Opération Barkhane: La Force Barkhane poursuit néanmoins son effort dans la région dite des « trois frontières » avec les autres partenaires

7

À l’issue de consultations qui seront conduites avec les partenaires alliés, une transformation profonde de la présence militaire de la France au Sahel s’amorcera. La Force Barkhane poursuit néanmoins son effort dans la région dite des « trois frontières » en menant des opérations de harcèlement dans le Gourma et le Liptako avec les autres partenaires.

Manœuvres conjointes au Tchad

Du 25 au 29 juin 2021, la Force Barkhane et les forces armées tchadiennes ont mené à bien une séquence aéroterrestre.

Cette manœuvre a été conçue, planifiée et conduite de manière conjointe et très étroite entre les officiers d’état-major du Centre opérationnel Air de l’armée de l’Air tchadienne, le Centre opérationnel interarmées de la Force Barkhane et le Joint Force Air Component Command (JFAC) de Lyon. L’armée de Terre tchadienne était également associée à cette manœuvre au travers de la participation d’unités du Détachement des actions réservées (DAR) et du groupement anti- terroriste. Pendant cinq jours, près de deux cents militaires français et tchadiens ont œuvré côte à côte pour partager savoir-faire et procédures, du niveau opératif au niveau tactique.

En amont de la séquence, les Guideurs aériens tactiques avancés (GATA) ont harmonisé leurs procédures de demandes d’appui feu (Close air support – CAS) avec leurs homologues JTAC français (Joint terminal attack controller).
De la même manière, terriens et aviateurs français et tchadiens revoyaient ensemble les procédures relatives aux délicates opérations de Livraison par air (LPA), comprenant la préparation des colis, le largage, les techniques de marquage de zone jour et nuit, la réception du fret et le reconditionnement des parachutes.

Parallèlement, trois Mirage 2000, mis en place sur N’Djamena, ont travaillé au profit du Centre opérationnel de l’armée de l’air tchadienne en réalisant des missions de reconnaissance et de réassurance aux côtés des aéronefs tchadiens.

Le temps fort de cette interaction s’est déroulé le 28 juin dans la région de Massaguet avec une mission de reconnaissance offensive conduite par les forces terrestres renseignées par une composante aérienne française et tchadienne. Cette manœuvre conjointe s’est clôturée par un ravitaillement logistique des troupes au sol avec une livraison par air effectuée par un CASA français aux ordres des GATA.

Au bilan, cette séquence a démontré l’interopérabilité des forces terrestres et aériennes dans la lutte contre le terrorisme. D’autres manœuvres sont déjà prévues entre les deux pays avec pour objectif de mettre en œuvre d’autres savoir-faire communs.

Neutralisation d’un GAT

Le 22 juin 2021, la Force Barkhane a conduit une opération de neutralisation d’un Groupe armé terroriste (GAT) à 15 kilomètres à l’Est de la base opérationnelle avancée de Gossi, le lendemain de l’attaque par véhicule piégé contre la force.

Dans la matinée, sur la base de renseignements obtenus par les différents capteurs de la Force Barkhane, des mouvements suspects d’hommes armés ont été repérés non loin de la ville de Gossi. Une opération combinant une manœuvre terrestre et aérienne a été immédiatement déclenchée. Appuyés par un drone et par des hélicoptères du Groupement tactique désert aéromobile (GTDA), des éléments du GTD Tigre ont rejoint la position ennemie. La neutralisation du GAT a permis de récupérer de l’armement, des munitions et des documents attestant le lien entre ce groupe et l’attaque par véhicule piégé de la veille. L’endurance des moyens aériens et la réactivité des unités au sol, combinée à l’effet de surprise de la composante aéroterrestre, ont permis de surprendre et de contrarier les velléités des GAT, notamment de pose d’engins explosifs, dans cette région du Gourma.

Visite du directeur de cabinet de la MINARM du SCOPS et du COMANFOR à Ménaka

Dimanche 27 juin 2021, monsieur Martin Briens, directeur de cabinet de la ministre des Armées, le général de corps aérien Stéphane Mille, Sous-chef opérations (SCOPS) de l’état-major des Armées, ainsi que le général de division Marc Conruyt, commandant la Force
Barkhane, se sont rendus sur la Base opérationnelle avancée (BOA) de Ménaka, quartier général de la Task force (TF) TAKUBA.

Cette visite d’inspection a permis de présenter la situation opérationnelle actuelle lors d’un
entretien avec le commandant de la TF et d’évoquer les perspectives, notamment son européanisation. Les autorités ont également pu observer les infrastructures et les nombreux travaux en cours sur la BOA pour accueillir prochainement la NATO Support and Procurement Agency (NSPA), l’évacuation médicale (MEDEVAC) italienne et le futur Task Group (TG) danois. La délégation est ensuite allée à la rencontre des opérateurs de l’équipe de santé multinationale, du TG Suédois et de ses équipages Black Hawk armant la Quick Reaction Force (QRF), du TG franco-tchèque, sans oublier les acteurs indispensables de la protection défense, du génie et du soutien de la TF TAKUBA.

Suivez l’actualité de la Force Barkhane sur Facebook: https://www.facebook.com/Barkhane/

Contact relations publiques : [email protected]

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Je l ai dit et répété, tant que les forces de l armée malienne ne seront pas mélangées avec celle de la France et les autres forces étrangères, la sécurité ne viendra jamais au Mali et dans le Sahel; l insécurité ira grandissante. Toutes les armées de tous les pays du Sahel doivent être mélangées aux forces étrangères françaises et alliées dans les camps, sur le terrain, réunions
    , partout. Aussi les missions de la minusma sur le terrain doivent avoir parmi elles des maliens ( honnêtes surtout) et aussi ses réunions. Dans le cas contraire le bilan de tous ces partenaires pour la sécurité dans le pays et particulièrement au Nord sera toujours nul si non très nul.

    • 😉
      Armée française = mène des opérations de combat
      Armée malienne = fait des réunions

      Tout est dit
      Mdr
      😉

  2. Chers amis
    La situation est plus que dangereuse. Aucun gouvernement responsable au monde entier ne saura donner la permission a des armees etrangeres de mener des operations sur son territoire sans etre en compagnie de sa propre armee.
    La France, au cours des dernieres annees a toujours refuse de cooperer avec les FAMA; soit parce que nos militaires n ont pas le sens du professionalisme, soit nous avons opte pour une transition militaire.
    Au debut des operations, il etait interdit a l armee malienne d’entrer a Kidal parce qu’elle commettait des executions extrajudiciaire. Alors maintenant c est Barkhane qui neutralise tous les jours des presumes Jihadistes, sans la moindre procedure d ‘identification ou d ‘interrogation.
    Ce sont les maliens qui proposent le dialogue inter-maliens y compris les jahadistes, et la France accentue tous les jours sa position de combat et d’extermination sans dicernement.
    Alors qu’en est devenue le professionalisme que beneficiaient les Kidalois, et que les autres populations ignorent toujours.
    Toute guerre finit au tour d’une table de negociation. Voir le cas de l”afghanistan, ou les USA et toute l’OTAM combattaient les jihadistes for plus de 2 decenies. Par finir la solution qui a marche pour eux fut le dialogue entre pro-gouvernements et jihadistes. Cette solution fut toujours soutenue par la super-puissance mondiale (USA).
    La France soutient le combat au lieu du dialogue, au Mali pour juste destabiliser le pays, saboter l’autorite de l ‘etat malien vis a vis des populations pour qu’elles aient le courage de se virer de la republique. C est ce qui se passe actuellement.
    Demandons le pourparler avec ces jihadistes et chercher la solution a la malienne, c est la voie la plus sure et efficace.

  3. C est la ou connais comprend bien la manipulation de l’occupant. Partir, retrait, réduction d’effectif, c est de la poudre aux yeux. Qui a réellement besoin de qui? 😎😎

  4. UNE VERTIABLE PETITE VILLE GARNISON UN KATI EN MINIATURE VU L AMPLEUR DES TRAVAUX EN COURS QUE J Y AI VU

    VU L AMPLEUR DES TRAVAUX CE N EST PAS POUR RESTER 1 AN MAIS 10 ANS MINIMUM

    ADDUCTION D EAU-RACCORDEMENT A EDM VIA TIRAGE LIGNE HAUTE TENSION +PANNEAU SOLAIRE

    CREUSEMENT DE TROU POUR STOCKAGE DE CARBURANT +FORAGE + TRAVAUX DE NIVELLEMENT EN VUE BITUMAGE DES VOIES ENTRE LES BATIMENTS-ANTENNE RELAIS TELEPHONIQUE ETC……

    VOUS ETES PAS LA POUR RESTER 10 ANS MR LEDRIAN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    VOUS ETES PAS CHEZ VOUS ICI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!§§

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here