Délégation permanente du Mali auprès de l’Unesco : Amadou Hampaté Ba s’est retourné dans sa tombe !

11

unesco-manuscritÀ vrai dire l’avenir et le devenir du Mali font peur. Notre pays saigne abondamment. IBK a décidé de nommer un ambassadeur délégué, auprès de l’Unesco. Une première dans notre l’histoire.

 

Le Mali est  depuis novembre 1960 représenté au sein de l’Unesco par l’ambassadeur du Mali en France. IBK a décidé d’y mettre fin en nommant un ambassadeur délégué permanent auprès de l’Unesco avec tous les avantages y afférant. Qui dit ambassade, dit aussi du personnel.  Ce que le patriote-président Modibo Keïta n’a jamais voulu faire, IBK l’a fait. Ce à quoi l’historien-président Alpha a dit non, IBK l’a concrétisé. Le budget du pays pourra en pâtir, IBK n’en a cure. Lui et les siens profiteront du Mali. Les aigris et les ‘hassidis’ peuvent aller se faire voir ailleurs.

 

En vérité, IBK voulait nommer Oumar Keïta, ambassadeur du Mali en France. Mais, il a compris qu’il ne le pouvait pas pour l’instant se le permettre, vu son expérience. Comme il fallait trouver une fonction digne du rang à Oumar Keïta, la solution fut trouvée : Oumar Keïta est élevé au rang de premier ambassadeur, délégué permanent auprès de l’Unesco. Quand des considérations égoïstes dirigent des politiques publiques au plus haut sommet de l’État, il y a de quoi avoir peur, cher IBK.

Pour rappel, Amadou Hampaté Ba a représenté le Mali à l’Unesco. Même si après, son talent a fait de lui un expert auprès de cet organisme. Le vieux  Peulh a bel et bien représenté le Mali à l’Unesco sur décision du chef de l’État, président du gouvernement de la République du Mali d’alors, le très digne Modibo Keïta. Nul ne pourra nous faire admettre le contraire. On peut à souhait pervertir les fonctions et autres appellations, mais la réalité est têtue.

Amadou Hampaté Ba ne fut jamais élevé au rang d’ambassadeur délégué permanent. Or, M. Ba, à lui seul, vaut mieux pour l’image du Mali que tous nos ambassadeurs réunis. Anciens et ambassadeurs plénipotentiaires  en exercice. Et, sans aucune exception. De grâce, dites-moi, qui d’autres parmi nous, hormis  le vieux sage, a ses œuvres qui sont étudiées dans toutes les meilleures Universités du monde, de Harvard en passant par la Sorbonne.

 

Amadou Hampaté Ba n’a jamais cherché les honneurs, car l’honneur  personnifié, c’est lui. Il n’a pas simplement vécu, il existe. Aujourd’hui encore, il est mieux connu, reconnu au sein de l’Unesco à Paris qu’Oumar Keïta, ambassadeur délégué permanent en exercice. L’emploi du présent de l’infinitif a un sens. Merci pour l’éternité, merci pour le Mali, merci pour l’humanité, dormez en paix fierté nationale, Amadou Hampaté Ba !

 

Oumar Kéïta, un novice à l’Unesco

 

Disons-nous la vérité. La nomination d’Oumar Kéïta en qualité d’ambassadeur délégué permanent auprès de l’Unesco est une insulte et un mépris à l’endroit du peuple malien, cela à deux titres. Tout d’abord, une insulte à l’endroit des 77% des Maliens qui ont voté pour IBK et qui aspiraient, avec son arrivée au pouvoir, à une nouvelle espérance faite d’équité et de justice. «L’homme qu’il faut, à la place qu’il faut». Le Mali peut se briser, IBK, le bourgeois, s’en tape. Toutes les attitudes et actions d’IBK témoignent à suffisance qu’il est homme de luxe, tiré vers le vil. Insouciant du Mali. Gérant son amour propre.

 

Une insulte à l’endroit de tous les cadres de l’éducation et de la culture. Ces patriotes qui ont accepté au prix de mille et un sacrifices de servir le Mali dans l’honneur et la dignité. Certains, après des thèses de qualité, hautement académiques. Ces cadres fonctionnaires sont à Bamako et qu’aucun d’eux n’a été désigné ambassadeur délégué permanent. Souvent, nous nous posons la question de savoir que vaut l’Untm. Pourquoi le Pr. Maouloud Ben Barka, secrétaire général adjoint de l’Untm que nous avions connu très intègre, il y a trois décennies, cautionne-t-il ces défiances, ces déviances, ces dérives ? Car, se taire, c’est aussi cautionner.

 

Cher prof, aviez-vous été enseignant au Mali pour voir les postes qui vous reviennent de droit vous être volés par IBK pour les siens ? Car le fautif, c’est lui IBK. IBK, vous êtes en train de tuer l’âme du Mali. Vous décevez la confiance placée en vous. On nous raconte sans cesse que les nominations d’ambassadeurs relèvent du pouvoir discrétionnaire du président de la République. Mais quelle idiotie ? Presque toutes les nominations au monde relèvent d’un pouvoir discrétionnaire et non d’un pouvoir lié. Pouvoir discrétionnaire ne veut pas dire pouvoir absolu. Mais, à côté du droit, il y a la morale et l’éthique. Gérer un pays n’est pas gérer son héritage. On ne fait pas n’importe quoi avec le pouvoir au prétexte d’être élu. Oui, Hitler aussi avait été élu.

 

Le personnel de la délégation permanente

 

Quand deux Maliens jeunes, surdiplômés de France, nous ont indiqué que l’ambassadeur délégué permanent, Oumar Keïta, a formé son équipe, nous l’avons appelé pour discuter avec lui de comment celle-ci fut formée. Il nous confirma que du personnel travaille avec lui, mais qu’il s’agit essentiellement des secrétaires et du chauffeur et que le reste du personnel ou de l’équipe est constitué de consultants. Personnel ou équipe, il essaie de jouer avec les mots. Se dribbler lui-même, certainement.  Nous lui avions posé de savoir pourquoi pour des emplois publics au sein d’une mission diplomatique en France, un avis à candidature n’a pas été lancé. Pourquoi, pour les missions de consultations, un avis à concurrence n’a pas été émis ? Sa réponse fut de nous inviter à son pot officiel d’ouverture de la délégation. Les sommes consacrées à ce festin auraient pu servir à ouvrir au moins une salle de classe au Mali. Mais enfin, Hélas !

 

Le Mali de la médiocrité en marche : une manœuvre bien huilée

 

En France, pour éviter de recruter directement un individu que l’on veut faire travailler, il suffit de monter une auto-entreprise. Ce qui se fait en un clin d’œil sur internet. Par la suite, on signe une mission avec cette auto-entreprise. Et, le tour est joué. Sans recruter directement la personne, on la fait travailler à travers cette forme simplifiée d’entreprise. Le contrat est signé avec une entreprise, mais le résultat est le même. N’importe qui peut se déclarer consultant, le titre n’est pas protégé, et signer un contrat avec une entité. Au bout d’un certain temps, on magnifie la collaboration et on procède au recrutement direct. Entre-temps, les aigris et autres hassidis se seraient tus. Non pour le Mali, nous ne nous tairons jamais. En vérité, l’ambassadeur Keïta est mal nommé. Qu’a-t-il fait pour l’éducation, la science et la culture, avant sa nomination ? Quelle expérience probante pour le Mali par rapport aux profs de nos facultés et autres grandes écoles ? Rien, mais absolument rien.

 

Nos consultants

 

Dans quelles conditions Mme Clémence Hamel, Julien Aubier, Mme Hawa Dèmè Sarr travaillent pour la représentation  malienne à l’Unesco comme consultants, édifiez-nous le très propre Oumar Keïta ? Car aucun avis de recrutement n’a été émis, encore moins un avis de mise en concurrence pour les postes d’experts-consultants. Combien nous coûtent nos brillants consultants ? L’ambassadeur délégué permanent auprès de l’Unesco, Oumar Keïta, n’a t-il fait qu’exécuter les volontés d’IBK, comme l’a fait l’ambassadeur Cheick Mouctary Diarra dans le recrutement de Mata Bagayoko à l’ambassade ? L’avenir nous le dira. Nos relais aussi.

 

Le Mali est en danger. Prenons garde. Le drame du Mali est qu’au moment où nous assistons à des gaspillages de deniers publics à Paris,    dans certains endroits du Mali, chaque jour, des femmes meurent en voulant donner la vie faute de maternité. Chaque année, le choléra tue dans certaines localités, faute d’eau potable (cercle de Ténenkou). Au moins, un enfant sur deux ne va pas à l’école. Dans certaines localités, il existe des doubles vacations et des doubles divisions dans des écoles. Ce que coûte la création de cette mission et des contrats y découlant, équivaut  au moins aux salaires de plusieurs sections de soldats pour un Mali en crise.

 

IBK, ne reculera devant rien pour le confort des siens. Pour mémoire, l’Unesco ne paie personne. Tout ce personnel ou cette équipe cooptée émarge au budget de l’État malien. Le Mali n’a nullement besoin d’une délégation permanente à l’Unesco.

 

IBK a mis incandescence au-dessus de la République

 

La responsabilité est le propre de la liberté, pour paraphraser un juriste reconnu. Nous assumons, dans leur plénitude nos mots et écrits, devant la justice de Dieu et devant celle des hommes. Rien, mais absolument rien, ne nous fera taire. Eh bien, au contraire !

 

Boubacar SOW

[email protected]

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. M . Sow,
    Votre article est pertinent à plusieurs titres : certes nous saluons tous ici l’ouverture de la délégation permanente du Mali auprès de l’Unesco mais je dirais qu’il était grand temps. Ce poste d’ambassade est un poste technique; toutes les délégations africaines et non africaines nomment généralement une personne qui a l’expérience de l’Unesco pour les représenter auprès de l’Organisation car il faut au minimum 2 ans pour comprendre les arcanes complexes des mécanismes de fonctionnement de l’Institution; ou effectivement une personnalité qui a le profil de l’emploi; secundo une délégation permanente est une ambassade ; il s’agit de la souveraineté du pays en l’occurrence; je vois mal la France nommer un non français pour traiter ou plaider des dossiers parfois confidentiels au sein de son ambassade au Mali ; j’ai eu une impression de malaise en apercevant ces 2 jeunes personnes dans les réunions pour parler au nom du Mali . Sans compter le coût financier que cela représente pour le budget du pays au moment où il se relève péniblement d’une crise! Disons -nous la vérité sereinement sans se faire accuser de façon excessive de haineux ou d’envieux; vouloir récompenser tel militant du parti peut s’avérer contre – productif parfois si l’on n’y prenne garde. Affaire à suivre…..

    • Madame Diane Taylor,

      Vous êtes à votre premier commentaire sur ce site…et, ce n’est pas un hasard! Si vous pouvez décliner votre identité au lieu de vous cachez derrière un pseudo! Sur quoi, vous vous basez pour dire que la personne qui dirige cette délégation n’a pas d’expérience? Soyez objective et, laissez tomber votre masque…parce que vous êtes démasquée! De grâce, qu’on laisse cette délégation faire leur boulot! Elle sait qu’elle a une obligation de résultat! Wait and see

  2. Pourquoi tant de haine contre IBK et contre son ambassadeur Oumar Keita, cher monsieur attends d’abord de voir à l’ oeuvre son Excellence oumar Keita avant de faire de si méchants jugements sur lui.

  3. Monsieur Sow, c’est plutôt vous qui êtes danger pour le Mali et pour la presse. Quand on veut faire je journaliste, on cherche à s’informer pour éviter d’induire en erreur vos lecteurs et vous exposer. En lisant votre article, je me rends compte que vous êtes juste un haineux qui veut se venger contre tous ceux que IBK a nommé puisqu’il ne vous a pas nommé. Le titre même de votre article montre l’incohérence de votre raisonnement. Pourquoi Hampâté Ba va-t-il se retourner dans sa tombe à cause de la création de la Délégation à l’Unesco ? Vous ne connaissez pas l’histoire ni d’Amadou Hampaté Ba ni du Mali. Je vous apprends que c’est Amadou Hampaté Ba qui a demandé la création de la Délégation. Il représentait le Mali au Conseil exécutif de 64 à 70 de l’Unesco et non à l’Unesco car le Conseil exécutif n’est qu’un organe parmi les dizaines d’organes directeurs de l’Unesco. Il faut un délégué permanent pour mieux représenter un pays, et c’est ce qu’Amadou Hampaté Ba a demandé lui-même que le Mali créé. Il n’a pas été attendu mais la décision a été prise que l’ambassadeur en France assume ce rôle.
    Si vous faites un tour à l’Unesco, vous allez comprendre que vous êtes insane car tous les pays du monde à part malheureusement le Mali ont un ambassadeur délégué permanent à l’Unesco. C’est d’ailleurs ça qui était inadmissible quand on sait ce que l’Unesco finance au Mali. La délégation a été ouverte en 2011 et un délégué permanent a été nommé en son temps ; mais le coup d’Etat l’a empêché de prendre ses fonctions. Allez-vous renseigner Monsieur !
    Pouvoir discrétionnaire ! Je vous plaints Monsieur Sow, lisez les Conventions de Vienne puisque vous voulez vous spécialiser dans l’attaque et l’insulte des diplomates. Dans tous les pays du monde, les présidents ont ce pouvoir discrétionnaire qui est même parfois absolu comme c’est le cas au Mali. Ce n’est pas IBK qui s’est arrogé ce droit, c’est plutôt le peuple par deux fois : d’abord à travers la constitution (article 46) et ensuite à travers le plébiscite qui lui est fait (77% des votes au 2ème tour). Que voulez-vous ? Contester la constitution à cause de votre haine ? On vous a dit qu’il faut être enseignant au Mali pour être ambassadeur ou délégué ? Je vous en prie lisez bien les textes de la République pour éviter de vous ridiculiser. En dehors des USA où les nominations requièrent la validation du congrès, tous les présidents du monde ont ce pouvoir absolu oui absolu de nomination aux postes supérieurs de l’Etat. Dites-moi un seul pays qui applique le contraire. Je vous mets au défi.
    Le personnel ! Si vous voulez faire partie de ce personnel, faites la demande, elle sera examinée. Pouvez-vous me le droit qui oblige une ambassade à publier un avis de recrutement ? Je vous rafraîchis la mémoire, en matière de diplomatie, on n’invente pas, les textes de référence sont les Conventions de Vienne de 1961 et de 1963 que le Mali a ratifiées. Vous vous aventurez dangereusement en insinuant que ces recrutements sont dictés par IBK. Diantre ! Qu’a le président à voir avec le recrutement du personnel local ? Ces consultants sont régulièrement recrutés et si le Trésor les paye, c’est que leur contrat respecte la légalité.
    Enfin le pot, pauvre journaleux, vous étalez sur tout le long de cet article aussi creux qu’est pitoyable votre posture, un pot est une activité normale budgétisée et qui est une pratique courante dans la diplomatie. Même le plus pauvre pays au monde est obligé d’offrir des pots dans ses ambassades. Ca n’empêche en rien la construction des écoles car ce sont d’ailleurs les ambassades qui cherchent les financements pour ces écoles. Allez-vous renseigner et savoir que la délégation a déjà obtenu des financements pour des écoles au Mali. Alors en conclusion, je vous invite à faire la différence entre un article de presse et un pamphlet et sur la question, je vous recommande de lire Edwy Plenel ou encore Pierre Péan car j’imagine que vous voulez les imitez mais vous avez loupé le coche.

  4. Monsieur le pseudo journaliste..vous déshonorez la profession, et vous déshonorez votre grand-frère Ousmane Sow, paix à son âme, qui a été un très grand journaliste. C’est votre grand-frère qui doit se retourner dans sa tombe et non Hamadou Hampaté Ba…puisqu’il a travaillé avec IBK jusqu’à sa mort! Vous vous acharnez sur IBK, qui, pourtant a tout fait pour soigner votre frère! Vous êtes non seulement un “aigri”, vous êtes aussi un “Hassidy”. De grâce, laissez tranquille le président IBK. C’est déjà une fierté pour toute la diaspora Malienne qu’un des leurs soit nommé Ambassadeur à l’UNESCO. Allh Kan Kissi i Toro ma

    • Peut être que le frère de Sow croyait en l’amour d’ibk pour le mali
      Une chose est claire les Sow se battent pour l’idéal
      C’est peut être toute leur force mais aussi toute leur utopie

    • Ce sont des jeunes inconscients manipulés par et financés par MODIBO SIDIBE qui a brillé depuis 1991 au haut niveau de l’Etat par son incapacité à apporter quelque chose à L’Etat Malien a qui il doit tout.

  5. Il faut faire du boucan pour attirer l'attention. Les maliens ont plus important que ça. Une nomination à l unesco et verser tout ce venin. Il ne faut pas exagérer.

  6. Mr Sow,la seule nomination de monsieur Keita ne peut pas justifier tout ce tintamarre.Il y a demesure ici.Monsieur Keita n’est pas non plus l’homme de la rue.Il faut arreter ca!

Comments are closed.