Editorial de Tibor Nagy, secrétaire d’État adjoint aux Affaires africaines : Afrique : Les États-Unis, « partenaire idéal » de l’Afrique pour favoriser les institutions démocratiques et la croissance économique

4

Après avoir eu l’honneur de servir mon pays pendant plus de 30 ans en tant que diplomate – dont 22 années passées dans huit pays africains différents –j’ai pour la première fois cette semaine l’opportunité de m’adresser à l’Assemblée générale des Nations unies pour souligner les intérêts qu’ont les États-Unis en Afrique et leur engagement envers ce continent.

Au cours de dizaines de réunions et de conversations à New York, je mettrai en évidence l’importance de poursuivre un solide partenariat entre les États-Unis et l’Afrique, en donnant la priorité aux objectifs suivants :

Favoriser des échanges et liens commerciaux plus forts entre les États-Unis et l’Afrique en établissant une concurrence équitable entre les différents marchés africains ;

Exploiter le potentiel de l’explosion démographique de la jeunesse africaine en tant que source d’ingéniosité et de prospérité économique, afin de prendre le contrepied de l’extrémisme violent et du désespoir ;

Faire progresser la paix et la sécurité grâce à des partenariats solides avec les États africains, via des mécanismes bilatéraux et régionaux ; et

Avant tout, souligner une fois de plus que les États-Unis sont indéfectiblement engagés envers l’Afrique.

Loin de s’exclure mutuellement, ces priorités se renforcent les unes les autres. Notre échec ou notre succès dépend d’une approche pangouvernementale dans notre collaboration avec les partenaires internationaux, la société civile et l’importante diaspora vivant aux États-Unis, pour un avenir menant à la paix, à la stabilité et à la prospérité – aujourd’hui et pour les générations africaines à venir.

Mon expérience, aussi bien dans la diplomatie que dans le monde universitaire, m’a convaincu que l’Afrique est réellement à une croisée des chemins et que la direction qu’elle prendra ces prochaines années aura un impact majeur – positif ou non –, non seulement sur le continent, mais dans le monde entier.

Tous ceux qui suivent les tendances en Afrique savent qu’un grand bouleversement démographique va se produire d’ici 2050, lorsque la population du continent aura doublé pour dépasser 2 milliards et que la proportion d’Africains de moins de 25 ans dépassera 75 %. Ces millions de jeunes Africains auront des attentes élevées en matière d’emploi et de qualité de vie – les mêmes que celles des jeunes gens partout dans le monde. Avec la prolifération des réseaux sociaux, la jeunesse africaine dispose d’un point d’observation limpide sur les innombrables possibilités que le monde peut offrir, mais surtout elle peut comparer ses propres conditions avec celles des autres de sa génération, partout ailleurs sur la planète.

Les dirigeants africains commencent à comprendre que le défi le plus important de tous est de créer des emplois intéressants et durables pour cette jeunesse. J’ai l’intention de faire tout ce que je peux pour aider, puisque les États-Unis sont le partenaire idéal pour soutenir les Africains dans la construction et la consolidation des institutions démocratiques, ainsi que du type d’environnement d’affaires qui attirent les investisseurs, permettant davantage de croissance économique.

Le fait est qu’une Afrique plus prospère et plus démocratique offre d’énormes opportunités commerciales aux États-Unis.  Alors que les économies des différents pays du monde sont de plus en plus imbriquées et que l’Afrique représente une part plus importante du commerce mondial, je suis fermement convaincu que les entreprises américaines peuvent et doivent tisser des liens plus profonds avec ce continent, ce qui d’ailleurs pourrait impliquer que nos valeurs et notre façon de faire des affaires deviennent la norme en Afrique.

Les sociétés américaines mettent l’accent sur l’état de droit, la transparence, les recours pour les investisseurs et la concurrence équitable. Nos entreprises donnent aussi la priorité à la formation et au fait d’employer les Africains pour les postes qu’ils devraient occuper dans leurs pays. Ce modèle de fonctionnement est le secret qui se cache derrière notre culture entrepreneuriale et notre économie florissante.

Alors que nous sommes tournés vers l’avenir de l’Afrique, essayant de transformer l’explosion de la jeunesse en un atout pour le continent plutôt qu’un frein, il est important de garder à l’esprit plusieurs facteurs cruciaux :

L’augmentation du nombre de jeunes exige une hausse exponentielle de celui des emplois ;

La création d’emplois nécessite des économies en croissance, stimulées en partie par une augmentation de l’investissement direct étranger ;

Les entreprises étrangères ne voudront pas investir s’il n’y a pas de climat favorable à l’investissement, de concurrence équitable et de main-d’œuvre instruite ; et

Enfin, les États africains qui sont les plus ouverts aux partenariats avec le secteur privé, notamment avec les entreprises américaines, engrangeront les bénéfices des transferts de connaissance et du développement de compétences au sein de leur jeunesse.

Ma carrière m’a montré l’énorme potentiel et l’abondance des opportunités qui existent pour l’avenir de l’Afrique. En tant que secrétaire d’État adjoint aux Affaires africaines, je serai guidé par une conviction globale : nous devons regarder l’Afrique à travers le pare-brise et non pas dans le rétroviseur.

J’appelle également les entrepreneurs américains à relever ce défi, et pour ceux qui ont peu ou pas d’expérience du continent, à saisir les immenses opportunités qu’offre l’Afrique. Je suis profondément touché que le président Trump et le secrétaire d’État Pompeo me fassent l’honneur de me placer à la tête du bureau des Affaires africaines, où je pourrai contribuer à orienter notre engagement envers l’Afrique, en cette période si cruciale de l’histoire du continent.

 L’ambassadeur Nagy est le secrétaire d’État adjoint aux Affaires africaines du gouvernement des États-Unis. Diplomate retraité, il a passé 32 ans au service de l’État, notamment comme ambassadeur des Etats-Unis en Éthiopie (1999-2002) et en Guinée (1996-1999), après avoir été chef de mission adjoint au Nigeria (1993-1995), au Cameroun (1990-1993) et au Togo (1987-1990). Détenteur d’une licence de la Texas Tech University, il a obtenu son diplôme en sciences de l’administration à la George Washington University.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Joyeux anniversaire a’ Mr Poutine et longue vie à LUI ET A’ TOUT SON PEUPLE..!

  2. VOILA …!
    “…que nos valeurs et notre façon de faire des affaires deviennent la norme en Afrique…”

    VOICI , DE SOURCE SURE, QUI EST CE NOUVEAU FASCISTE APATRIDE
    DE LA “NORME-VALEUR” NICOLAS SAKOZY :

    ” Tibor Peter Nagy Jr. (born April 29, 1949, Budapest, Hungary) is the United States Assistant Secretary of State for African Affairs.[1] He is a former American foreign service officer who served as the American ambassador to Guinea and to Ethiopia.[2] After retiring from the Foreign Service, Nagy served as Vice Provost for International Affairs at Texas Tech University,[3] from which he graduated in 1972.[4] He also holds a master’s degree from The George Washington University.

    Nagy was nominated to be Assistant Secretary of State for African Affairs by President Donald Trump on May 10, 2018. He testified before the U.S. Senate Foreign Relations Committee on June 14 and was confirmed by a voice vote of the full Senate on June 28.[5] Nagy assumed office on July 23, 2018″ . SOURCE: WIKIPEDIA.

    NON, MR TIBOR PETER NAGY, L’ AFRIQUE VOMIT SUR VOUS, SUR L’ AMERIQUE, SUR VOS VALEURS TERRORISTES ET GENOCIDAIRES….

    QUE L’ AMERIQUE DU MENSONGE ET DU SIMULACRE CONTINUE SEULE SA DESCENTE AUX ENFERS, SANS L’ AFRIQUE….

    L’ ETAT MISERABLE DE L’ AFRIQUE EST LE RESULTAT DE LA TYRANIE FASCISTE EXERCE’E PAR L’ OCCIDENT SUR CE CONTINENT VOILA DEJA 400 ANS.

    L’ AFRIQUE S’ ORIENTE MAINTENANT VERS L’EURASIE, LE VRAI MONDE LIBRE, LE VRAI MONDE DES VALEURS HUMAINES VRAIES.

    LES “VALEURS” DE VOTRE USA, VOS “VALEURS” SONT FAUSSES , ET LE MONDE ENTIER VOIT AU GRAN JOUR QUE VOS “VALEURS” EGOISTES VOUS MENENT TOUT DROIT AUX ENFERS AVEC TOUS VOS COMPAGNONS OCCIDENTAUX ET DU DU MOYEN-ORIENT.

    MR TIBOR PETER NAGY, L’ AFRIQUE TE VOMIT, ET AVEC TON USA…

  3. En 1967,les Chefs Executifs du “Buniness International ont rencontre a Geneve les Hauts Fonctionnaires des Nations Unies pour examiner avec eux les besoins des pays en developpement ,et comment les firmes transnationales pourraient contribuer a la satisfaction de ces besoins.Le but du Business International RoundTable etait d’etablir une cooperation entre les grandes Firmes manufacturieres internationales et les pays Africains en vue d’accelerer le rythme de croissance economique sur le Continent Africain en collaboration avec les Nations Unies,particulierement la Commission Economique pour l’Afrique.Selon le Business International,l’entreprise industrielle moderne est forcement internationale .Elle cherche partout dans le monde les matieres premieres ,les procedes industriels nouveaux et les competences locales.Elle est convaincue que pour atteindre ses objectifs,elle doit faire des contributions positives a la croissance economique du pays ou elle opere et que cette contribution economique devient plus effective lorsqu’elle comprend parfaitement les aspirations economiques et politiques du pays.
    Compte tenu de la rapidite des progres technologiques et la necessite de promouvoir des unites industrielles de grande dimension,le Business International affirmait que les pays Africains auraient avantage si un schema de promotion industrielle ,acceptable mutuellement ,pouvait etre defini en vue d’une cooperation entre les entreprises transnationales dans le monde industriel et les pays Africains.Cela permettrait que les industries implantees en Afrique soient en mesure de satisfaire aux exigences de dimension,de couts de production viables,de marche, de marketing et de promotion d’exportation,necessaires a leur competitivite sur le marche Mondial..Les firmes irasnsnationales etaient alors interessees a apporter leurs expertises,et leurs experiences aux pays en developpement d’Afrique.
    Les CEOs ont insiste sur la necessite du marche elargi. En Industrie,lorsqu’on s’engage dans des investissements lourds ,disaient-ils,on ne peut reculer.C’est pourquoi au lieu de se fier aux assurances donnees par les gouvernements ils etaient plus attentifs aux experiences des investisseurs etrangers qui operaient deja dans les pays concernes.Ils ont indique que beaucoup de firmes Americaines ont accorde peu d’interet aux pays francophones Africains parce que le commerce dans ces pays continuaient a se faire selon le systeme etabli au temps colonial.Les entreprises Americaines ne peuvent pas venir etablir des industries dans des pays dont les reseaux commerciaux sont sous le controle des firmes de l’ancien colonisateur.Les investissements industriels s’effectuent sur la base d’un volume de commerce deja appreciable capable de generer un embryon de marche potentiel.En outre ,pour eux,la disponibilite d’une main d’oeuvre bien formee va se poser.En effet les transnationales Americaines preferent utiliser les managers locaux car leur but n’est pas de developper une nouvelle forme de colonialisme .C’est pour cela qu’ils ont bien accueilli les efforts effectues dans les pays a travers des programmes de formation des techniciens et des managers .Ils ont assure les pays Africains qu’ils n’interviendraient pas dans la politique locale.Par contre,ils ont exprime leur satisfaction des efforts d’integration economique en Afrique dans le but de former de grands marches regionaux.
    Ils ont explique que la presence des entreprises multinationales manufacturieres est une necessite dans tout pays qui ambitionne de devenir une economie emergente.Certains complexes indutriels dont la creation fait appel a des fonds d’investissements que ni les entrepreneurs locaux,ni l’Etat ne peuvent mobiliser et a l’innovation technologique continuelle en ce qui concerne la recherche sur les produits a fabriquer et sur les procedes de production efficaces,qui exigent des fonds importants pour les etudes de marketing,qui ont besoin d’un reseau de points de vente dans plusieurs ,ces entreprises industrielles geantes ne peuvent etre creees que par les entreprises transnationales.Ils ont apporte les eclaircissements suivants:En matiere de developpement industriel,l’investissement initial est toujours suivi par un influx de fonds d’investissements qui surpassent les fonds expatries sous forme de dividends.Ce la se produit quand les projets d’investssements industriels sont viables et rentables economiquement.C’est lorsque les entreprises etablies ne sont pas rentables que l’inverse se produit ,en drainant les ressources financieres interieures du pays.Une Structure industrielle viable promeut des industries en amont et en aval ainsi que des industries annexes .Les industries d’automobiles et les industries de communication entrainent la creation d’autres industries ,par exemple,la fabrication des composantes,des pieces detachees et des industries de service.Le “good” marketing va resulter en la promotion de nombreuses industries.Des industries de substitution aux importations vont etre promues permettant d’elargir les marches locaux ,les revenus locaux,partant le pouvoir d’achat.Ils ont conclu qu’avec le developpement de confiance entre les entreprises transnatioinales et les gouvernements Africains ,ils esperaient voir un processus de developpement industriel vigoureux en Afrique dans une dizaine d’annees.
    Les firmes transnationales ont exhorte les pays Africains a creer dans le cadre des Communautes regionales d’intergtration economique de larges marches regionasux pour arbriter des industries de grande dimension.Elles les ont encourages a renforcer des prograqmmes de formation et a creer des marches financiers regionaux pour la mobilisation des fonds locaux d’investissements,Elles ont promis de rencontrer de nouveau les pays Africains dans cinq ans pour evaluer le travail effectue de part et d’autre. Puis ce fut le grand silence .Des pays Europeens ,dits “amis d’Afrique”,ont repltque que toute priorite devrait etre donnee a l’agriculture.puis ils ont introduit la politique des micro-entreprises.Leurs economistes ont clame que l’Afrique n’avait pas besoin d’industries .Ils ont convaincu les autres puissances que le reste du monde pouvait s’accaparer des matieres premiers africaines sans la moindre difficulte.Cette politique d’accaparement des matieres premieres est de surcroit renforcee en creant des conflits,tribaux,religieux et meme claniques dans les pays qui recelent des matieres premieres en vue de les exploiter et de les importer a leur volonte.Des rebellions ont ete suscitees pour destabiliser les Etats Africains,eliminer les Chefs d’Etat qui resistent et s’emparer des matieres premieres Africaines a leurs conditions ,meme par des exploitations camouflees et sans aucun prix a debourser.Le prix c’est la compensation de l’aide militaire pour creer des” zones interdites” et faire perdurer l’Etat sans pouvoir politique.Cette instabililite est necessaire afin d’exploiter les ressources naturelles du pays en toute securite et aussi mainmtenir les terroristes et djihadistes a distance pour qu’ils ne se livrent pas a un massacre des populations sous forme de genocide.La rebellion du Mali a ete declenchee apres la Libye .avec les armes lourdes livrees tant aux rebelles qu’aux djihadistes ,les allies des rebelles.Le ridicule continue avec l’apparition d’une nouvelle terminologie industrielle .idustrie verte.Il y a une tentative de formulation d’un schema de division de travail entre L’Afrique et l’Europe .A l’Europe les matieres premieres et aux pays Africains des especes sonantes et trebuchantes.On marchande le consenterment des gouvernements Africainsen vue d’obtenir leur accord total et meme secret pour l’exp-loitation et l’importation de leurs ressourcfes naturelles.Si les propositions des multinationales n’avaient pas ete sabotees ,des dizaines de milliers de jeunes Africains dont certains etaient diplom,es des Universites Africaines,ne seraient pas la proie des fauves de la Mer Mediterranee .Ils gissent a toutes les profondeurs de la mer qu’ils n’avaient pour la plup-art jamais vue.L’Afrique emergente sortirait pour toujours de la stagtnation structurelle ou elle vegette depuis l’independence des pays Africains, octryee par l’ancien colonisateur .En plein 21 eme siècle,les populations sont decimees par les epidemies de paludisme ,de fievre jaune,de fievre thyphoide de cholera d’ebola,etc.La faim ,la soif les privations accroissent un taux eleve de mortalites surtout parmi les tout petits.L’esclave a ete libere ,mais avec les jarrets sectionnes.
    Les multinationales doivent offrir de nouveau leur cooperation economique a l’Afrique.Non seulement l’equilibre du monde sera ameliore pour le Bonheur de tous,mais l’humanisme qui a inspire les peres fondateurs de ce pays triomphera et avec lui le pays. A l’oppose de l’Australie,les USA a recu les refugies depuis des siecles et leur a donne l’espoir.Pourquoi l’Australie n’a-t-elle pas eu le meme succes?Les USA s’est sublime,transcende.C’est l’Unique pays a etre plurinational dont aucun pays n’ose poursuivre son itineraire.

    1 Share

    2Moise Sangare and Benoit Seydou Diallo
    .

    LikeShow more reactions
    Comment
    Share
    .

    Comments

    Louis Sangare

    Write a comment…

    En 1967,les Chefs Executifs du “Buniness International ont rencontre a Geneve les Hauts Fonctionnaires des Nations Unies pour examiner avec eux les besoins des pays en developpement ,et comment les firmes transnationales pourraient contribuer a la satisfaction de ces besoins.Le but du Business International RoundTable etait d’etablir une cooperation entre les grandes Firmes manufacturieres internationales et les pays Africains en vue d’accelerer le rythme de croissance economique sur le Continent Africain en collaboration avec les Nations Unies,particulierement la Commission Economique pour l’Afrique.Selon le Business International,l’entreprise industrielle moderne est forcement internationale .Elle cherche partout dans le monde les matieres premieres ,les procedes industriels nouveaux et les competences locales.Elle est convaincue que pour atteindre ses objectifs,elle doit faire des contributions positives a la croissance economique du pays ou elle opere et que cette contribution economique devient plus effective lorsqu’elle comprend parfaitement les aspirations economiques et politiques du pays.
    Compte tenu de la rapidite des progres technologiques et la necessite de promouvoir des unites industrielles de grande dimension,le Business International affirmait que les pays Africains auraient avantage si un schema de promotion industrielle ,acceptable mutuellement ,pouvait etre defini en vue d’une cooperation entre les entreprises transnationales dans le monde industriel et les pays Africains.Cela permettrait que les industries implantees en Afrique soient en mesure de satisfaire aux exigences de dimension,de couts de production viables,de marche, de marketing et de promotion d’exportation,necessaires a leur competitivite sur le marche Mondial..Les firmes irasnsnationales etaient alors interessees a apporter leurs expertises,et leurs experiences aux pays en developpement d’Afrique.
    Les CEOs ont insiste sur la necessite du marche elargi. En Industrie,lorsqu’on s’engage dans des investissements lourds ,disaient-ils,on ne peut reculer.C’est pourquoi au lieu de se fier aux assurances donnees par les gouvernements ils etaient plus attentifs aux experiences des investisseurs etrangers qui operaient deja dans les pays concernes.Ils ont indique que beaucoup de firmes Americaines ont accorde peu d’interet aux pays francophones Africains parce que le commerce dans ces pays continuaient a se faire selon le systeme etabli au temps colonial.Les entreprises Americaines ne peuvent pas venir etablir des industries dans des pays dont les reseaux commerciaux sont sous le controle des firmes de l’ancien colonisateur.Les investissements industriels s’effectuent sur la base d’un volume de commerce deja appreciable capable de generer un embryon de marche potentiel.En outre ,pour eux,la disponibilite d’une main d’oeuvre bien formee va se poser.En effet les transnationales Americaines preferent utiliser les managers locaux car leur but n’est pas de developper une nouvelle forme de colonialisme .C’est pour cela qu’ils ont bien accueilli les efforts effectues dans les pays a travers des programmes de formation des techniciens et des managers .Ils ont assure les pays Africains qu’ils n’interviendraient pas dans la politique locale.Par contre,ils ont exprime leur satisfaction des efforts d’integration economique en Afrique dans le but de former de grands marches regionaux.
    Ils ont explique que la presence des entreprises multinationales manufacturieres est une necessite dans tout pays qui ambitionne de devenir une economie emergente.Certains complexes indutriels dont la creation fait appel a des fonds d’investissements que ni les entrepreneurs locaux,ni l’Etat ne peuvent mobiliser et a l’innovation technologique continuelle en ce qui concerne la recherche sur les produits a fabriquer et sur les procedes de production efficaces,qui exigent des fonds importants pour les etudes de marketing,qui ont besoin d’un reseau de points de vente dans plusieurs ,ces entreprises industrielles geantes ne peuvent etre creees que par les entreprises transnationales.Ils ont apporte les eclaircissements suivants:En matiere de developpement industriel,l’investissement initial est toujours suivi par un influx de fonds d’investissements qui surpassent les fonds expatries sous forme de dividends.Ce la se produit quand les projets d’investssements industriels sont viables et rentables economiquement.C’est lorsque les entreprises etablies ne sont pas rentables que l’inverse se produit ,en drainant les ressources financieres interieures du pays.Une Structure industrielle viable promeut des industries en amont et en aval ainsi que des industries annexes .Les industries d’automobiles et les industries de communication entrainent la creation d’autres industries ,par exemple,la fabrication des composantes,des pieces detachees et des industries de service.Le “good” marketing va resulter en la promotion de nombreuses industries.Des industries de substitution aux importations vont etre promues permettant d’elargir les marches locaux ,les revenus locaux,partant le pouvoir d’achat.Ils ont conclu qu’avec le developpement de confiance entre les entreprises transnatioinales et les gouvernements Africains ,ils esperaient voir un processus de developpement industriel vigoureux en Afrique dans une dizaine d’annees.
    Les firmes transnationales ont exhorte les pays Africains a creer dans le cadre des Communautes regionales d’intergtration economique de larges marches regionasux pour arbriter des industries de grande dimension.Elles les ont encourages a renforcer des prograqmmes de formation et a creer des marches financiers regionaux pour la mobilisation des fonds locaux d’investissements,Elles ont promis de rencontrer de nouveau les pays Africains dans cinq ans pour evaluer le travail effectue de part et d’autre. Puis ce fut le grand silence .Des pays Europeens ,dits “amis d’Afrique”,ont repltque que toute priorite devrait etre donnee a l’agriculture.puis ils ont introduit la politique des micro-entreprises.Leurs economistes ont clame que l’Afrique n’avait pas besoin d’industries .Ils ont convaincu les autres puissances que le reste du monde pouvait s’accaparer des matieres premiers africaines sans la moindre difficulte.Cette politique d’accaparement des matieres premieres est de surcroit renforcee en creant des conflits,tribaux,religieux et meme claniques dans les pays qui recelent des matieres premieres en vue de les exploiter et de les importer a leur volonte.Des rebellions ont ete suscitees pour destabiliser les Etats Africains,eliminer les Chefs d’Etat qui resistent et s’emparer des matieres premieres Africaines a leurs conditions ,meme par des exploitations camouflees et sans aucun prix a debourser.Le prix c’est la compensation de l’aide militaire pour creer des” zones interdites” et faire perdurer l’Etat sans pouvoir politique.Cette instabililite est necessaire afin d’exploiter les ressources naturelles du pays en toute securite et aussi mainmtenir les terroristes et djihadistes a distance pour qu’ils ne se livrent pas a un massacre des populations sous forme de genocide.La rebellion du Mali a ete declenchee apres la Libye .avec les armes lourdes livrees tant aux rebelles qu’aux djihadistes ,les allies des rebelles.Le ridicule continue avec l’apparition d’une nouvelle terminologie industrielle .idustrie verte.Il y a une tentative de formulation d’un schema de division de travail entre L’Afrique et l’Europe .A l’Europe les matieres premieres et aux pays Africains des especes sonantes et trebuchantes.On marchande le consenterment des gouvernements Africainsen vue d’obtenir leur accord total et meme secret pour l’exp-loitation et l’importation de leurs ressourcfes naturelles.Si les propositions des multinationales n’avaient pas ete sabotees ,des dizaines de milliers de jeunes Africains dont certains etaient diplom,es des Universites Africaines,ne seraient pas la proie des fauves de la Mer Mediterranee .Ils gissent a toutes les profondeurs de la mer qu’ils n’avaient pour la plup-art jamais vue.L’Afrique emergente sortirait pour toujours de la stagtnation structurelle ou elle vegette depuis l’independence des pays Africains, octryee par l’ancien colonisateur .En plein 21 eme siècle,les populations sont decimees par les epidemies de paludisme ,de fievre jaune,de fievre thyphoide de cholera d’ebola,etc.La faim ,la soif les privations accroissent un taux eleve de mortalites surtout parmi les tout petits.L’esclave a ete libere ,mais avec les jarrets sectionnes.
    Les multinationales doivent offrir de nouveau leur cooperation economique a l’Afrique.Non seulement l’equilibre du monde sera ameliore pour le Bonheur de tous,mais l’humanisme qui a inspire les peres fondateurs de ce pays triomphera et avec lui le pays. A l’oppose de l’Australie,les USA a recu les refugies depuis des siecles et leur a donne l’espoir.Pourquoi l’Australie n’a-t-elle pas eu le meme succes?Les USA s’est sublime,transcende.C’est l’Unique pays a etre plurinational dont aucun pays n’ose poursuivre son itineraire.

    1 Share

    2Moise Sangare and Benoit Seydou Diallo
    .

    LikeShow more reactions
    Comment
    Share
    .

    Comments

    Louis Sangare

    Write a comment…

    En 1967,les Chefs Executifs du “Buniness International ont rencontre a Geneve les Hauts Fonctionnaires des Nations Unies pour examiner avec eux les besoins des pays en developpement ,et comment les firmes transnationales pourraient contribuer a la satisfaction de ces besoins.Le but du Business International RoundTable etait d’etablir une cooperation entre les grandes Firmes manufacturieres internationales et les pays Africains en vue d’accelerer le rythme de croissance economique sur le Continent Africain en collaboration avec les Nations Unies,particulierement la Commission Economique pour l’Afrique.Selon le Business International,l’entreprise industrielle moderne est forcement internationale .Elle cherche partout dans le monde les matieres premieres ,les procedes industriels nouveaux et les competences locales.Elle est convaincue que pour atteindre ses objectifs,elle doit faire des contributions positives a la croissance economique du pays ou elle opere et que cette contribution economique devient plus effective lorsqu’elle comprend parfaitement les aspirations economiques et politiques du pays.
    Compte tenu de la rapidite des progres technologiques et la necessite de promouvoir des unites industrielles de grande dimension,le Business International affirmait que les pays Africains auraient avantage si un schema de promotion industrielle ,acceptable mutuellement ,pouvait etre defini en vue d’une cooperation entre les entreprises transnationales dans le monde industriel et les pays Africains.Cela permettrait que les industries implantees en Afrique soient en mesure de satisfaire aux exigences de dimension,de couts de production viables,de marche, de marketing et de promotion d’exportation,necessaires a leur competitivite sur le marche Mondial..Les firmes irasnsnationales etaient alors interessees a apporter leurs expertises,et leurs experiences aux pays en developpement d’Afrique.
    Les CEOs ont insiste sur la necessite du marche elargi. En Industrie,lorsqu’on s’engage dans des investissements lourds ,disaient-ils,on ne peut reculer.C’est pourquoi au lieu de se fier aux assurances donnees par les gouvernements ils etaient plus attentifs aux experiences des investisseurs etrangers qui operaient deja dans les pays concernes.Ils ont indique que beaucoup de firmes Americaines ont accorde peu d’interet aux pays francophones Africains parce que le commerce dans ces pays continuaient a se faire selon le systeme etabli au temps colonial.Les entreprises Americaines ne peuvent pas venir etablir des industries dans des pays dont les reseaux commerciaux sont sous le controle des firmes de l’ancien colonisateur.Les investissements industriels s’effectuent sur la base d’un volume de commerce deja appreciable capable de generer un embryon de marche potentiel.En outre ,pour eux,la disponibilite d’une main d’oeuvre bien formee va se poser.En effet les transnationales Americaines preferent utiliser les managers locaux car leur but n’est pas de developper une nouvelle forme de colonialisme .C’est pour cela qu’ils ont bien accueilli les efforts effectues dans les pays a travers des programmes de formation des techniciens et des managers .Ils ont assure les pays Africains qu’ils n’interviendraient pas dans la politique locale.Par contre,ils ont exprime leur satisfaction des efforts d’integration economique en Afrique dans le but de former de grands marches regionaux.
    Ils ont explique que la presence des entreprises multinationales manufacturieres est une necessite dans tout pays qui ambitionne de devenir une economie emergente.Certains complexes indutriels dont la creation fait appel a des fonds d’investissements que ni les entrepreneurs locaux,ni l’Etat ne peuvent mobiliser et a l’innovation technologique continuelle en ce qui concerne la recherche sur les produits a fabriquer et sur les procedes de production efficaces,qui exigent des fonds importants pour les etudes de marketing,qui ont besoin d’un reseau de points de vente dans plusieurs ,ces entreprises industrielles geantes ne peuvent etre creees que par les entreprises transnationales.Ils ont apporte les eclaircissements suivants:En matiere de developpement industriel,l’investissement initial est toujours suivi par un influx de fonds d’investissements qui surpassent les fonds expatries sous forme de dividends.Ce la se produit quand les projets d’investssements industriels sont viables et rentables economiquement.C’est lorsque les entreprises etablies ne sont pas rentables que l’inverse se produit ,en drainant les ressources financieres interieures du pays.Une Structure industrielle viable promeut des industries en amont et en aval ainsi que des industries annexes .Les industries d’automobiles et les industries de communication entrainent la creation d’autres industries ,par exemple,la fabrication des composantes,des pieces detachees et des industries de service.Le “good” marketing va resulter en la promotion de nombreuses industries.Des industries de substitution aux importations vont etre promues permettant d’elargir les marches locaux ,les revenus locaux,partant le pouvoir d’achat.Ils ont conclu qu’avec le developpement de confiance entre les entreprises transnatioinales et les gouvernements Africains ,ils esperaient voir un processus de developpement industriel vigoureux en Afrique dans une dizaine d’annees.
    Les firmes transnationales ont exhorte les pays Africains a creer dans le cadre des Communautes regionales d’intergtration economique de larges marches regionasux pour arbriter des industries de grande dimension.Elles les ont encourages a renforcer des prograqmmes de formation et a creer des marches financiers regionaux pour la mobilisation des fonds locaux d’investissements,Elles ont promis de rencontrer de nouveau les pays Africains dans cinq ans pour evaluer le travail effectue de part et d’autre. Puis ce fut le grand silence .Des pays Europeens ,dits “amis d’Afrique”,ont repltque que toute priorite devrait etre donnee a l’agriculture.puis ils ont introduit la politique des micro-entreprises.Leurs economistes ont clame que l’Afrique n’avait pas besoin d’industries .Ils ont convaincu les autres puissances que le reste du monde pouvait s’accaparer des matieres premiers africaines sans la moindre difficulte.Cette politique d’accaparement des matieres premieres est de surcroit renforcee en creant des conflits,tribaux,religieux et meme claniques dans les pays qui recelent des matieres premieres en vue de les exploiter et de les importer a leur volonte.Des rebellions ont ete suscitees pour destabiliser les Etats Africains,eliminer les Chefs d’Etat qui resistent et s’emparer des matieres premieres Africaines a leurs conditions ,meme par des exploitations camouflees et sans aucun prix a debourser.Le prix c’est la compensation de l’aide militaire pour creer des” zones interdites” et faire perdurer l’Etat sans pouvoir politique.Cette instabililite est necessaire afin d’exploiter les ressources naturelles du pays en toute securite et aussi mainmtenir les terroristes et djihadistes a distance pour qu’ils ne se livrent pas a un massacre des populations sous forme de genocide.La rebellion du Mali a ete declenchee apres la Libye .avec les armes lourdes livrees tant aux rebelles qu’aux djihadistes ,les allies des rebelles.Le ridicule continue avec l’apparition d’une nouvelle terminologie industrielle .idustrie verte.Il y a une tentative de formulation d’un schema de division de travail entre L’Afrique et l’Europe .A l’Europe les matieres premieres et aux pays Africains des especes sonantes et trebuchantes.On marchande le consenterment des gouvernements Africainsen vue d’obtenir leur accord total et meme secret pour l’exp-loitation et l’importation de leurs ressourcfes naturelles.Si les propositions des multinationales n’avaient pas ete sabotees ,des dizaines de milliers de jeunes Africains dont certains etaient diplom,es des Universites Africaines,ne seraient pas la proie des fauves de la Mer Mediterranee .Ils gissent a toutes les profondeurs de la mer qu’ils n’avaient pour la plup-art jamais vue.L’Afrique emergente sortirait pour toujours de la stagtnation structurelle ou elle vegette depuis l’independence des pays Africains, octryee par l’ancien colonisateur .En plein 21 eme siècle,les populations sont decimees par les epidemies de paludisme ,de fievre jaune,de fievre thyphoide de cholera d’ebola,etc.La faim ,la soif les privations accroissent un taux eleve de mortalites surtout parmi les tout petits.L’esclave a ete libere ,mais avec les jarrets sectionnes.
    Les multinationales doivent offrir de nouveau leur cooperation economique a l’Afrique.Non seulement l’equilibre du monde sera ameliore pour le Bonheur de tous,mais l’humanisme qui a inspire les peres fondateurs de ce pays triomphera et avec lui le pays. A l’oppose de l’Australie,les USA a recu les refugies depuis des siecles et leur a donne l’espoir.Pourquoi l’Australie n’a-t-elle pas eu le meme succes?Les USA s’est sublime,transcende.C’est l’Unique pays a etre plurinational dont aucun pays n’ose poursuivre son itineraire.

    1 Share

    2Moise Sangare and Benoit Seydou Diallo
    .

    LikeShow more reactions
    Comment
    Share
    .

    Comments

    Louis Sangare

    Write a comment…

    En 1967,les Chefs Executifs du “Buniness International ont rencontre a Geneve les Hauts Fonctionnaires des Nations Unies pour examiner avec eux les besoins des pays en developpement ,et comment les firmes transnationales pourraient contribuer a la satisfaction de ces besoins.Le but du Business International RoundTable etait d’etablir une cooperation entre les grandes Firmes manufacturieres internationales et les pays Africains en vue d’accelerer le rythme de croissance economique sur le Continent Africain en collaboration avec les Nations Unies,particulierement la Commission Economique pour l’Afrique.Selon le Business International,l’entreprise industrielle moderne est forcement internationale .Elle cherche partout dans le monde les matieres premieres ,les procedes industriels nouveaux et les competences locales.Elle est convaincue que pour atteindre ses objectifs,elle doit faire des contributions positives a la croissance economique du pays ou elle opere et que cette contribution economique devient plus effective lorsqu’elle comprend parfaitement les aspirations economiques et politiques du pays.
    Compte tenu de la rapidite des progres technologiques et la necessite de promouvoir des unites industrielles de grande dimension,le Business International affirmait que les pays Africains auraient avantage si un schema de promotion industrielle ,acceptable mutuellement ,pouvait etre defini en vue d’une cooperation entre les entreprises transnationales dans le monde industriel et les pays Africains.Cela permettrait que les industries implantees en Afrique soient en mesure de satisfaire aux exigences de dimension,de couts de production viables,de marche, de marketing et de promotion d’exportation,necessaires a leur competitivite sur le marche Mondial..Les firmes irasnsnationales etaient alors interessees a apporter leurs expertises,et leurs experiences aux pays en developpement d’Afrique.
    Les CEOs ont insiste sur la necessite du marche elargi. En Industrie,lorsqu’on s’engage dans des investissements lourds ,disaient-ils,on ne peut reculer.C’est pourquoi au lieu de se fier aux assurances donnees par les gouvernements ils etaient plus attentifs aux experiences des investisseurs etrangers qui operaient deja dans les pays concernes.Ils ont indique que beaucoup de firmes Americaines ont accorde peu d’interet aux pays francophones Africains parce que le commerce dans ces pays continuaient a se faire selon le systeme etabli au temps colonial.Les entreprises Americaines ne peuvent pas venir etablir des industries dans des pays dont les reseaux commerciaux sont sous le controle des firmes de l’ancien colonisateur.Les investissements industriels s’effectuent sur la base d’un volume de commerce deja appreciable capable de generer un embryon de marche potentiel.En outre ,pour eux,la disponibilite d’une main d’oeuvre bien formee va se poser.En effet les transnationales Americaines preferent utiliser les managers locaux car leur but n’est pas de developper une nouvelle forme de colonialisme .C’est pour cela qu’ils ont bien accueilli les efforts effectues dans les pays a travers des programmes de formation des techniciens et des managers .Ils ont assure les pays Africains qu’ils n’interviendraient pas dans la politique locale.Par contre,ils ont exprime leur satisfaction des efforts d’integration economique en Afrique dans le but de former de grands marches regionaux.
    Ils ont explique que la presence des entreprises multinationales manufacturieres est une necessite dans tout pays qui ambitionne de devenir une economie emergente.Certains complexes indutriels dont la creation fait appel a des fonds d’investissements que ni les entrepreneurs locaux,ni l’Etat ne peuvent mobiliser et a l’innovation technologique continuelle en ce qui concerne la recherche sur les produits a fabriquer et sur les procedes de production efficaces,qui exigent des fonds importants pour les etudes de marketing,qui ont besoin d’un reseau de points de vente dans plusieurs ,ces entreprises industrielles geantes ne peuvent etre creees que par les entreprises transnationales.Ils ont apporte les eclaircissements suivants:En matiere de developpement industriel,l’investissement initial est toujours suivi par un influx de fonds d’investissements qui surpassent les fonds expatries sous forme de dividends.Ce la se produit quand les projets d’investssements industriels sont viables et rentables economiquement.C’est lorsque les entreprises etablies ne sont pas rentables que l’inverse se produit ,en drainant les ressources financieres interieures du pays.Une Structure industrielle viable promeut des industries en amont et en aval ainsi que des industries annexes .Les industries d’automobiles et les industries de communication entrainent la creation d’autres industries ,par exemple,la fabrication des composantes,des pieces detachees et des industries de service.Le “good” marketing va resulter en la promotion de nombreuses industries.Des industries de substitution aux importations vont etre promues permettant d’elargir les marches locaux ,les revenus locaux,partant le pouvoir d’achat.Ils ont conclu qu’avec le developpement de confiance entre les entreprises transnatioinales et les gouvernements Africains ,ils esperaient voir un processus de developpement industriel vigoureux en Afrique dans une dizaine d’annees.
    Les firmes transnationales ont exhorte les pays Africains a creer dans le cadre des Communautes regionales d’intergtration economique de larges marches regionasux pour arbriter des industries de grande dimension.Elles les ont encourages a renforcer des prograqmmes de formation et a creer des marches financiers regionaux pour la mobilisation des fonds locaux d’investissements,Elles ont promis de rencontrer de nouveau les pays Africains dans cinq ans pour evaluer le travail effectue de part et d’autre. Puis ce fut le grand silence .Des pays Europeens ,dits “amis d’Afrique”,ont repltque que toute priorite devrait etre donnee a l’agriculture.puis ils ont introduit la politique des micro-entreprises.Leurs economistes ont clame que l’Afrique n’avait pas besoin d’industries .Ils ont convaincu les autres puissances que le reste du monde pouvait s’accaparer des matieres premiers africaines sans la moindre difficulte.Cette politique d’accaparement des matieres premieres est de surcroit renforcee en creant des conflits,tribaux,religieux et meme claniques dans les pays qui recelent des matieres premieres en vue de les exploiter et de les importer a leur volonte.Des rebellions ont ete suscitees pour destabiliser les Etats Africains,eliminer les Chefs d’Etat qui resistent et s’emparer des matieres premieres Africaines a leurs conditions ,meme par des exploitations camouflees et sans aucun prix a debourser.Le prix c’est la compensation de l’aide militaire pour creer des” zones interdites” et faire perdurer l’Etat sans pouvoir politique.Cette instabililite est necessaire afin d’exploiter les ressources naturelles du pays en toute securite et aussi mainmtenir les terroristes et djihadistes a distance pour qu’ils ne se livrent pas a un massacre des populations sous forme de genocide.La rebellion du Mali a ete declenchee apres la Libye .avec les armes lourdes livrees tant aux rebelles qu’aux djihadistes ,les allies des rebelles.Le ridicule continue avec l’apparition d’une nouvelle terminologie industrielle .idustrie verte.Il y a une tentative de formulation d’un schema de division de travail entre L’Afrique et l’Europe .A l’Europe les matieres premieres et aux pays Africains des especes sonantes et trebuchantes.On marchande le consenterment des gouvernements Africainsen vue d’obtenir leur accord total et meme secret pour l’exp-loitation et l’importation de leurs ressourcfes naturelles.Si les propositions des multinationales n’avaient pas ete sabotees ,des dizaines de milliers de jeunes Africains dont certains etaient diplom,es des Universites Africaines,ne seraient pas la proie des fauves de la Mer Mediterranee .Ils gissent a toutes les profondeurs de la mer qu’ils n’avaient pour la plup-art jamais vue.L’Afrique emergente sortirait pour toujours de la stagtnation structurelle ou elle vegette depuis l’independence des pays Africains, octryee par l’ancien colonisateur .En plein 21 eme siècle,les populations sont decimees par les epidemies de paludisme ,de fievre jaune,de fievre thyphoide de cholera d’ebola,etc.La faim ,la soif les privations accroissent un taux eleve de mortalites surtout parmi les tout petits.L’esclave a ete libere ,mais avec les jarrets sectionnes.
    Les multinationales doivent offrir de nouveau leur cooperation economique a l’Afrique.Non seulement l’equilibre du monde sera ameliore pour le Bonheur de tous,mais l’humanisme qui a inspire les peres fondateurs de ce pays triomphera et avec lui le pays. A l’oppose de l’Australie,les USA a recu les refugies depuis des siecles et leur a donne l’espoir.Pourquoi l’Australie n’a-t-elle pas eu le meme succes?Les USA s’est sublime,transcende.C’est l’Unique pays a etre plurinational dont aucun pays n’ose poursuivre son itineraire.

    1 Share

    2Moise Sangare and Benoit Seydou Diallo
    .

    LikeShow more reactions
    Comment
    Share
    .

    Comments

    Louis Sangare

    Write a comment…

    .

    .

    .

    .

  4. “pour favoriser les institutions démocratiques”
    encore un qui se fout des africains…
    Aux usa, vous avez des polcieirs infiltrés par des nazis, white thugs, qui tuent inpunement les noirs…
    le président dotard est un pussy grabber, son candidat à la cour supreme est un “rapist”, des dizaines d’hommes blacns sont accusés de viols … mais c’est un noir que la justice blanche ameriKKKaine met en prison. Un noir de 81 ans, aveugle d’un oeil et marche avec une canne…

    et ce ba bien de nagy vient nous parler de demoncraSSie…

    F U nagy!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here