Gendarmerie nationale : Bien qu’étant sous sanction, le Colonel Alou Touré fait parler de lui, mais en mal

0

Le Colonel Alou Touré, bien qu’étant sanctionné, opère avec des voyous à qui, il donne des équipements de gendarmes, pour voler les biens des paisibles citoyens. En effet, le 23 janvier 2019, très tôt le matin, le colonel  Alou Touré a ramassé des bandits dans les rues, les a habillés avec la tenue de la gendarmerie, pour voler les recettes et autres ressources de l’hôtel Mango sis à  Kalaban-courra.

Le chinois  Liu chuan Yi avait un contrat de gestion qui a pris fin en 2017, donc la gestion de l’hôtel Mango est revenue à Souleymane Diakité, qui travaillait à la caisse avec les chinois.

Le 23 janvier dernier, le colonel Alou Touré et son gang (quelques jeunes habillés en gendarme), ont débarqué à l’hôtel Mango à bord d’un pick-up avec une fausse note d’huissier déclarant la fermeture de l’hôtel Mango, le 23 janvier 2019 à 7 h 20 mn. Aussitôt sur place, ils ont occupé les coins et recoins dudit hôtel, en s’emparant de la recette de la nuit qui était de plus d’un million. Le comble de l’ironie est qu’ils sont restés à continuer à gérer l’hôtel pendant trois jours (du 23 au 26 janvier 2019).

C’est une intervention colossale de l’équipe de BR du 11è arrondissement qui a mis ces babouins aux arrêts temporaires mais malheureusement ils jouissaient de la protection d’un puissant procureur, qui les a fait libérer aussitôt. Après quelques temps d’apaisement, l’avocat Sidiki Zana Koné  et l’huissier Aliou Traoré ont emmené un référé de tribunal qui exige le départ de la gestion de Mango ou de verser une caution 126 800 000 f CFA. Cette  note de référé a  été  emmenée à la gestion de l’hôtel en la date du 2 juillet 2019 à 19h 52mn.

Le fameux colonel de la gendarmerie en la personne d’Alou Touré, dit-on, aurait falsifié le contrat des chinois pour avoir gain de cause. Nous crions haut et fort cette injustice de grande dimension et demandons au ministre de la justice et des droits de l’homme Malick Coulibaly, de se saisir de cette affaire.

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here