Mini-sommet de la CEDEAO : Le Mali toujours sous embargo

1

Les Chefs d’État de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest ( CEDEAO) étaient réunis le mardi dernier en mini-sommet, à Accra pour se pencher sur la question malienne.

Sur l’invitation du Président du Ghana, Nana Addo, Président en exercice de l’Organisation sous-régionale, les membres du Conseil National pour le Salut du Peuple (CNSP), avec à leur tête son président, le colonel AssimiGoïta ont pris part aux travaux du sommet. Le colonel AssimiGoïta et ses collègues devaient présenter un schéma de la Transition aux Chefs d’État de la CEDEAO. Ces dernier ont salué la décision du CNSP d’avoir autorisé l’ancien président Ibrahim Boubacar Keita à aller se soigner à l’étranger.

Par ailleurs, la CEDEAO exige la libération des autres personnalités politiques. Elle a pris acte néanmoins des 18 mois de Transition proposés par le CNSP.

La CEDEAO a renouvelé encore requête de voir la Transition le gouvernement dirigé par des civils. Elle note que le vice-président ne pourra pas remplacer le président de la transition en cas d’absence de celui-ci.

Les Chefs d’État de la CEDEAO décident de maintenir les sanctions contre le Mali jusqu’à la nomination d’un président et premier ministre civils. La CEDEAO demande la dissolution du Comité National pour le Salut du Peuple ( CNSP) dès la nomination d’un président et de son premier ministre.

L’Organisation sous-régionale enverra une mission au Mali pour encore aider le Mali à sortir de cette crise. Dès la désignation d’un president, la CEDEAO va œuvrer pour le retour à l’ordre constitutionnel au Mali.

A noter que la délégation malienne était conduite par le président du CNSP, le colonel AssimiGoïta et comprenait le colonel-major Ismaël Wagué, porte-parole du CNSP, l’ambassadeur Gouro Diall, Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères.

Outre les chefs d’État, le sommet a enregistré la participation des représentants de la MINUSMA, l’Union Africaine et de la CEDEAO.

Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. IL SERAIT INJUSTE DE CHOISIR COMME PRESIDENT QUELQU`UN QUI N`ETAIT PAS SUR LA PLACE DE L`INDEPENDANCE………………….

    ATTENTION AUX VAUTOURS ILS SONT SANS PITIE POUR SE MAINTENIR RICHE RICHE RICHE ILS SONT PRETS A PACTIFIER AVEC LE DIABLE

Répondre à Brave Peuple Malien c`est plus que jamais le moment de décider de notre avenir Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here