Le ministre de la culture, Mme N’diaye Ramatoulaye Diallo : “Le CICB revient avec la conviction de regagner la place qui lui revient : celle du leader”

0
Le président de la République avec la première dame à l'ouverture du CICB

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita a procédé, le samedi 26 janvier 2019, à la réouverture officielle du Centre international de conférences de Bamako (CICB) après 23 mois de travaux de rénovation dans le cadre de la coopération sino-malienne. En présence de l’ambassadeur de la Chine au Mali, Zhu Liying, et de plusieurs personnalités, le chef de l’Etat a découvert la stèle du nouveau CICB avant de visiter les lieux. Cette visite a pris fin dans la salle de 1000 places pour suivre un spectacle musical entre les artistes maliens et chinois. Aujourd’hui, on peut dire sans risque de se tromper que le CICB répond à toutes les commodités et de conforts. 

Nous célébrons aujourd’hui le symbole d’une amitié de plus d’un demi-siècle tissée entre deux pays qui se connaissent, deux peuples qui se fréquentent et se respectent. La Chine millénaire et le Mali multiséculaire cheminent depuis que notre pays s’est inscrit au nombre des nations souveraines.  Pour chaque Malien, le nom de la Chine se conjugue avec la solidarité dans l’égalité, la fidélité sans rupture, l’assistance sans conditions et la coopération sans réserve. Partenariat stratégique s’il en est, et traduction toujours concrète d’un élan de solidarité apprécié, car venant combler en partie nos défis de route, de ponts, d’usines, de réalisations agricoles et d’infrastructures de santé. Bref, partout où besoin, partout où le Mali attend une main amie. Cette relation qui résiste au temps est célébrée aujourd’hui (samedi 26 janvier) parce qu’elle a transformé une œuvre classique de rénovation en une création nouvelle, avec cet art unique que seuls détiennent les peuples industrieux comme le peuple chinois : transformer le cuivre en or ! Le travail d’orfèvre a fait du Centre international de conférences de Bamako, où j’ai l’immense plaisir de vous souhaiter la bienvenue, un carat de première classe, véritable prolongement culturel de notre partenariat multiforme”.

C’est en ces termes que le ministre de la Culture, Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo a souhaité la bienvenue aux différentes personnalités à l’occasion de la cérémonie officielle de réouverture du Centre international de conférences de Bamako (Ex-Palais des congrès de Bamako).

L’événement s’est déroulé, le samedi 26 janvier, sous la présidence effective du chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita, accompagné pour la circonstance de son épouse, Kéita Aminata Maïga. Plusieurs membres du gouvernement étaient aussi présents. Sans oublier la communauté chinoise à commencer par l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Mali, Zhu Liying.

Le ministre Rama Diallo a profité de cette tribune pour adresser “ses sincères remerciements au peuple ami de Chine et lui souhaiter une belle fin de l’année du Chien et une excellente année de l’année du Cochon qui je l’espère marquera un autre pan de la relation exceptionnelle entre nos deux pays”.

Fruit d’une amitié liant IBK et Xi Jinping

La réhabilitation du Centre international de conférences de Bamako est le fruit d’une autre amitié, celle liant les présidents Xi Jinping et Ibrahim Boubacar Kéita, aux dires du ministre de la Culture. “Le bijou que nous avons entre les mains aujourd’hui, inscrit dans le paysage de Bamako et du Mali, depuis 1995, comme étant le plus grand centre de conférences, sera désormais rendu à ses usagers habituels, c’est-à-dire les ménages voulant y immortaliser leur bonheur, les conférenciers désireux d’avoir un espace fonctionnel pour leurs réflexions, les organisations à la recherche de lieux d’accueil pour leurs ateliers et autres séminaires, les artistes à la recherche de salles de spectacles et naturellement tous les promoteurs d’activités culturelles sans oublier les grandes conférences internationales. Après 23 mois de travaux, le CICB, pimpant et tout neuf, est prêt à remplir toute sa vocation pour les rencontres de haut niveau d’ici ou d’ailleurs”.

Mention spéciale au Premier ministre

Voilà pourquoi, le ministre Rama Diallo a saisi cette opportunité pour souligner la bonne santé de la coopération chinoise avec le Mali : “Le CICB est un projet parmi tant d’autres qui participent de la volonté du président de la République de doter le Mali en infrastructures de qualité pour notre présent et surtout pour le futur. En cela, je voudrais encore remercier la Chine pour son assistance constante. Au chapitre des remerciements, je voudrais saluer la disponibilité constante des membres du gouvernement à accompagner le département de la Culture et le CICB en ne ménageant aucun effort pour que notre pays tienne sa part de promesse dans la réalisation du CICB. Une mention spéciale pour le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga et l’ensemble du gouvernement dont l’aide a été déterminante dans le résultat que nous célébrons”.

“Vous permettrez sans doute un mot à l’endroit des travailleurs du CICB qui, après le sommet Afrique-France de 2017, ont vu leur centre fermer ses portes. Ce ne fut pas facile. Je voudrais saluer leur sens du patriotisme et leur implication dans nos efforts de recherche de solutions aux problèmes de salaires et de redéploiement. Ils ont supporté des moments difficiles en nous disant toujours à mon équipe et à moi-même : Madame le ministre, nous vous faisons confiance.

Nous voilà ainsi prêts pour un nouveau départ en conformité avec les normes internationales en termes de commodités et de confort. A l’aube de cette nouvelle année, 2019, le CICB revient donc sur le marché des spectacles et des rencontres avec l’ambition et surtout la conviction de regagner la place qui lui revient : celle du leader”, a-t-elle déclaré. Avant de préciser : “Le seul nom du CICB ne suffira pas, il faudra l’adhésion de tous à notre nouvelle ligne de conduite, à commencer par les futurs nouveaux travailleurs du Centre qui auront le privilège de préserver ce site au nom de l’intérêt du Mali. Vous devrez être de véritables ambassadeurs de la marque CICB et bien vendre l’image du Mali à travers ce palais des congrès. Cela passe bien évidemment par un dépassement de soi pour ne pas tomber dans le laisser-aller. Je fais donc appel au sens de responsabilité et de professionnalisme de tout un chacun, afin qu’ensemble nous puissions être à la hauteur de ce défi. Je vous donne l’assurance ici que la nouvelle direction du CICB sera, corps et âme, dévouée à l’entretien impeccable de ces lieux. J’y tiendrai rigoureusement et là-dessus je ne tolérerai, pour ma part, aucun manquement”.

Un jeune très ambitieux et dynamique pour conduire le navire à bon port

S’adressant au nouveau directeur général du CICB, Sékou Dissa, le ministre Rama Diallo dira tout simplement que “le professionnalisme doit être de rigueur pour une meilleure gestion de la structure. Vous avez la lourde responsabilité de gérer tout ce beau monde, le nouvel effectif du CICB, d’une main de maître pour que soient atteints les différents objectifs que nous nous sommes fixés. Aucune complaisance ne doit prévaloir pour la réussite des missions qui vous sont assignées.Je sais compter sur vos compétences techniques, votre vécu professionnel mais aussi vos qualités humaines pour conduire le navire à bon port. C’est à lui que furent remises les clés de la Grande Muraille pour ouvrir les portes de la Chine au Mali. A un mois d’intervalle, il eût été parmi nous. Nous aurions voulu qu’il fût parmi nous. Mais il dort désormais du sommeil du juste. Pour lui, nous tiendrons le flambeau. Celui de l’amitié. Celui de la fraternité.

Celui de la coopération. Comme le magnifie en cet instant le CCIB new-look, symbole d’un renouveau de la relation Chine-Mali voulu au sommet. Parce que nos deux pays ont cette culture de l’humain en commun, ils ont décidé d’appliquer à la lettre la consigne de Confucius ne pas chercher à se faire remarquer, mais plutôt chercher à faire quelque chose de remarquable'”.

En tout cas, le CICB répond aujourd’hui à toutes les normes pour accueillir toutes les grandes conférences internationales avec la salle de 1000 places rénovée disposant toutes commodités et conforts. C’est dans cette même salle que le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita a tenu à magnifier la bonne qualité des relations sécuritaires d’amitié sino-malienne, surtout avec des hommes qui ont été à la base de cette relation.

“C’est pour dire la profondeur des relations sino-maliennes. Dès l’abord, aussitôt que nous fûmes indépendants, nous avons trouvé à nos côtés la République populaire de Chine. Et, ici en ce jour et en ce moment précis. De la création du parti politique chinois à la belle et grande épopée de la Grande marche, à la création en 1949 de la République populaire de Chine sous la direction du Grand Mao Zedong, que de chemin parcouru !”, dira le chef de l’Etat avec beaucoup de fierté.

S’agissant de la réouverture du CICB, Ibrahim Boubacar Kéïta précisera que “je suis là aujourd’hui à fêter avec vous, outre la réouverture de ce véritable joyau qui est le CICB, mais avec vous également fêter le nouvel an, la nouvelle année de grâce 2019. Et, je fais beaucoup de bonheur en découvrant cet espace que vous nous offrez désormais, qui nous permettra la tête haute d’accueillir quelques rencontres que ce soit au niveau mondial”.

Notons que le Centre international de conférences de Bamako a ouvert ses portes en 1995 sous l’appellation du Palais des congrès. C’est à partir de 2005 que cette dénomination a changé pour donner naissance au CICB.

Dans le cadre des accords de coopération économique et technique, signé le 24 février et le 22 décembre 2014 entre les deux pays, il a été envisagé la réhabilitation du CICB, plus de 20 ans après la construction de ce joyau. Une manière d’adapter l’établissement aux besoins internationaux. C’est dans ce cadre qu’une convention de mise en projet avait été signée, le 16 août 2016 à Beijing entre le ministre de la Culture, Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo et celui du Commerce à travers l’Agence de coopération économique internationale au nom de la République populaire de Chine.

Conformément aux engagements de la convention, le ministère de la Culture a mis à la disposition de l’entreprise chinoise China CESC les bâtiments du CICB, le 20 février 2017 pour que les travaux puissent être commencés le 28 du même mois pour une durée de 24 mois.

Il est nécessaire de préciser que la rénovation du CICB a coûté 170 millions de yuans, soit près de 17 milliards de F CFA dont 13 milliards de F CFA, qui seront réglés dans le cadre de l’assistance gratuite comme stipulée dans l’accord de coopération économique et technique. Et le montant restant, 4 milliards de F CFA, sera payé dans le cadre du prêt, sans intérêt.

Ce qu’il faut surtout savoir, c’est que la visite du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita en Chine, a favorablement contribué à l’accélération de la signature de cette convention de rénovation du CICB.

                       El Hadj A.B. HAÏDARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here