Contribution : Unir le Mali et non le punir

3

Il convient de saluer la position assez modérée du Sénégal dans la question des sanctions de la Cedeao contre le Mali. Certes, l’événement de mardi dernier mérite parfaitement le qualificatif  de coup d’État militaire. Mais on peut aussi, à juste titre, l’appeler une révolution. Une mobilisation populaire ponctuée par l’intervention des soldats qui prennent le pouvoir seuls ou en association avec des civils, c’est ce qu’on appelle une révolution sous tous les cieux. Presque toutes les révolutions sont des coups d’État militaires mais l’inverse n’est pas vérifié. Par exemple, le renversement de la IVème  République française par le général De Gaulle n’a rien eu d’une révolution populaire. Si le coup d’État militaire est condamnable au nom de la démocratie, la révolution, elle, est une manifestation directe de la volonté populaire.

Alors, inutile de se gargariser de mots. La révolution-coup d’État est le principal mécanisme permettant l’alternance au pouvoir dans l’histoire du Mali comme du Burkina voisin. Il en sera ainsi tant que l’objectivité et la crédibilité des processus électoraux ne seront pas assurées. Dans ces conditions, au-delà même des sanctions à lever le plus tôt possible, la Cedeao ne devrait pas s’interdire au Mali ce qu’elle avait parrainé au Burkina au moment de la chute de Compaoré. Elle devrait laisser le président Ibk aller se reposer et accompagner une transition aussi courte et consensuelle que possible vers des élections transparentes et une nouvelle gouvernance du Mali. Aider le Mali plutôt que de punir son peuple.

Aujourd’hui, les citoyens ouest-africains attendent de leurs chefs d’État non pas une intervention armée favorisant des affrontements fratricides, mais plutôt une mutualisation des capacités politiques et militaires pour éradiquer le terrorisme et recouvrer notre souveraineté sécuritaire. Ils ne veulent pas non plus de querelles intestines reflétant la proximité plus ou moins grande avec telle ou telle puissance extra-africaine. Ils veulent la coopération et une stratégie commune avec tous les États voisins, y compris l’Algérie, le Maroc et la Mauritanie.

Quant au Mali et au Sénégal, le temps est peut-être venu d’oser tirer un bilan définitif de l’éphémère Fédération du Mali en vue de penser la refondation de notre patrie commune.

Mamadou Bamba NDIAYE

Ancien député

Secrétaire général du Mps/Selal

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Il ne faut pas punir ce peuple Malien que j’ai connu a Kenieba, Nioro du Sahel, Banamba, Kati, Bamako, Hombori, Djema, Inidiatafan, Nomo, Bambara Mouande, Yerere, Rharous, Sikasso, Segou, Kolondjeba, Kita, Mopti, Bougouni, Koulikoro, Bankass, Tourourou, Koro, Diamouyeli, Dinadioume, Dire, Douentza, Gao, Kidal, Bafoulabe, Menaka, Guire, Dilhi, Sandare, Diangounte Camara, Touroungounbe, Aguelhoc, Kayes, etc. car ce peuple est courageux, beau, tres fier de son passe et amoureux de son avenir.

  2. il est temps que les dirrigeants Africians aient pitie de leurs populations /avec une gestion rigoureuse des resources pour le bien de tous.Au lieu d`une gestion calamiteuse au profis de leurs familles.
    -Les vehs de l etat doivent rester apres les heures de travail au service
    -Il faut arreter avec les fameux bons de carburant /une vraie emoragie financiere pour le pays
    -Un ministre Belge a eu Aa demissionner l`orque les journalistes ont revele l`utilisation du vehicule de service Aa des fins prives /Qu`en est il de notre pays.
    -Il faut confier les recrutements et concours de la fonction pupblique A des cabinets internationaux neutres.
    -Il faut faire des audits apres chaque exercice budgetaire
    -Il faut…
    Il faut….
    Il faut…..etc…
    Un refondement de l`etat du MALI.

  3. We should not apply foreign criteria to some things we do unless total circumstance is same. Malian revolution did not have circumstance like any foreign condition where a revolution led a president to resign. To begin Malian constitution in its most deceptive areas written by Europeans to facilitate IBK corruption without Malian people having any ability to stop that corruption except at some point declaring constitution inadequate prior too or after taking necessary action.
    ECOWAS once a respectable plus reasonable organization that gave due consideration to total circumstance now have disposition of unreasonable out of control unduly power hungry plus corrupt cocaine addict. If ECOWAS have become filled with members who are corrupt cocaine addicts they should be removed but first of all any decision they make against Malian revolution should be voided.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here