Remise de médicaments et d’équipements : La Chine renforce le plateau technique de l’Hôpital du Mali

1

Signe d’un partenariat dynamique entre les deux Etats, la République Populaire de Chine vient d’offrir au Mali des médicaments et d’équipements chirurgicaux à l’Hôpital du Mali, le Vendredi 31 août 2012. La remise du matériel a eu lieu à Yirimadio, dans les locaux de la structure hospitalière.

Cette donation est l’expression de magnanimité de la République Populaire de Chine, qui a toujours, à travers son élan de cœur, apporté du réconfort à ses frères et amis maliens. A noter que pour recevoir ce don des mains de l’ambassadeur de la République Populaire de la Chine au Mali, une délégation du gouvernement malien a été conduite par Soumana Makadji, ministre de la Santé. A en croire l’ambassadeur République Populaire de la Chine au Mali, cette donation contribuera à renforcer le lien de coopération diplomatique entre les deux pays. «Encore une fois, veuillez accepter cette donation pleine de significations. Et je suis convaincu que nous pouvons faire fructifier notre partenariat existant pour faire face aux besoins des populations vulnérables dans votre pays» a-t-il souligné.

Pour la partie malienne, à travers l’expression de Soumana Makadji, ce don entre dans le cadre de la mise en œuvre des activités de la mission médicale chinoise. «Cette cérémonie traduit le témoignage de l’expression d’une amitié sincère et d’une coopération fructueuse de plus d’un demi-siècle entre nos deux peuples et leurs gouvernements. J’affirme avec force et conviction qu’entre la République du Mali et la République Populaire de Chine, la coopération est exemplaire. En témoigne ce merveilleux hôpital don de la République populaire de Chine», a souligné le Ministre, avant de dire que «la mise à notre disposition de ce joyau que nous avons baptisé «Hôpital du Mali» s’accompagne de la présence au Mali d’une mission médicale forte de 31 personnes afin de renforcer les capacités des ressources humaines nationales dudit hôpital. Ces professionnels de la mission médicale chinoise qui constituent la 42ème du genre, contribuent de façon qualitative à la prise en charge des patients qui s’adressent à cette structure».

Par ailleurs, le ministre de la Santé n’a pas caché sa satisfaction en donnant l’assurance que les médicaments et les équipements seront utilisés au   bénéfice   exclusif   des   patients. «Les médicaments seront prescrits aux patients dans le cadre d’un paquet de services sur la base d’un forfait qui tient compte du pouvoir d’achat réel des patients. Aussi, je donne   l’assurance   que l’accompagnement de mon Département ne vous fera pas défaut», a-t-il conclu.

Il faut rappeler que la République Populaire de Chine, en faisant don à l’Hôpital du Mali de médicaments et d’équipements pour la chirurgie, contribue véritablement au traitement de diverses pathologies qui seront diagnostiquées dans les différents services de l’hôpital.

Ibrahim M GUEYE
Epidémie du choléra : La Direction nationale de la santé fait le point
Si elle n’a qu’une faible incidence sur le taux de mortalité, le choléra représente une véritable catastrophe sanitaire au Mali. C’est à ce titre que la Direction nationale de la santé (Dns) a initié une conférence de presse pour éclairer, de manière cohérente, la lanterne des hommes des médias sur la situation de l’épidémie du choléra au Mali.

Le choléra est une maladie grave causée par l’ingestion d’eau contaminée. Selon les estimations de l’Oms, il y a chaque année, à travers le monde, 3 à 5 millions de cas de choléra, avec 100 000 à 120 000 décès. Selon la Direction  nationale de la santé (Dns), depuis le 30 juin dernier, des cas suspects ont été notifiés dans les aires de santé de Wabaria, à une dizaine de kilomètres de la ville de Gao. Et pendant que la tendance était à la baisse du nombre de cas de choléra dans cette zone, l’épidémie s’est vite étendue dans plusieurs autres localités : Ansongo, Labbezanga, Bentia, Ouatagouna, Bazis Gourma et Haoussa. A la date récente du 28 août, il a été enregistré 164 cas suspects dont 12 décès, soit un taux de mortalité de 7,31 %. La grande partie des cas de décès a été enregistrée à Labbezanga. Cela s’explique, selon la Dns, par l’insuffisance du personnel soignant.  La Dns a aussi donné les chiffres enregistrés à la date du 16 août dernier dans quelques pays voisins du Mali concernés par l’épidémie. Au Sénégal, 1 seul cas a été détecté et pris en charge à temps; au Burkina Faso sur 6 cas enregistrés, il y a eu 1 seul décès; au Niger, 3 634 cas ont été enregistrés et il y a eu 78 décès, soit 2,49% de taux de mortalité; en Côte d’Ivoire,  sur 1 321 cas, 34 décès ont été enregistrés; en Guinée, 3 349 cas ont été enregistrés et 82 décès ont été constatés; en Sierra Leone, 13 000 cas ont été enregistrés avec 250 décès et au Ghana sur les 3 065 cas, 22 décès ont été enregistrés. Selon le directeur national de la Santé, Mamadou Namory Traoré, en matière d’actions préventives, son Département donne des conseils techniques et fournit un appui à la prévention et à la lutte au niveau national; consulte les professionnels de la santé aux niveaux national, régional et international à la prévention, la préparation et l’action contre cette épidémie.

Rokia Diabaté

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. 90% des medecaments de contrefaçon viennent de Chine . peut etre veulent ils se debarrasser des maliens ??? :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

Comments are closed.