Union Africaine: Dlamini-Zuma veut unifier l’Afrique par les infrastructures

4

PRETORIA – Le manque d’infrastructures est le plus grand défi que doit relever l’Afrique si elle veut s’unifier, a estimé dimanche la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, nouvellement élue à la tête de la Commission de l’Union africaine (UA).

Nkosazana Dlamini-Zuma lors d’une conférence de presse de l’UA à Addis Abeba, le 16 juillet 2012
© AFP

“Comment pouvons-nous nous connecter?”, s’est-elle interrogée devant une assemblée de femmes à Pretoria, en constatant que la plupart des infrastructures du continent relient les zones de production de matières premières aux ports, et non les pays africains entre eux.

Cette intégration à laquelle aspire l’UA ne sera possible que si la paix règne en Afrique, a souligné l’ex-femme du président sud-africain Jacob Zuma, qui fut longtemps ministre des Affaires étrangères.

“Comment voulez-vous construire un chemin de fer au milieu d’une guerre?”, a-t-elle lancé.

Mme Dlamini-Zuma a estimé que le Parlement panafricain –instance législative sans réel pouvoir installée à Midrand, entre Johannesburg et Pretoria– devrait remplir un plus grand rôle dans l’intégration africaine. Il pourrait “harmoniser les législations” à travers le continent, selon elle.

“Le Parlement panafricain jouera un rôle important dans l’harmonisation de l’Union africaine, avec le temps, et une fois qu’il aura la responsabilité nécessaire”, a-t-elle noté.

Evoquant son élection, Nkosazana Dlamini-Zuma a souligné qu’elle serait la présidente de tous les Africains.

“Quand j’irai là-bas (à Addis Abeba, siège de l’UA, ndlr), je vais travailler au service de l’Afrique, et non de l’Afrique du Sud, même si les Sud-Africains feront partie de ceux que je servirai (…) Je dois commencer à penser à l’Afrique avant l’Afrique du Sud”, a-t-elle déclaré.

Mme Dlamini-Zuma, encore ministre de l’Intérieur de son pays, a été élue le 15 juillet présidente de la Commission de l’UA au terme d’une âpre campagne face au sortant, le Gabonais Jean Ping.

 

AFP / 21:32 – 29/07/12

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. 😉 merci EXCELLENCE un LEADERSHIP ANGLOSAXON EST NECESSAIRE EN AFRIQUE POUR LE BONHEUR DE NOS PEUPLES. ❗
    😳 En effet les routes traditionelles d’ echanges entre les populations ont ete barree par des murs d’ appartenance linguistique officialisee et offshorisee par les systemes colonials.
    Ainsi la meme famille CISSE, en GUINEE aurrai ses parentees au LIBERIA ou SIERRA LEONE denommees SEESAY 😆

    💡 DES INFRASTRUCTURES POUR QUE NOUS BOUGEONS INTENSEMENT DANS LES FRONTIERES OCEANNIQUES AFRICAINES , DES COMPAGNIES AERIENNES UNIFIEES, DES OPPORTUNITEES D’AFFAIRES FACILITEES, LE CHINOIS ,L’ ANGLAIS ET L’ ALLEMEAND COMME LANGUE OFFICIELLES DE BUSINESS AU NIVEAU AFRICAIN ❗ 😆 ❗

    💡 RECOMMANDEZ A TOUS LES PAYS AFRICAINS D’ INTENSIFIER L’ APPRENTISSAGE ACTIVE DU CHINOIS, DE L’ ANGLAIS ET DE L’ ALLEMAND DANS NOS ECOLES , ET DES COURS FINANCES PAR LES ETATS POUR LES PROFESSIONELS ET CADRES ❗

    😆 😆 😆 😆 😆 😆 (vous comprenez )

  2. Félicitations pour votre élection madame et bonne chance pour la réalisation de vos ambitions pour l’Afrique. Je suis sûre que sous votre mandat, les choses vont enfin bouger dans le bon sens pour les populations africaines.

  3. Mme. Une tres initiative, mais aussi l’oppose est valide. C’est aussi par l’absence de voie et moyen de communication que les guerres sont interminables, car les africains ne se connaissent pas assez ou sont inconscients qu’ils partagent les memes valeurs et heritage.

Comments are closed.