien où il arrivait que le pétrole lampant ou le sucre manquaient carrément sur le marché. Alpha a hérité d’un Mali en ruine mon cher Kéita.

  4. :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle:
    CE MAUDIT … CRIMINEL … EST LA PIRE MALEDICTION QUE LE MALI AIT CONNU…. 😡 😡 😡 😡 😡 😡 😡 😡 😡 😡 😡 😡 😡

    ET DIRE QUE L’INDIGNE SANS INTEGRITE DE IBK … DANS SON IVRESSE DU POUVOIR ACQUIS… AIT OSE APPELER CE MONSIEUR … “UN GRAND REPUBLICAIN”…. ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓

    QUELLE HONTE … !!!!!! :whew: :whew: :whew: :whew: :whew: :whew: :whew: :whew: :whew:

    Moussa Ag,… PAUVRE MALIBA … TA MALEDICTION EST DANS TES ENFANTS … 😡 😡 😡 😡 😡 😡 😡 😡 😡 😡

  5. @Fodé Keita. “Il faut dire que les « démocrates» ont hautement trahi la nation malienne en tout point de vue. “I KA KOUMA KOLOMAYORO FILE.

  6. :mrgreen: , Mr. Keita F ne fait que relater des faits et il y a part de verite dans son article.
    C’est Mali non. En tout cas le Maliba n’est alle que de mal en plus mal sous AOK, mal en pire sous ATT et pire-pire sous IBK avec ces memes maux que Mr. Keita a cite.
    Alors arretons la partisannerie inutile et non constructive plus que cherchons a gouverner autrement et a nettoyer toute la classe politique malienne avec leur chef vampire 😆 😆 😆 :shutmouth: 😀 😉 ,

  7. MOUSSA A TUÉ CABRAL UN ÉTUDIANT, SANS ARME MAIS QUI SE BATTAIT AVEC SES IDÉES..
    LA FAMILLE DE CABRAL NE POUVAIT RIEN CONTRE LE POUVOIR DE MOUSSA..

    AUJOURD’HUI DES IGNARES QUI VONT SE PROSTERNER AU PIED DE MOUSSA TRAORÉ ET LE TRAITÉ COMME UN SAINT..

    MOUSSA EST MAUDIT ET TOUT CE QU’IL TOUCHE DEVIENT MAUDIT,,
    TOUTE PERSONNE QUI S’ASSOCIE A MOUSSA EST MAUDITE..
    EXEMPLE
    MODIBO DIARRA EST PARTI APRÈS AVOIR FAIT LA PROMOTION DE MOUSSA
    SANOGO EST MAL FINI PARCE QU’IL AVAIT MOUSSA COMME PÈRE SPIRITUEL
    IBK VA MAL FINIR ET RIEN NE VA AVEC IBK, DEPUIS QU’IL A APPELÉ MOUSSA **LE GRAND RÉPUBLICAIN**

    LES VICTIMES ET LEURS FAMILLES ONT MAUDIT MOUSSA..
    ET TOUTE PERSONNE QUI ESSAYERA DE RELEVER CE MAUDIT GMT **GROS MENDIANT TÊTU** VA MAL FINIR..
    MOUSSA A DÉMONTRÉ AU MALIENS QU’IL EST UN LÂCHE..SINON IL SE SERAIT SUICIDÉ..

    DONC SI VOUS SORTEZ UN LIVRE BLANC POUR MOUSSA, JE VAIS ÉCRIRE UN LIVRE ROUGE AVEC LA LISTE DES VICTIME DU GÉNÉRAL SANGUINAIRE MOUSSA TRAORÉ..

    LE TITRE DE MON LIVRE** CES HOMMES ET FEMMES VICTIMES DE MOUSSA TRAORÉ**

  8. AU MALI LE RIDICULE NE TUE PAS..
    MOUSSA TRAORÉ, LE SANGUINAIRE, L’ASSASSIN , LE DEUXIÈME PRÉSIDENT LE PLUS INDIGNE APRÈS IBK.

    MOUSSA A TUÉ TOUS LES HOMMES DIGNES DE FAIRE AVANCER LE MALI..POUR AVOIR LA MAIN MISE SUR LE MALI AVEC SA FEMME MARIAM, IL A FAIT ARRÊTER ET ASSASSINER SES COLLÈGUE DU CMLN..

    MARIA EN VRAIE FEMME D’AFFAIRE, LA PRÉMIERE DAME ENNEMI DU MALI A ÉRIGÉ UNE FORTERESSE D’AFFAIRE AUTOUR DE MOUSSA..C’EST AVEC MOUSSA QUE LA PROMOTION DE LA FAMILLE D’ABORD A COMMENCÉ..
    APRÈS L’ASSASSINAT DE TIÉCORO, KISSIMA , DES GÉNÉRAUX D’AFFAIRE FONT LEUR APPARITION.
    SÉKOU LY, UNE MARIONNETTE DE MARIAM AU SERVICE DE MOUSSA TRAORÉ..PROPRIÉTAIRE DE MALI LAIT, SON CHAMPS ÉLECTRIFIÉ ET SES VACHES HOLLANDAISES NOURRIES AVEC LE TRÉSOR DU MALI.

    C’EST MARIAM ET SÉKOU LY QUI FORCÉ MOUSSA À SE DÉBARASSER DE ZOUMANA SAKHO.

    MOUSSA A TUÉ MODIBO KEITA..IL A ORDONNÉ SON ASSASSINAT POUR ENSUITE L’ANNONCER COMME **ANCIEN INSTITUTEUR MORT EN GÉOLE**
    MOUSSA TRAORÉ , LE PRÉSIDENT LE PLUS MAUDIT DE L’HISTOIRE APRÈS IBK.
    AUJOURD’HUI, CE GÉNÉRAL AU GRAND BOUBOU A ÉTÉ CHASSÉ PAR LES JEUNES..
    IL BÉNÉFICIE AUJOURD’HUI DU PARDON DU PEUPLE..UN PEUPLE QU’IL A DÉNIGRÉ, RÉDUIT AU NÉANT..
    MAIS LE BON DIEU POUR LE PUNIR, LUI DONER UNE LONGUE VIE POUR QU’IL PUISSE VOIR DE PRÈS LE MALI ÉVOLUER..LES INFRACSTRUCTURES..CHOSE QU’IL N’A PAS PU FAIRE.

    TOUT COMME IBK MOUSSA MANQUAIT DE PROJRT ET DE VISION POUR LE MALI.
    PENDANT QUE LES AUTRES PAYS SE DEVELOPPAIENT, MOUSSA GASPILLAIT L’ARGENT DANS LES BAZINS..

    EN 23 ANS MOUSSA N’A RÉALISÉ AUCUN PONT, AUCUN ÉDIFICE ADMINISTRATIF,

    MOUSSA LE PÈRE DE LA CORRUPTION, DE LA DÉLINQUANCE FINANCIÈRE..

    SOUS MOUSSA, LES BRAVES FONCTIONNAIRES AVAIENT DES RETARDS DE SALAIRE DE 5 MOIS..

    DEMANDEZ-VOUS COMMENT UN FONCTIONNAIRE EN MILIEU URBAIN , AVEC UNE FAMILLE FAISAIENT POUR S’EN SORTIR AVEC UNE ABSENCE DE SALAIRE..

    LA DÉCHÉANCE DE LA FAMILLE EST NÉE SOUS MOUSSA TRAORÉ..LES CHEFS DE FAMILLE ONT PERDU LEUR AUTORITÉ

    SOU

Comments are closed.