Mali-Cedeao, après tout, il faut savoir dénouer les cordes

0

Au cours du 60 ème  sommet  de la CEDEAO à Abuja au Nigeria, les Chefs d’État  ont décidé que la Transition malienne respecte le délai du 18 mois pour remettre  le pouvoir  à un exécutif élu. En conséquence, ils exigent la tenue des élections pour la date du 22 Février 2022 comme prévue par la Charte de la Transition. Évidemment, des sanctions pourraient être prises contre la Transition.

De son côté, les dirigeants de la Transition malienne ont affirmé, être dans l’impossibilité de pouvoir respecter le délai. Du coup, les élections n’auraient pas lieu à cette date prévue. Cependant, ils estiment présenter un calendrier, au sortir des Assises  Nationales de la Refondation  (ANR) qui  ont actuellement lieu au Mali.  La CEDEAO est exigeante sur ses principes et textes qui la régissent. Cela est tout à fait normal et bien compréhensible.

En effet, toute Organisation, quelle qu’elle soit, nationale ou internationale, est basée sur des textes auxquels tous ses membres ont adhéré et qu’ils se doivent de respecter. De ce point de vue, la CEDEAO, qu’elle soit décriée ou pas, est pleinement dans se son rôle. Et la CEDEAO n’est pas à sa première prise de position, ni à ses premières sanctions.

Il y a, entre autres, l’exemple des pays membres de la CEDEAO qui avaient mis l’embargo sur la Côte d’Ivoire en 2010-2011, et avaient carrément fermé la BCEAO.  Aussi, les pays membres de la CEDEAO, étaient intervenus en Gambie, pour y chasser le président Yahyah  Jammeh  du pouvoir par la force. Et c’est bien dans cette même logique la CEDEAO intervient au Mali.

Face au respect de ses princes, il y a bien évidemment, un pays membre, qui est complètement en difficulté. Le Mali est effondré  depuis qu’il a été attaqué par une rébellion de la barbarie  sanguinaire, qui avait tué plus de cent (100) militaires maliens, avant d’occuper tout le nord. La situation sécuritaire du Mali est totalement dégradée. La cohésion sociale est mise en mal. Le pays est menacé par la famine pour les prochaines années. Le tableau est bien sombre.

En vérité, la CEDEAO avait compris et reconnu les multiples difficultés du Mali, et avait affirmé de l’accompagner. Mais pour être rassurée, elle avait exigé un calendrier des élections, aux Autorités de la Transition, avant son sommet du 12 décembre dernier. La question est de savoir : pourquoi les autorités de la Transition n’ont-elles pas pu présenter une proposition de chronogramme à la CEDEAO ?

Et pourtant, la nation malienne s’était réunie pour se doter d’une Charte de la Transition, ayant valeur de Constitution. Cette Charte, précise en son article 22 que la durée de la Transition est de 18 mois. Alors, la Charte de la Transition ne serait-elle plus valable ni en vigueur ?

Si la Charte a valeur de Constitution, pourquoi, son article 22 ne serait-il pas respecté ? En tout état de cause, quand une situation est confuse et que le respect des textes, devient aussi, un autre problème, la Sagesse veut que tout se règle  à l’amiable.

Heureusement que le Président de Transition et son ministre des Affaires Etrangères  ne sont pas sanctionnés  par la CEDEAO. Ils peuvent  continuer le dialogue et les négociations  avec la CEDEAO. Cela pourrait apporter un esprit d’apaisement, d’ici la date butoir.  Ils peuvent dénouer les cordes,  et  éviter les sanctions inutiles à la nation malienne.

Monoko Toaly

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here