Attentats terroristes à Bamako : Entre malheur et opportunités, un couteau à double tranchant.

0
Nous avons tous vécu l’épisode malheureux de Charlie Hebdo et nous y avons compati; pas parceque Diaby était malien d’origine et encore moins Coulibaly, mais en mon sens, tout simplement parceque nous nous sentions profondément solidaires de ce que vit le peuple français dans tous ses malheurs…
Si réactions autres il y a eu c’est tout simplement qu’au delà de ce fait, nous avons d’autres valeurs comme le respect d’autrui, de sa religion, de sa culture, de ses libertés… des croyances profondes et religieuses comme la foi accordée à chaque malien ou de chaque étranger vivant au Mali de pratiquer sa religion au nom du principe de “Laïcité”. Il est aussi tout a fait normal que certains s’offusquent et s’en défendent de voir l’image de notre prophète (PSL) être vilipendé pour ensuite devenir un tremplin communicationnel pour “justifier” ou “arrogancer” pour ne pas franchir la ligne.
Nous y avons réagi car nous nous sentons impliqués, meurtris et révoltés (à la limite de la haine) contre des fleaux comme le terrorisme ou le djihadisme. L’une des manifestations est la réaction violente et pleine d’émotions de la jeunesse de Gao contre d’autres fils du pays “suspectés” d’avoir posé une bombe.
Aujourd’hui, le terrorisme frappe de nouveau à Bamako. Cette fois – ci en plein cœur de la capitale avec 5 morts à la clé. L’ensemble des maliens et de la communauté internationale ont condamné fermement cet acte que François Hollande a qualifié de “lâche”. (Pour mémoire, un homme d’origine mauritanienne avait lancé un objet explosif contre l’ambassade de France). Cela montre encore une fois que la caricature, même très offensante et humiliant pour la plupart des croyants musulmans, n’était qu’un prétexte pour ces démons de la terreur de frapper pour des raisons que parfois les acteurs directs eux même ne savent pas puisque les commanditaires sont difficilement pistables même
S’ils sont parfois “connus” et même “recherchés”
Nous avons vu comment l’état français s’en est accaparé (Charlie Hebdo) dans une jeu diplomatique pour réunir autour de la France le soutien de l’ensemble de la communauté internationale, susciter l’unisson des francais et rassembler la France entière contre l’ennemi commun : le terrorisme.
Par la bravoure de Diaby, le Mali a gagné en capital sympathie auprès de l’opinion nationale française;
Nous avons tous apprécié la reconnaissance de la France et des français suite à cet acte de bravoure, quelle image allons nous laisser aux yeux des belges, des français et de l’opinion malienne sur ces vies perdues par les bras armés de la terreur… que ce soit au nom d’une religion ou d’une ambition quelconque.
Quelle serait la réaction de l’opinion nationale et de la presse française si les spécialistes de la communication géopolitique titillaient le rationnel entre ses deux affaires?
Qu’allons nous envisager pour créer un effet boule de neige et nous aussi profiter pour placer le Mali au centre du monde et réunir la communauté internationale autour du Mali pour relever le défi de la lutte contre le terrorisme.
J’ose espérer que la diplomatie malienne a commencé a faire le tour des chancelleries sur place et mandater nos ambassadeurs à l’étranger pour gagner le soutien de tous les ennemis du terrorisme international.
Comment veiller à ce que cet attentat soit condamné dans la presse écrite internationale en ciblant les partenaires stratégiques dont l’opinion nationale peut dégager une forte influence?
Le président Hollande a condamné l’attentat dans un communiqué officiel via les services de l’Elysée… Qu’on le veuille ou pas sa signature fait foi Le presse malienne n’en parle pas, la presse internationale n’en est pas saisie par nos services en charge de la communication gouvernementale.
A regretter la grande offensive médiatique du sieur Camara, ancien ministre de la communication qui aura parcouru tous les plateaux TV et occupé les lignes éditoriales pour “reprendre la main” dans une communication gouvernementale que le chef de l’Etat lui même a qualifié de “nulle”.
J’attends une adresse à la nation du chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keita après les événements malheureux, gravissons et de sécurité nationale, survenus dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 mars 2015.
Pour finir, j’étais choqué de remarquer que les maliens attendaient la confirmation des médias internationaux comme RFI et France24 pour confirmer les faits annoncés sur le terrain.
Où allons – nous?
BD pour Malibooknews

Boubou Doucoure

Commentaires via Facebook :

PARTAGER