Rôle et place des femmes dans le processus électoral post-conflit : Aprofem et Renagec engagent le débat

0

Dans le cadre de l’opérationnalisation du projet PDC Africa, l’Aprofem et Renagec ont organisé un atelier, le jeudi 4 avril 2013, sur le rôle et la place des femmes dans le processus électoral en période post-conflit. La cérémonie d’ouverture, présidée par Chienkoro Doumbia, chef de cabinet du ministre de l’administration territoriale, a enregistré les présences de Mme Pren-Tsilya Boa-Guehe, conseillère politique de l’Ambassade des Etats Unis au Mali, de Mme Bagayoko Aminata Traoré, présidente de l’Aprofem, et de Boubacar Condé, maire délégué en commune V du district de Bamako.    
AprofemUne soixantaine de représentants des organisations féminines, des femmes élues et cadres de partis politiques, des leaders d’opinion, ont participé à l’atelier. L’objectif pour les organisateurs était d’ouvrir la réflexion et le débat, sur le rôle et la place des femmes dans la mise en œuvre de la feuille de route et de l’organisation des élections en période post conflit ; d’identifier les actions à entreprendre pour une meilleure participation des femmes, notamment celle des déplacées aux élections.
Après le mot de bienvenue de Boubacar Condé, maire délégué en commune V, la présidente de l’Aprofem, Mme Bagayoko Aminata Traoré, a fait une brève présentation du PDC Africa «Femmes et Jeunes d’Afrique Unis pour la Paix, la Démocratie et la Citoyenneté».
Au Mali, l’Aprofem et le Renagec sont des organisations partenaires du projet PDC Africa, basé au Sénégal. Subventionné par le Programme Alumni Engagement Innovation Fund (AEIF) du Département américain, le PDC Africa est composé de volontaires, ressortissants des pays africains. Pour la présidente de l’Aprofem, le projet prévoit entre autres activités, des organisations de foras au Mali, au Niger, au Cameroun et en Guinée Conakry, sur des thématiques relatives à la démocratie, la citoyenneté, la paix et les droits humains.
Pour le Mali, les organisations membres du PDC Africa ont retenu le thème : « Le rôle et la place des femmes dans le processus électoral en période post conflit.»
Mme Bagayoko Aminata Traoré, a rappelé qu’un processus électoral post crise, comme celui du Mali, doit être inclusif pour sa réussite. Il doit permettre à tous les citoyens, notamment aux femmes, d’exprimer librement leurs droits électoraux.
Pour Mme Pren-Tsilya Boa-Guehe, conseillère politique de l’Ambassade des Etats Unis au Mali, ce forum est le fruit d’un engagement à long terme pris par son ambassade de s’associer avec des maliens, pour renforcer les pratiques démocratiques. Tout en rappelant l’une des deux missions de la Transition malienne, à savoir l’organisation des élections démocratiques, libres, fiables et transparentes, la conseillère politique a dit que les partenaires du PDC Africa (Aprofem, Renagec) entendent contribuer au débat sur le  rôle des femmes dans le processus électoral et identifier les actions pour une meilleure participation aux élections de juillet 2013.
Elle a indiqué que les Etats-Unis apportent un appui de 6,5 millions de dollars Us au processus électoral malien. La somme, dit-elle, sera consacrée à l’observation des élections, à l’amélioration de l’esprit civique et à l’augmentation du taux de participation.
Avant de terminer, elle a salué l’initiative de l’organisation du forum, qui va approfondir la démocratie.
Quant au chef de cabinet, Chienkoro Doumbia, il a réaffirmé l’engagement  du gouvernement à soutenir toute initiative tendant à l’amélioration des conditions de vie des femmes, à travers leur participation au processus électoral de juillet 2013. Sidi Mohamed Diawara, représentant de la Fondation Internationale pour les Systèmes Electoraux au Mali, l’animateur de l’atelier, a exposé le thème «Démocratie-Paix-Election en post-conflit»
Les échanges ont porté sur le cadre légal, institutionnel, organisationnel de gestion des élections ; les instruments internationaux et régionaux de bonne gouvernance et de prise en compte du genre dans le processus électoral ; la conception des stratégies visant à améliorer la présence des femmes dans les textes et les organes des élections, etc.
A l’issue de l’atelier, les participants ont formulé des recommandations.
Ahmadou Maïga

PARTAGER