Réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile : Les recommandations des chercheurs maliens

0

L’INRSP a abrité, du 24 au 26 juin 2014, les Journées scientifiques et de plaidoyer sur les interventions à haut impact et les résultats des études et des recherches en matière de santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant au Mali et dans le reste du monde.

INRSPCe fut l’occasion pour les experts, prestataires de soins et chercheurs de partager, grâce à de nombreux exposés, outre la description de l’état des lieux et la présentation de quelques outils et indicateurs statistiques pertinents, les résultats probants obtenus par certains programmes sur le terrain, documentés scientifiquement par les responsables de leur mise en œuvre.

 

Suite aux discussions et à la sélection des meilleures pratiques à disséminer par les participants à ces journées, organisées, rappelons-le, par la Direction Nationale de la Santé du ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique et son partenaire américain l’USAID, financier du projet MCHIP (Maternal and Child Health Integrated Program), les recommandations que nous vous proposons de lire ci-dessous ont été formulées.

«Considérant que la mortalité maternelle, néonatale et infantile constitue un problème majeur de santé publique;

 

Considérant que la sante maternelle, néonatale et infanto-juvénile constitue une priorité pour le Gouvernement de la République du Mali;

 

Considérant que la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile passe nécessairement par l’adoption et la mise en œuvre des stratégies qui ont fait la preuve de leur efficacité en la matière;

 

Considérant que l’efficacité de ces stratégies passe par une utilisation adéquate des structures de soins, une qualité conséquente des services et une mobilisation communautaire efficiente;

 

Considérant que la qualité du recueil, de la transmission et de l’analyse des données sanitaires est essentielle dans l’évaluation de la performance du système;

Considérant que les bonnes pratiques expérimentées dans notre pays ont fait la preuve de leur efficacité et méritent d’être portées à échelle.

 

L’atelier recommande:

1) Par rapport à l’utilisation des services

La promotion de l’approche «L’école des mères», après sa validation pour une mise à échelle;

 

La promotion de l’approche PROFAM pour l’amélioration de l’offre des méthodes de planification familiale;

 

La mise à échelle de l’insertion des implants par les matrones;

 

La promotion des méthodes de longue durée d’action de Planification Familiale et du Dispositif Intra Utérin dans le post partum;

 

La promotion l’expérience des associations / groupements féminins de Zégoua dans la prise en charge des activités préventives de santé;

 

La promotion de la déviance positive/ foyer dans le cadre de la lutte contre la malnutrition chez les enfants;

 

La poursuite de l’expérimentation du financement basé sur les résultats.

 

2) Par rapport à la qualité des services

La promotion des unités de «Soins Mère Kangourou»;

La promotion de l’utilisation de la Chlorhexidine de gluconate 7,1% pour les soins du cordon chez les nouveau-nés;

 

La promotion de l’anesthésie locorégionale dans la prise en charge des urgences obstétricales;

 

La relance de la supervision des équipes des districts sanitaires par les enseignants de l’Université;

 

L’institutionnalisation des audits des décès maternels, néonatals et infanto-juvéniles;

L’organisation régulière de visites de supervision des agents à tous les niveaux.

 

3) Par rapport à l’information sanitaire

La promotion du système électronique de collecte et de transmission des données;

Le respect des directives en matière de collecte et de transmission des données des SEC;

 

La vulgarisation de l’évaluation par la méthode LQAS dans tous les districts.

 

4) Par rapport aux ressources humaines

La création d’un centre de formation continue, qui prendra en charge la formation dans l’exécution des programmes prioritaires de santé du pays.

 

5) Par rapport à la recherche

L’institutionnalisation des Journées Scientifiques par la Direction Nationale de la Santé.

 

Ramata Diaouré

PARTAGER