Mediation CEDEAO : Dissoudre le CNSP et mettre en place un organe indépendant pour les élections

3

Une délégation d’évaluation de le Cédéao a séjourné au Mali du 11 au 12 janvier, sous la conduite de l’ancien président de la République fédérale du Nigéria, Goodluck Jonathan. A la conclusion de sa visite, le chef de la délégation a demandé la dissolution du comité nationale pour le salut du peuple (CNSP) et la prise en compte des résolutions du Dialogue national inclusif (Dni) en matière de gestion des élections. D’où un organe indépendant pour l’organisation des élections.

Tout d’abord, le médiateur a apprécié la mise en place de tous les organes de la transition que sont le président, le vice-présidence, le gouvernement et le conseil national, malgré les insuffisances de concertation constatée par la mission à l’issue de sa visite avec les autres parties prenantes des négociations précédentes.

La mission a mis l’accent sur deux grandes urgences à savoir la dissolution du CNSP comme demandé lors de la levée de l’embargo sur le Mali et l’élaboration d’une feuille de route par le gouvernement indiquant les grands axes de la transition et respectueuse des 18 mois accordés à la transition.

Pour la bonne marche de la transition, Goodluck Jonathan a invité les acteurs de la transition à plus de concertation et de dialogue pour une transition consensuelle et apaisée qui aboutira à des élections acceptées de tous. Pour le cas des élections, la délégation sous-régionale a prescrit la prise en compte des recommandations du Dialogue national inclusif surtout celle portant sur la gestion des élections. Il s’agit de la  prise en charge totale des élections par un organe indépendant. La Commission électorale indépendante a été reçue par la délégation à cet effet lors de leur visite.

En plus de ces grandes directives pour la réussite de la transition, la mission Cédéao a attiré l’attention des autorités sur le respect des Droits humains et les procédures pénales en vigueur sur les rumeurs, précise-t-elle, de déstabilisation du pays qui fait la une de l’actualité au Mali. La Cédéao réitère son soutien à la transition malienne et invite les partenaires du pays à faire de même.

 

Koureichy Cissé

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour

    Dans le cadre de l’application de l’accord de paix, avec la formation des forces de défense et Sécurité reconstituées, certains pensent qu’il y a plusieurs armées au Mali.

    Il convient de comprendre le mécanisme DDR (Démobilisation, Désarmement et Réinsertion) et les forces de défense et Sécurité reconstituées qui sont très importants dans l’accord de paix.

    Le processus DDR a pour finalité la constitution de ces forces de défense et Sécurité reconstituées pour l’intégration/réintégration, en satisfaisant des critères, des éléments des groupes armés ou d’auto-défense Maliens dans les forces de défense et Sécurité Maliennes OU BIEN l’insertion/réinsertion dans des projets pour ceux qui ne satisfont pas aux critères précédents.

    Ces forces de défense et Sécurité reconstituées sont formées de bataillons intégrant un tiers des membres des forces de défense et Sécurité maliennes, un tiers des membres du regroupement CMA et un tiers des membres du regroupement Plateforme.

    Ce sont des bataillons armés reconstitués qui forment les forces de défense et Sécurité reconstituées du Mali, faisant leur diversité et leur richesse.

    En somme, il n’y a qu’une seule armée malienne qui est celle dans laquelle se trouve ces forces de défense et sécurité reconstituées, donc, ces bataillons armés reconstitués.

    Il n’y a qu’un seul commandement global.

    Merci pour votre compréhension.

    Bien cordialement

    Dr Anasser Ag Rhissa
    Expert TIC. gouvernance et Sécurité
    TEL 78731461

    • Le peuple souverain du Mali décidera de l’arrêt ou la prolongation du CNSP, nous sommes assez mature pour décider de notre présent et futur.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here