Communiqué de presse du ministère de l’Elevage et de la pêche suite à la forte mortalité de poissons

8

Le Ministère de l’Élevage et de la Pêche informe la population malienne, que suite à la grande pluie qui s’est abattue sur Bamako et ses environs, le jeudi 16 Mai 2019 a drainé d’importantes quantités d’eau de ruissellement au niveau du fleuve Niger et provoqué de forte mortalité de poissons au niveau du village de Baguineda dans la commune de Baguineda, cercle de Kati, région de Koulikoro.

Le Ministère informe, qu’une mission conjointe composée de la Direction Nationale de la Pêche et de la Direction Nationale des Services Vétérinaires (DNSV) s’est rendue sur les lieux le samedi 18 mai 2019. La mission avait pour objectif de faire des investigations pour situer les causes de cette forte mortalité de poisson.

Arrivée sur les lieux, l’équipe a  échangé avec les communautés de pêcheurs et procédé à des prélèvements d’échantillons de poissons et d’eau pour des fins d’analyse aux laboratoires.

Selon les pêcheurs, ce type de pollution est habituel en début d’hivernage après chaque grande pluie. Cependant, la forte mortalité de poissons observée cette année serait probablement due à l’effet conjugué de la baisse du niveau des eaux, la quantité importante de déchets drainés par la pluie, impactant une forte turbidité de l’eau qui a provoqué l’asphyxie des espèces de poissons très sensibles au manque d’oxygène de l’eau.

La mission rassure la population malienne que c’est un cas mineur circonscrit et passager et qu’il n’y a pas de risque de drame écologique. Cependant, elle déconseille la consommation et la commercialisation desdits produits avant les résultats des analyses d’échantillons envoyés aux laboratoires.

Bamako, le 20 Mai 2019*

*Le Secrétaire Général du Ministère de l’Élevage et de la Pêche

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Normalement cest aux autorites qui devaient s en charger sinon les pecheurs vont jamais le jetter ces Poissons seront fumes seches et vendu a la pauvre population. Cest aux autorites de ramassent de briller tout mais helas le pauvre Mali. Qu Allah nous protege et beni le Mali.

  2. Ce genre de catastrophes arrive aussi dans les pays dit développés. D’ailleurs c’est encore plus violent quand ça arrive dans certains pays développés. Des fortes pluies soudaines, accompagnées de vents violents…, des digues et des barrages qui cèdent, ça donne le résultat pire que ce qui est arrivé à Bamako et ses environs…
    Pour les poissons, on croit savoir qu’ils sont morts de manque d’oxygène et peut-être aussi de la violence des courants… ???
    Il n’y a pas qu’à Bamako où il y a eu des inondations… Il y’en a eu dans d’autres pays voisins du Mali. C’était tout aussi violent et beaucoup de dégâts.

  3. La reaction est vraiment tardive. Ceux qui aiment bien manger le poisson ont eu le temps de le consommer. Je pense que les techniciens devraient anticiper sur de telles situations pour informer, alerter les populations au risque de voir apparaitre un probleme grave de sante.
    Dans tous les cas, nos amis bozos ne se debarasseront pas de ce poission; ils vont le fumer, le secher et la remettre dans le circuit, puisque nos autorites refusent de prendre les dispositions adequates pour controler ce que nous mangeons. Que Dieu nous preserve…..

  4. “Elle déconseille la consommation des produits avant les résultats des analyses d’échantillons envoyées aux laboratoires.
    HOOO mon Dieu, quels types de Dirigeants avons nous?
    Comment un pays peut-il progresser avec des idiots de ce genre?
    Observez:
    1. l’inondation a eu lieu jeudi et c’est samedi que cette mission se rend sur le terrain. Sa méthode de travail prouve qu’elle est moins informer sur le fleuve que les pêcheurs qu’elle a interrogée.
    2.la commercialisation ne se fait-elle pas dans un but de consommation?
    3.Pendant Combien de jours faudra t-il attendre les résultats des analyses? Les pauvres populations peuvent garder leurs poissons en attendant … La descente aux enfers de notre pays est multidimensionnel.

  5. Si les autorités écartées tout risque sanitaire, je suis prêt à leur accorder le bénéfice du doute. Mais je suis loin d’être convaincu par les explications données par rapport aux causes probables

  6. Formidable !
    Formidable………en terme de ridicule !

    Avant même que LA MOINDRE évaluation des dégâts n’ait pu être faite et que LE MOINDRE CHIFFRAGE de la perte par espèce n’ait pu être encore estimé, voilà qu’un communiqué OFFICIEL (!!!…) nous “informe” qu’il ne s’agit que d’un “cas mineur circonscrit et passager” !😁😁😁😁😁😁😁😁

    Nous sommes vraiment gouvernés par de nullissimes tocards !

    PS: Mais il est vrai que ce sont aussi ces mêmes gouvernants, et de façon tout aussi OFFICIELLE, qui nous avaient également déclaré qu’il n’y avait chez nous que de l’insécurité……….RÉSIDUELLE !😁😁😁😁

    Alors…

  7. Qu’est que le Ministère voudrait dire par “cas mineur circonscrit” ?
    Comment le Ministère pourrait se prononcer sur l’importance du phénomène avant les résultats des analyses laboratoires des échantillons prélevés ?
    Ce type de communiqué de la part d’un officiel est assez troublant.

  8. Article 118: "Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu'il est porté atteinte à l'intégrité du territoire. "

    “La mission rassure la population malienne que c’est un cas mineur circonscrit et passager et qu’il n’y a pas de risque de drame écologique”
    La demarche normale serait d’analyser puis conclure et non le contraire.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here