Journées culturelles dogon Koro 2015 : La culture Dogon, une richesse inestimable pour la nation malienne

2

Journées culturelles dogon Koro 2015 : La culture Dogon, une richesse inestimable pour la nation malienne     L’Association Malienne  pour la Protection et la Promotion de la Culture Dogon, « GINNA DOGON », organise tous les  trois ans les journées culturelles dogon. Fidèle à la tradition, cette année,  l’association   a tenu pendant trois jours, les 25, 26, 27 et 28février 2015 à  Koro, les journées culturelles dogon, 4ème du genre, sous le signe « de la paix, la réconciliation et le développement ». Le  thème central retenu  cette année est : « Le mariage chez les Dogon».

La cérémonie d’ouverture était présidée par Housseini Amion GUINDO, ministre des Sports représentant son homologue  de   la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, en présence d’éminentes personnalités telles que    Moustaph  DICKO, conseiller spécial du Président de la République représentant le Président de la République son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA, Chef de l’Etat ;   Moussa MARA, ancien Premier ministre, Président du parti Yéléma ; Seydou NANTOUME , PDG de Toguna Agro-Industrie ; Kénékou dit Barthélimy TOGO, ministre de l’Education Nationale ; Kaman KANE, Gouverneur de la région de Mopti ; Waly Siramakan SISSOKO, représentant le Préfet de Koro  ; Mamadou TOGO, Président de l’Association Malienne  pour la Protection et la Promotion de la Culture Dogon « GINNA DOGON »; Soumaîla DJIMDE , maire de la Commune rurale de Koro; Ousmane SY, ancien ministre ; Babaly BAH, PDG de la BMS-SA  ; Aman NIANGALY , chef de  village de Koro, une douzaine d’honorables députés à l’Assemblée nationale et élus de la région dont plusieurs  conseillers municipaux, ainsi que des Préfets, des Sous Préfets de la région  et d’autres invités de marque venus d’Afrique et d’ailleurs.

Ces journées culturelles Dogon ont vu la participation de toutes les antennes de « GINNA DOGON » tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Mali.

Tout développement passe nécessairement par la promotion de la culture. Les cultures maliennes en général, la culture dogon en particulier,  constituent une richesse inestimable pour notre nation. Le Mali a des potentialités avec sa diversité culturelle. Parmi cette richesse, la culture dogon mérite d’être appuyée, valorisée, soutenue et accompagnée par les plus hautes autorités du Mali. Mais nous savons que le budget alloué au  secteur culturel est faible. Il est pourtant porteur pour le pays. LA culture dogon est un atout à la fois culturel et touristique, car  les dogons ont impressionné le monde entier.  Tant  et si bien que la culture dogon est devenue une référence mondiale inscrite au patrimoine de l’humanité. Les touristes sont fréquents au pays dogon, de plus en plus visité pour ses merveilles. La culture dogon constitue un trésor pour le Mali et elle doit bénéficier de toute son assistance, de son accompagnement matériel et financier. Elle peut et doit de plus en plus avec ses richesses qui méritent d’être exploitées devenir un atout précieux pour  le développement économique, social et culturel soit une réalité au Mali et dans le pays dogon en particulier.

Le pays dogon est un réservoir de culture  qui mérite d’être découvert de plus en plus par  les Maliens  et la planète.

En ce qui concerne notre pays, les journées culturelles dogon demeurent les journées culturelles les plus populaires au Mali.

Le Cercle de Koro, épicentre du pays Dogon comprenant 16 Communes rurales, est situé à plus de 800km de la capitale malienne, Bamako.  Il est l’un des huit cercles de la 5ème région administrative du Mali. Il fait frontière avec la République du Burkina Faso. Il couvre une superficie de 10.937km2 pour  une population estimée à 431.950 habitants.

La population est essentiellement composée de Dogon, de peulh, de Mossi, de Samogo, de Télém, etc.

Les activités principales sont : l’agriculture, l’élevage, la pêche,  le petit commerce, le tourisme et l’artisanat.

Pour en revenir aux manifestations de Ginna Dogon, après les mots de bienvenue du  chef de village de Koro, le maire de la commune rurale de Koro en la personne de Soumaïla DJIMDE  dira que la cérémonie est à la hauteur de sa signification. Il a précisé que le festival est devenu un véritable instrument de développement.

Quant au représentant du Préfet de Koro, il a rappelé que les journées culturelles dogon sont l’un des plus grands festivals de notre pays. Il a affirmé que ces journées, au-delà des festivités qui les agrémenteront, constituent, sans nul doute, l’unique occasion de découvrir l’exceptionnelle richesse culturelle du pays dogon qui s’enrichit, au fil des éditions tournantes, par la participation de villages éloignés de tout circuit touristique classique mais qui se mobilisent  pour leur contribution à ces journées.

Mamadou TOGO, pour sa part, a expliqué que la 4ème édition des journées culturelles dogon, Koro 2015 était prévue en février 2014. Mais elles ont été reportées en février 2015, à cause de la crise de 2012. Il a abordé beaucoup de sujets qui ont trait à la localité, surtout les problèmes des jeunes. Il n’a pas passé sous silence le constat que notre jeunesse est gagnée par  la paresse, la vie facile, ou le confort au détriment de l’effort. ‘’  Je dis à la jeunesse de ne pas se laisser emporter par la vague torrentielle et dévastatrice des modes ou des images télévisuelles. Elle a du travail, cette jeunesse si elle le veut et elle doit le vouloir’’. Il a également  parlé des conflits de terre qui sont légion à cause du manque de terre et de la mécanisation des moyens aratoires. Il a mis un accent particulier sur la paix. ’’ En dehors des conflits, c’est la paix et la paix est le socle du développement. Je demande à la jeunesse de saisir cette balle au rebond’’, a-t-il fait remarquer.

« Sur un autre registre, certains jeunes qui ne pratiquent pas l’exode s’improvisent guides touristiques et s’adonnent à des pratiques indignes du Malien en général et du milieu Dogon en particulier, consistant à piller les témoins de la culture pour les vendre à vil prix avec la complicité des gardiens véreux du patrimoine », a-t-il regretté.  Il a ensuite ajouté que l’exercice de la profession de guide touristique ne s’improvise pas en expliquant : ‘’Il commande l’amour du métier, une bonne connaissance du terroir, une formation excellente en la matière, un comportement exemplaire à tous égards, confirmé par une enquête de moralité au préalable. N’est pas guide qui le veut’’.

Dans l’union tout est possible car c’est elle qui fait la force. Unis, nous pouvons vaincre la pauvreté et tout son cortège de malheurs et tous les ennemis du Mali  qui souffre depuis trois ans d’une crise qui ne dit pas son nom mais qui est connue de toute la communauté internationale, a-t-il ensuite signalé. Il a affirmé enfin que la paix n’a pas de prix et que sans paix, il n’y a point de développement. Il a lancé pour terminer un appel aux populations du pays dogon de veiller à la scolarisation des jeunes, en exhortant les parents à inscrire leurs enfants à l’école en masse, pour éloigner le spectre de l’obscurantisme et pour qu’ils puissent se consacrer plus tard au développement.

Ensuite un lâcher de colombes  de la paix a été fait par Moustaph DICKO, représentant du président de la République à la cérémonie.

La cérémonie proprement dite a commencé le jeudi 26 février 2015. La journée d’ouverture a été riche en évènements parmi lesquels nous pouvons citer, entre autres : la visite des stands d’objets d’art et de médecine dogon,  le lancement du concours de « Sirikoro » avec ses multiples de règles de jeu pour éviter toute contestation; le défilé des différentes antennes de « GINNA DOGON », des troupes et groupes ;  des           chasseurs. On a pu voir en outre le sketch de Hammadoun KASSOGUE sur les produits de Toguna Agro-Industrie et les prestations des  antennes de Bandiagara, de Bankass et de Douentza, dans les localités où les premières éditions des journées culturelles dogon  se sont déroulées en 2005, 2008 et 2011 et trois poèmes ont magnifié l’évènement.

La journée du jeudi a débuté par l’inauguration du grenier de la femme « Gô-ya », sous la haute présidence du président de GINNA DOGON, Mamadou TOGO. S’en est suivi la conférence-débat sur la vie et les œuvres du prédicateur Abirè GORO, le NOSTRADAMUS DOGON. Dans l’après midi, les  courses des chevaux ont émerveillé le public et des  prix ont été décernés aux trois premiers. Cette course a été suivie par les éliminatoires de lutte traditionnelle.

La soirée a été belle grâce aux prestations des antennes sur le thème central et la musique moderne.

La dernière journée de cette importante rencontre  a commencé d’abord  par la pose de la première pierre d’entrée de Bih, ensuite de la grande finale du « Sirikoro », de la lutte traditionnelle et enfin la conférence débat sur les prénoms authentiques au pays Dogon et leur sens selon les aires géographiques.

D’autres temps forts de ces journées ont été constitués par les consultations ophtalmologiques  gratuites, la distribution de verre correcteur et le don de médicaments  aux bénéficiaires de cette opération de grande envergure. Il faut le rappeler, elles   avaient  débuté déjà le 23 février 2015 au centre de jumelage de Koro Queven, avec la commission de santé de GINNA  DOGON,  en partenariat avec le Lions Club et le Rotary Club. Cette consultation a pris en charge 5.000 personnes. 500 consultations étaient faites par jour.   Cette opération a été un ouf de soulagement pour la population du cercle de Koro et d’autres cercles de la région.

Il faut encore signaler que La fondation Toguna Agro-Industries a offert un tracteur aux femmes de Koro.

 

Notons que le budget de cette 4ème édition a coûté plus de 100 millions de F.CFA à l’association GINNA DOGON.

Il est important de signaler que le président de la République ? son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA, chef de l’Etat, n’ a pas donné 5F CFA comme  contribution, contrairement à son prédécesseur qui contribuait à hauteur de  10.000.000 de FCFA à chaque édition.

Il y a également un fait qui a attiré l’attention des participants de cette rencontre internationale. Lorsque le représentant du président de la République a lâché les colombes,  un pigeon s’est installé sur la tête d’un Bozo. Cela dénote l’importance du cousinage à plaisanterie entre les ethnies Dogon et Bozo.

Rappelons que l’Association Malienne  pour la Protection et la Promotion de la Culture Dogon « GINNA DOGON » a été créée en 1990.

Le rendez-vous est donné en 2018 à Sévaré (Mopti) pour la 5ème édition des journées culturelles dogon.

Mamadou SISSOKO envoyé spécial à Koro.

Source: Mali Sadio

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Bravo, Madou ! Tu mérites le prix national de meilleur reporter et meilleur bâtisseur ; et que Dieu exauce tes paroles.
    C’est génial !

Comments are closed.