Mali : 422 ex-combattants des groupes armés prêts à intégrer les FAMa (armée)

2

Un total de 422 ex-combattants des groupes armés sont prêts à intégrer les Forces armées maliennes (FAMa) à l’issue de trois mois de formation, a annoncé samedi l’armée malienne sur son site officiel.

Ces 422 stagiaires, dont 6 femmes, sont issus du processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR) et viennent de boucler leur stage de perfectionnement, ont indiqué les FAMa.

Composés d’officiers, de sous-officiers et de militaires du rang, ces stagiaires viennent des différents groupes signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation (APR) issu du processus d’Alger, a poursuivi l’armée malienne.

Pendant trois mois, ils ont respectivement acquis des notions élémentaires de chef de section, de groupe et d’équipe dans le combat. Cet effectif va renforcer le bataillon des Forces armées reconstituées (FAR) pour mieux lutter contre le terrorisme dans le pays.
Le chef d’état-major général des FAMa, le général Oumar Diarra, a déclaré sur le site que l’APR visait “à rassembler les fils du pays pour relever les défis majeurs”.

Il a aussi remercié la communauté internationale et les différents acteurs pour “la réussite du processus de paix au Mali”. Selon le général Diarra, cette deuxième vague d’éléments issus du DDR témoigne de “la volonté des hautes autorités du pays à œuvrer pour la réconciliation nationale”.

Le DDR est l’une des mesures centrales de l’accord signé en mai et juin 2015 entre le gouvernement du Mali et les ex-mouvements armés actifs dans le nord du pays.
Il vise à désarmer les groupes armés en intégrant les ex-combattants dans les forces de sécurité et de défense ou en facilitant leur retour à la vie civile. Le processus est piloté par la Commission nationale de désarmement, démobilisation et réintégration (CNDDR).

Publié le samedi 1 mai 2021 | Xinhua

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Reintegration ou integration ne saura etre un probleme en-soi, puis que ce sont des maliens, et nous tous voulons une synergie pour combattre le mal du siecle ( terrorisme). Cependant il faudra une authorite de l etat malien qui decidera du lieu de deployement ou de mutation de chacun de ses fonctionaires ou hommes de service. Ce n est pas par ce qu’ils sont du nord, donc qu’ils servent seulement au nord. Une bonne strategie de cohesion, d unite et de reconciliation nationale exigera que ces nouveaux elements integres partent servire dans d’autres localites et non le nord. Qu ils apprennent a veiller sur d ‘autres communautes et non la leurs. C’est par la que passe la culture de l esprit republicain et non communautariste ou sectariste.
    Merci,

  2. Bienvenue à la prochaine génération de traîtres !! Pour la énième fois ils seront intégrés et quel que soit l’ennemi, au premier coup de feu, ils vont se retourner contre l’armée pour rejoindre l’ennemi. Depuis que ces soi-disant ex combattants ont commencé les hostilités en Octobre 2012, nous leur avons rien fait. Nous avons tout abandonné devant eux et pris la fuite pour ensuite quémander une négociation avec eux. Tout le malheur qui est arrivé au MNLA est venu des groupes djihadistes qui lui ont botté le derrière et chassé du Nord MALI. Cela n’empêche pas le MNLA de collaborer avec ses propres bourreaux pour combattre le MALI qui l’a tout donné.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here