Les élections Communales 2016 au Mali : On pouvait éviter les problèmes qui se s’étaient posés mais en tenir compte pour les élections régionales 2017

1

Lettre ouverte en ligne adressée au Président du Mali, au Haut Représentant du Président de la République pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, au CSA, au Ministre de l’administration, de la décentralisation et de la reforme de l’Etat, au Ministre de la défense et des anciens combattants, au CNCA, aux partis politiques, aux Maliens et aux Partenaires (MINUSMA, BARKHANE, …).

LES COMMUNALES 2016 SE SONT DÉROULÉES AU MALI, C’EST BIEN, SURTOUT APRES TANT DE REPORTS.

Certains (certains membres de l’opposition, certains mouvements de la CMA et de la Plateforme en fournissant des listes, des membres des autorités intérimaires, non consensuelles et non inclusives OU en exigeant (cas de la CMA) la mise en place des autorités intérimaires avant les élections communales, …) ont tenté de bloquer ces élections communales 2016 par leurs agissements (blocage de la mise en place des autorités intérimaires, du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination), blocage de certaines listes des membres des autorités intérimaires pour leur non-conformité (non consensuelles) au protocole d’entente entre parties prenantes Maliennes, blocage pour l’illégalité, comme disent certains membres de l’opposition, de ces listes et du protocole d’entente, …).

C’est regrettable. Il y a eu des problèmes, dont des pertes en vies humaines, dans certaines communes et régions du Mali lors de ces communales 2016.

 LA PLUPART DE CES PROBLÈMES, SURTOUT CEUX LIÉS A LA PARTICIPATION DES COMMUNES AU SCRUTIN, POUVAIENT ÊTRE ÉVITÉS S’IL Y AVAIT UN CONSENSUS SUR CES ÉLECTIONS, SUR LE MOC ET SUR LES AUTORITÉS INTÉRIMAIRES (les listes, des membres des autorités intérimaires, fournies devaient être consensuelles, inclusives et devaient être vérifiées avant publication) OU BIEN SI MES PROPOSITIONS ET RECOMMANDATIONS AVAIENT  ÉTÉ COMPLÈTEMENT SUIVIES (voir au point 1).

EN EFFET, LA OU LES ÉLECTIONS COMMUNALES DU 20 NOVEMBRE 2016 N’ONT PAS EU LIEU, C’EST LA OU IL N’Y A PAS DE MOC  NI D’AUTORITÉS INTÉRIMAIRES,  ET DANS CERTAINS CAS, NI DE FORCE DE DÉFENSE ET SÉCURITÉ DU MALI ÉPAULÉES PAR LES PARTENAIRES (MINUSMA, BARKHANE, …).

Je disais dans ma lettre ouverte, voir  au point 1, qu’il faut préparer urgemment (1) l’implantation du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination)  à travers les patrouilles mixtes, autant que possible, PARTOUT, à partir du mois d’octobre 2016, comme dans la région de GAO, des AUTORITÉS INTÉRIMAIRES et, plus tard, (2) du DDR (Démobilisation, Désarmement et Réinsertion).

Ainsi, les élections communales, du 20 Novembre 2016, se dérouleront dans de bonnes conditions, en particulier, dans toutes les seize communes du cercle de Goundam.

Malgré tout ce qui s’est passé, certains ne comprennent toujours pas l’intérêt des autorités intérimaires et du MOC (à travers la mise en place des patrouilles mixtes).

  1. Rappel de mes propositions et recommandations consignées dans ma lettre ouverte

J’ai écrit une lettre ouverte en ligne, publiée le 17 OCTOBRE 2016 sur plusieurs médias (facebook, internet, maliweb, mali jet, …), adressée au Président, aux Maliens et aux Partenaires, plus d’un mois  avant les élections communales 2016 au Mali pour donner mes recommandations et propositions concernant ces élections ainsi que sur les régionales.

J’ai parlé des problèmes qui se sont posés à ces élections communales du 20 novembre 2016 et j’ai proposé des SOLUTIONS IDOINES  POUR QU’ILS NE SE PRODUISENT PAS, voir ma lettre ouverte ci-dessous.

http://www.maliweb.net/contributions/mali-moc-autorites-interimaires-ddr-elections-communales-regionales-1835772.html

LES PROPOSITIONS ET RECOMMANDATIONS QUE J’AI FAITES DANS CETTE LETTRE OUVERTE N’ONT PAS ÉTÉ TOUTES SUIVIES.

VOIR, CI-DESSOUS, UN EXTRAIT DE CETTE LETTRE OUVERTE, QU’IL SERAIT JUDICIEUX DE LIRE OU RELIRE.
En plus de la nécessité du renforcement, dans certaines zones, des forces de défense et sécurité du Mali, épaulées par celles de la MINUSMA et de BARKHANE, il doit y avoir un système de sécurisation aérienne des zones couvertes (MOPTI, GOUNDAM, AXE GOUNDAM-TOMBOUCTOU, TOMBOUCTOU, GAO, KIDAL, MENAKA, TAOUDENI, …).
Concernant la région de KIDAL et partout au Mali, les parties prenantes doivent convenir d’un cessez-le-feu définitif et appeler à l’installation du MOC, des autorités intérimaires et, plus tard, du DDR.
D’après le chronogramme fourni par le CSA (Comité de Suivi de l’Accord), le MOC sera mis en place à partir de décembre 2016 et le DDR à partir de janvier 2017.
Dans ces conditions, du fait de l’insécurité dans certaines zones, les autorités intérimaires et les communes CONCERNÉES AURONT DU MAL à organiser les élections communales du 20 Novembre 2016.
IL FAUT DONC, mettre en place le MOC, à travers les patrouilles mixtes, autant que possible, PARTOUT, à partir du mois d’octobre 2016, comme dans la région de GAO.

Si cela n’est pas possible, vaut mieux repousser, une nouvelle fois, les élections communales à janvier 2017. Dans ce cas, pourquoi, ne pas les combiner avec les élections régionales qui se produiront aussi en 2017 ?
SI NOUS NE VOULONS PAS DE REPORT DES COMMUNALES, nous devons aller vite si nous voulons les organiser et les réussir, le 20 NOVEMBRE 2016.
Quant aux élections régionales qui se produiront en 2017, nous avons un peu plus de temps.
Dans cette lettre ouverte, après un rappel sur les autorités intérimaires et comment sont choisis leurs membres, nous avons vu,  à travers LE CAS DE LA CMA, celui du CERCLE DE GOUNDAM et la prise en compte de la jeunesse, en particulier celle de GAO, comment résoudre les problèmes qui se posent ou se poseront concernant les AUTORITÉS INTÉRIMAIRES (et le MOC), l’absence d’un conseil communal ou régional et l’intégration de la jeunesse dans les autorités intérimaires et dans le DDR pour ceux qui ont été dans des mouvements d’auto-défense.

 

  1. Que faire pour les élections régionales en 2017 ?

 

Les élections régionales se produiront en 2017.

 

Nous avons un peu plus de temps.

 

Il est souhaitable qu’elles se tiennent, au moins, après l’installation de la première vague du DDR qui aura lieu en janvier 2017.

 

Une union sacrée autour de ces élections régionales ET une sécurisation accrue, à travers la généralisation de la mise en place du MOC via les patrouilles mixtes, sont nécessaires pour éviter les déboires des communales 2016 au Mali.

 

Malgré le risque de s’étendre sur une longue période pouvant dépasser trois mois, la conférence d’entente nationale pourrait favoriser une telle union si on arrive à l’organiser avant les élections régionales 2017.

  1. Evitons que certains torpillent l’accord de paix et sa mise en œuvre

FACE A CEUX QUI NE FONT RIEN POUR FAIRE AVANCER LA MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD DE PAIX OU QUI VEULENT LA TORPILLER (à travers leurs agissements), QUELS COMPORTEMENTS AVOIR ?

NE RESTONS PAS PASSIFS, AGISSONS RÉELLEMENT POUR EVITER QUE CERTAINS TORPILLENT L’ACCORD DE PAIX ET SA MISE EN OEUVRE.

QUE DIEU NOUS AIDE DANS CE SENS AFIN DE CONVERGER VERS UNE MISE EN ŒUVRE INCLUSIVE ET SANS COMPLAISANCE DE L’ACCORD DE PAIX DANS UN MALI, UN ET INDIVISIBLE, SANS FÉDÉRATION.

AMINE.

  1. Contact :

Dr ANASSER AG RHISSA

Expert TIC, Gouvernance et Sécurité

E-mail : [email protected]

TEL 00223 95 58 48 97

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Belle analyse et une réelle intention de sortie de crise pour le peuple malien.

Comments are closed.