Mali: une intervention militaire indispensable et dans les meilleurs délais

16
Alassane Ouattara

PARIS – Le chef de l’Etat ivoirien, président en exercice de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), Alassane Ouattara, a jugé mardi une intervention militaire au Nord Mali contrôlé par des islamistes armés indispensable et dans les meilleurs délais.

Il faut bien sûr le dialogue politique mais une intervention militaire me paraît indispensable et dans les meilleurs délais, a déclaré M. Ouattara sur le perron de l’Elysée à l’issue d’un entretien d’une heure avec le président François Hollande.

La question malienne est une question urgente, d’une très grande urgence, a-t-il insisté, jugeant nécessaire que le Conseil de sécurité des Nations unies adopte rapidement une résolution pour permettre une intervention au Mali.

Les forces ouest-africaines et africaines sont quasiment prêtes et le nombre (de soldats) par pays a été arrêté ces jours-ci, a-t-il assuré, avant de souligner: Nous attendons la résolution des Nations unies pour préparer nos forces pour une intervention si le dialogue politique n’aboutit pas.

La question malienne est d’abord une question africaine, ouest-africaine et nous sommes déterminés à mettre en place les structures dont nous avons parlé au récent sommet de la Cédéao à Abuja, a ajouté le président ivoirien.

Les chefs d’Etat des 15 pays membres de la Cédéao ont adopté le 11 novembre à Abuja un plan de reconquête militaire du nord du Mali occupé par les islamistes armés. Ils ont approuvé l’envoi d’une force militaire internationale de 3.300 soldats pour une durée d’un an.

Nous sommes complètement en phase avec le président Hollande qui nous apporte son soutien, a ajouté Alassane Ouattara.

Dans un communiqué, l’Elysée a également relevé leurs convergence de vues, en particulier leur volonté que le Conseil de sécurité des Nations Unies autorise par une résolution, adoptée avant la fin de l’année, le déploiement d’une force africaine.

François Hollande a par ailleurs rappelé que l’Union européenne participerait au renforcement de l’armée malienne par une action de formation et avait également exprimé sa détermination à soutenir financièrement la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (Misma), toujours selon la présidence française.

Il apparaît également indispensable que les Nations unies jouent pleinement leur rôle et participent à l’appui logistique à l’armée malienne et à la force africaine qui la soutiendra, a-t-il souligné.

Des représentants du pouvoir malien et des groupes armés Ansar Dine et MNLA se sont retrouvés mardi autour du médiateur de la Cédéao Blaise Compaoré à Ouagadougou pour leurs premières discussions directes, en quête d’une solution à la crise au Mali.

(©AFP / 04 décembre 2012 21h23)

Commentaires via Facebook :

16 COMMENTAIRES

  1. Je pense qu’il ne faut se ranger automatiquement du côté de la belligérence tant que le dialogue peut apporter la paix. Ceux sont venus au pouvoir par les bombardements ne doivent pas surement connaitre la valeur de lavie humaine. Le peuple malien doit discuter entre elle et cela apportera une solution.
    Le jour où les forces soient disant de l’ONU ou de l’union africaine entreront sur le territoire malien, sachez que vous perdrez à jamis votre liberté. Le père de l’indépendance en refusant l’implantation d’une base française sur le territoire malien en savait quelque chose.
    Aujourd’hui, voyez comment la Côte d’Ivoire est régie telle un département français. Le président de ce pays tel un gouverneur passe le clair de son temps sur le territoire français.
    Malien, dialogue et dialogue encore sinon, faites confiance en votre armée.

  2. N’écoutez pas ouattara il veut jouer au pompier pour nous faire perdre le temps.Il n’est pas à l’abris, il ya beaucoup d’ivoiriens opposants avec les djihadistes.Qu’il s’informe.Il est la tete pensante de tous ces blocages ce borgne.

  3. Félicitations pour la première rencontre entre les représentants du Mali, le MNLA, Ansar Dine et la médiation de la CEDEAO assurée par Blaise Compaoré.

    IL SERAIT JUDICIEUX DE NE PAS OUBLIER :

    – D’ÉTABLIR UN GUIDE ET UNE PLATEFORME DE NÉGOCIATION,
    – DE LE FAIRE SIGNER PAR LES PARTIES PRENANTES ET
    – DE RENDRE LE CADRE DE DIALOGUE PLUS INCLUSIF ENCORE EN Y INTÉGRANT DES REPRÉSENTANTS DE TOUTES LES COMMUNAUTÉS DES DIFFÉRENTES RÉGIONS DU MALI ET DE LA DIASPORA MALIENNE.

    Bonjour,
    Félicitations pour la première rencontre entre les représentants du Mali, le MNLA, Ansar Dine et la médiation (Blaise Compaoré et Djibril Bassolé). Elle s’est déroulée à Ouagadougou le 04 décembre 2012.

    Les participants se sont entendus sur la cessation des hostilités, la constitution d’un cadre de dialogue inclusif ouvert aux représentants des communautés vivant au nord du Mali et sur des principes de dialogue (respect de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du Mali, le rejet de toute forme d’extrémisme et de terrorisme, le respect des droits de l’homme, de la dignité humaine, des libertés fondamentales et religieuses et de la laïcité).

    C’est un premier pas très important mais pour plus de représentativité, il aurait été plus judicieux d’ouvrir le cadre de dialogue à des représentants des communautés, n’acceptant pas le terrorisme, vivant dans les autres régions du Mali et à ceux de la diaspora Malienne car elles sont aussi concernées.

    ASSOCIER, PAR EXEMPLE, LES ÉLUS LOCAUX DES DIFFÉRENTES RÉGIONS OU LEURS REPRÉSENTANTS.

    Les Maliens doivent tout faire, maintenant, pour mettre le Mali au centre de leurs préoccupations. Ils doivent tout faire pour que LES NÉGOCIATIONS ARRANGENT LE MALI ET TOUTES SES COMMUNAUTÉS en exigeant le respect des conditions (pour les groupes armés MNLA et Ansar Dine, dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) et des principes dont le refus du terrorisme tout en rendant justice : ne pas accepter l’impunité et exiger le respect des droits de l’homme (incluant le respect de la dignité humaine et des libertés).

    Ces principes et ces conditions constituent l’ENGAGEMENT RESPONSABLE.

    Ils contribuent à établir la CONFIANCE entre les Maliens.

    Il est indispensable qu’il y ait un guide et une plateforme de négociation pour une sortie durable de la crise Malienne intégrant ces principes et ces conditions à respecter pour négocier.

    Ce guide et cette plateforme, qui doivent être signés par les parties prenantes, aideront à établir la confiance entre elles.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: [email protected]

  4. Negociations ! Il y’a n’a eut beaucoup , de feu Modibo Keita pere de la Nation paix a son ames , de GMT qui certes a bien remplie sa situation du nord et enfin les alpha , les att qui ont tout degringoles de part la negociation , leurs dialogues infructueux . Assez, Assez , Assez et assez finalement , trop c’est trop et c’est TROP .PLus de dialogue synonyme de lachete , le dialogue ou negociation devra intervenir apres les forces , on va voir .Vive l’armee malienne , vive la population malienne , vive le mali .

  5. Pourquoi à Kati et pourquoi pas au front?

    Quelle malédiction!

    Ou bien Kati est il devenu Sevaré, Diabali ou Douentza?

    Quelle malédiction!

    Pourquoi se glorifier et bunkeriser Kati avec des armes payées et achetées par ATT si on lui reproche une mauvaise gestion de la crise au nord?

    Quelle malédiction!

    Kati aurait il une urgence d’avoir des armes plus que nos villes situées sur la première ligne avec les islamistes du nord?

    “Reponsez moi”!

    Quelle malédiction!

    J’aurai préféré que la CEDEAO donne directement ces armes au Colonel Gamou et ses hommes, eux au moins connaissent le chemin du nord contrairement à nos agresseurs des femmes de l’ACI 2000 et des politiques et journalistes désarmés, à nos assassins de prêcheurs arabes et des berets rouges désarmés.

    Quelle malédiction !

    La soldatesque ivrogne des grands manguiers de Kati, adapte de la voyoucratie encagoulée, spécialisée dans les jeux de dames, le racket des populations civiles, la violation de la constitution du Mali, l’agression des institutions démocratiques du Mali, le pillage des administrations et des commerces, les agressions encagoulées des journalistes, le braquage à main armée, le massacre de vieux prêcheurs arabes désarmés, les lâches agression de nos vaillantes femmes de l’ACI 2000, la fuite des combats au nord, le refus d’aller combattre au nord, le tabassage du président Dioncounda, le massacre des bérets rouges désarmés, accrocs des bars à filles faciles et des alcools bon marché, est tout sauf crédible au Mali.

    Il ne fallait pas leur donner la moindre arme pour qu’ils les retournent contre les populations civiles et étendre encore leur sale mainmise sur notre transition politique.

    Quelle erreur de débutant de la CEDEAO!

    Quelle Malédiction!

  6. Ah les maliens toujours a accuser les autres de leurs malheurs, changez un peu un jour. :mrgreen:

  7. J’ai des question pour vous Monsieur AG RHISSA êtes vous malien ou non? si oui vous devez savoir que tous vos messages sont nébuleuses quand vous dites les maliens ici «Les Maliens doivent tout faire, maintenant, pour mettre le Mali au centre de leurs préoccupations, donc ils doivent tout faire pour que LES CONCERTATIONS NATIONALES ET LES NÉGOCIATIONS ARRANGENT LE MALI ET TOUTES SES COMMUNAUTÉS en exigeant le respect des conditions (pour les groupes armés MNLA et Ansar Dine, dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) et des principes dont le refus du terrorisme tout en rendant justice : ne pas accepter l’impunité et exiger le respect des droits de l’homme.» êtes inclu? Vos propose demontrent un jugement tendancieux en faveur des insurgéspeut-être je me trompe mais je ne crois pas me tromper! le dialogue que vous préconiser signifie l’impunité totale…nous ne devons pas négocier cette paix car cela signifie qu’au Mali il est admis de faire des massacres et il suffit de se repentir pour que tous vos crime soient pardonnés drôle de justice pour nos populations du nord toutes les ethnie confondu qui ont été mis dans les exactions les plus barbares que l’esprit humain ne peut pas accepter si notre gouvernement négocier la paix dans ces conditions, ils va favoriser la vengeances et installer la guerre civile tatale et générale…nous n’avons rien a offrir a ces barbares en contre partie du fait qu’ils laissent les armes. Notre peuple est à la trousse des bandits jusqu’au bout vous allez le comprendre, mais peut-être trop tard car nous ne sommes pas des dupes…s’il vous plaît arrêter vous écrits insensés!

    • Bonsoir,
      Merci Tougna-tigui de votre commentaire.

      Je suis Malien (Père Malien et Maman Nigérienne). Dans mes contributions, je dis souvent les Maliens pour parler de l’ensemble des Maliens, y compris moi, et pour montrer l’importance d’une action conjuguée de tous les Maliens.

      Je n’ai aucun jugement en faveur du MNLA et de Ansar Dine, ils ont commis des crimes abominables.

      J’ai toujours dit que DIALOGUE ou NÉGOCIATION n’exclut pas la NON IMPUNITÉ.

      Dans ma lettre ouverte au Président et à tous les Maliens, la non impunité fait partie des principes à exiger avant toute négociation.

      Avez-vous lu cette lettre ouverte ?

      Dans ma contribution précédente, la non impunité fait partie de l’engagement responsable que chaque partie prenante doit signer avant toute négociation.

      Avez-vous lu cette contribution ?

      LE REFUS DE L’IMPUNITÉ DOIT FAIRE PARTIE DES PRINCIPES A ACCEPTER AVANT TOUTE NÉGOCIATION AU RISQUE, COMME JE L’AI TOUJOURS DIT, DE CRÉER UNE SPIRALE DE VIOLENCE ET D’INSÉCURITÉ.

      Je suis d’accord avec vous, cher frère, qu’en cas d’impunité, et en plus répétée, il y a risque de guerre civile.

      Tout en évitant l’impunité et le terrorisme, les maliens doivent se prendre les mains dans les mains, dialoguer, se comprendre, restaurer l’intégrité territoriale, se réconcilier et construire le pays dans l’unité pour le bien-être de tous.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      Expert TIC et Gouvernance
      E-mail: [email protected]

      • Dr ANASSER AG RHISSA
        Tout le plaisir esty pour moi , mais je tiens à préciser que
        j’aurai aimé que vous écrivez « nous les maliens ou nous devons …pas les maliens doivent etc….ceci est un prémier point le deuxième point est que dialogue avec ces groupes armée est une perte de temps quelque soit le groupe…ils n’avaient aucune raison de s’exprimer par la force au Mali..car toutes leurs revendications ne sont pas la volonté populaire des populations du nord toutes ethnie confondu …alors discuter avec eux pour dire quoi …qu’on va leurs pardonner leurs crime? et comment réconcilier les maliens ? les maliens ne sont pas en conflits ce sont des bandits qui ont attaqués notre pays dire de réconcilier les maliens signifie que nous sommes en conflit entre nous, ce qui est faux, dans toutes les démocratie il y a des frictions et des contradiction…mais c’est cela même le sens de la démocratie et c’est ce qui se passe sur la scène politique . Mais sur la question du nord tous les maliens s’accordent qu’ils faut déloger ces bandits et qu’il ne faut pas les pardonner, puisque nous ne pouvons pas donner une partie de notre territoire et que notre pays ne peut pas être un champ de charia, pourquoi négocier si nous n’avons rien à offrir en contre partie ceci est ma dernière question à votre endroit avec respect Docteur

        • Tougna-tigui arrête de t’embourber dans un faut débat, je te comprend,toute guerre se termine par le dialogue au tant s’il y’a une possibilité de l’éviter pour sauver des vies il faut la faire,je te suggère de déposer tes dossiers dans le recrutement qui se poursuit au niveau de nos forces armées comme ça tu pourra faire la guerre et là ton opposition à toute négociation aura un sens;par la suite j’invite tout les partisans de non négociation à former leur groupe pour aller au nord comme ça les militaires les suivront,à quoi sert de dire dans les salons,dans les antennes, les journaux qu’ont veut pas la négociation et ont fait rien pour aussi allez aux combats,donc je pense que vous êtes entrain de nous distraire voila.

        • NÉGOCIATION AVEC LE MNLA ET ANSAR DINE: RESPECT D’UN ENGAGEMENT RESPONSABLE ET DE LA NON IMPUNITÉ

          Bonjour,
          Merci Tougna-tigui d’avoir lu mes contributions.
          Merci aussi Siratigui.

          Certains Maliens se posent des questions sur la fiabilité de l’acceptation, par le MNLA et Ansar Dine, de la négociation.

          La négociation doit permettre à tous les Maliens de s’entendre sur une sortie durable de la crise.

          Pour autant, l’impunité, doit-elle être acceptée ? NON. Ceci sera nouveau par rapport aux accords liés aux rebellions passées.

          LA CPI A DÉJÀ ÉTÉ TOUCHÉE PAR LE GOUVERNEMENT DE TRANSITION DU MALI. Elle fournira ses conclusions.

          LA JUSTICE DOIT RENDRE JUSTICE EN UTILISANT LES LOIS DE LA RÉPUBLIQUE DONT LA LOI FONDAMENTALE, QU’EST LA CONSTITUTION.

          L’ENGAGEMENT RESPONSABLE est constitué de PRINCIPES, de CONDITIONS (pour les groupes armés (MNLA, AnsarDine, Gandakoye, …): dépôt des armes, intégrité territoriale et laïcité) et de PROCÉDURES, à respecter par tous et qui doivent être rappelés dans un GUIDE et une PLATEFORME des concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise.

          TOUTES LES PARTIES PRENANTES AUX CONCERTATIONS NATIONALES ET AUX NÉGOCIATIONS SERONT OBLIGÉES DE RESPECTER L’ENGAGEMENT RESPONSABLE AU RISQUE QUE CELLES QUI NE L’ACCEPTENT PAS, NE PARTICIPENT PAS A CES DERNIÈRES ET AU PIRE QU’ELLES N’AIENT PAS LIEU.

          Comme le MNLA et Ansar Dine souhaitent participer à ces négociations, ils sont forcés d’adhérer à cet engagement responsable.

          Concernant la représentativité, il faut savoir que Le MNLA et Ansar Dine ne représentent pas tous les Touaregs du Mali et toutes les communautés de Nord Mali. Donc, toutes les communautés doivent avoir des représentants lors de ces négociations.

          Après négociation, en cas d’accords potentiels, entre les parties prenantes, des PROCÉDURES DE SUIVI DE CES ACCORDS doivent être mises en œuvre pour éviter leur violation. Procédures inexistantes ou presque lors des accords passés.

          Le principe de NON IMPUNITÉ doit être respecté ce qui fait que tout préjudice ou crime subi doit être condamné et son auteur, tel qu’il soit, doit être puni au risque que les victimes ne soient tentés à se rendre justice.

          En cas d’impunité, une spirale de la violence et de l’insécurité peut naître, ce qu’il faut éviter.
          C’est pourquoi, de façon impartiale, la justice et les forces de défense et sécurité doivent faire leur travail.

          QUE FAUT-IL NÉGOCIER ?

          LES MALIENS DOIVENT PARVENIR A UNE VISION PARTAGÉE DU DEVENIR (FUTUR) DU MALI EN PARTANT DES BESOINS ET DES REVENDICATIONS QUI SERONT JUGÉS LÉGITIMES ET PERTINENTS PAR LES CONFÉRENCES DE COMPROMIS EN AXANT LA RÉFLEXION SUR LES PRÉALABLES (RESTAURATION DE INTÉGRITÉ TERRITORIALE, ÉLECTIONS LIBRES ET TRANSPARENTES, LA SÉCURITÉ, …), LA DÉCENTRALISATION, L’INTÉGRATION ÉQUITABLE DES COMMUNAUTÉS ET DES CITOYENS ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉQUITABLE.

          LA NÉGOCIATION EST MAINTENANT ENCLENCHÉE AVEC LE MNLA ET ANSAR DINE ET LE TERRORISME (AQMI et Mujoa) SERA COMBATTU PAR LE MALI AVEC L’AIDE DE LA COALITION INTERNATIONALE.

          Je pense qu’il n’y a rien à négocier avec les terroristes et les islamistes même s’ils intègrent aussi plusieurs Maliens: ces derniers ont été séduits par leur capacité financière qu’ils ont troquée contre des valeurs en acceptant le terrorisme et la charia.

          Dommage, l’argent fera-t-il leur bonheur au regard des valeurs et de la liberté perdues ?

          Bien cordialement
          Dr ANASSER AG RHISSA
          Expert TIC ET GOUVERNANCE
          [email protected]

  8. Au moins quelqu’un parle de la LIBÉRATION DU MALI COMME SI ÇA LUI TIENT A CŒUR ….contrairement a notre TABOURET A TROIS PIEDS DE LONGUEUR DIFFÉRENTE…

    Mais on va dire que c’est lui le pire ennemi du MALI PENDANT QU’ON VA NEGOCIER AVEC NOS ENNEMIS … QUI NOUS ONT BIEN “NIQUER” ET ONT ÉGORGÉ NOS SOLDATS…DES MALIENS…DES ÊTRES HUMAINS….

    Moussa Ag, qui pense que le MALI AURAIT DU ET DOIT DÉCLARER L’ÉTAT DE GUERRE … PUISQU’IL AURA À FAIRE LA GUERRE … ÇA C’EST UNE GUARANTIE….C’EST PAS TOUS LES BANDITS DU NORD QUI VONT SE CONTENTER DU “PRIX BASSOLE” COMME LES BANDITS DU SUD ….OR ON A RIEN D’AUTRES À OFFRIR…certainement que les apatrides désespérés du MNLA vont l’accepter avec joie…peut être que l’effraye de IYAD va aussi … mais….

  9. avec ta bouche tordu la ct bien toi et amie traitre qui on mie le mali dans la merde le peuple malien ne vous pardonnera 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 jamais

  10. Il faut attaquer les rebelles,le Mali n’est pas le pays de Ban ,il peut tolérer les coréens du nord contre son pays ,mais le Mali et notre pays nous ne laisseront pas impunies les criminelles ,les narco trafiquants jamais .

  11. NÉCESSITÉ D’UNE COOPÉRATION RÉGIONALE ET INTERNATIONALE POUR LUTTER EFFICACEMENT CONTRE LE TERRORISME.

    AU MALI: NÉCESSITÉ D’UN GUIDE ET D’UNE PLATEFORME DE CONCERTATIONS NATIONALES ET DE NÉGOCIATION (CONSTITUANT UN SOCLE) POUR ÉTABLIR LA CONFIANCE ENTRE MALIENS ET POUR UNE SORTIE DURABLE DE LA CRISE.

    Bonjour,
    Les Maliens doivent tout faire, maintenant, pour mettre le Mali au centre de leurs préoccupations, donc ils doivent tout faire pour que LES CONCERTATIONS NATIONALES ET LES NÉGOCIATIONS ARRANGENT LE MALI ET TOUTES SES COMMUNAUTÉS en exigeant le respect des conditions (pour les groupes armés MNLA et Ansar Dine, dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) et des principes dont le refus du terrorisme tout en rendant justice : ne pas accepter l’impunité et exiger le respect des droits de l’homme.

    Ces principes et ces conditions constituent l’ENGAGEMENT RESPONSABLE.

    Ils contribuent à établir la CONFIANCE entre les Maliens.

    J’ai écrit une lettre ouverte en ligne adressée au Président du Mali, au gouvernement, à la commission nationale d’organisation des consultations nationales, au médiateur et aux Maliens, pour leur proposer un guide et une plateforme de consultations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

    Ce guide et cette plateforme contribuent un SOCLE pour établir la CONFIANCE entre les Maliens en intégrant ces principes et ces conditions.

    Le Mali doit être la préoccupation principale de tous les Maliens n’acceptant pas le terrorisme mais aussi celle du monde entier car le terrorisme est contagieux et un remède mondialement partagé est indispensable.

    Une coopération régionale et internationale est nécessaire pour venir à bout du terrorisme à travers une guerre stratégique de renseignements sur le terrorisme.

    L’engagement responsable de tous, à tous les niveaux, local, national, régional et international, est indispensable.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail [email protected]

Comments are closed.