In memoriam : Soumaila Cissé, Chef de l’Opposition Parlementaire et Président du Parti URD : Le Républicain s’est endormi à jamais !

2

Le technocrate-politique s’envole pour un voyage dans les cieux sans retour !

Une lumière politique du Mali et de l’Afrique s’est éteinte !

Le Mali et l’Afrique perdent l’une des plus grandes figures politiques contemporaines !

L’homme de tous les combats de la démocratie, a rejoint la terre de ses ancêtres sur la pointe des pieds, sans faire grand du bruit, dans la plus grande discrétion !

L’hommepolitique Soumaila Cissé, revenait d’une traversée du désert pendant six (06) longs mois de captivité, dans les mains des groupes djihadistes sans loi, ni foi. Il étaitentre vents et marées, entre espoir et désespoir, entre vie et mort, des oubliés de la République ! De par son courage et sa détermination, il avait réussi à survivre à la tempête, à la dure épreuve de sa captivité, à l’isolement, à la solitude, à la soif, à la faim, à la peur, à l’angoisse, à l’anxiété, à la douleur, à la nostalgie et du manque de confort.

La libération de Soumaila Cissé, fut obtenue grâce à la détermination des autorités de la transition, après le coup d’Etat du 18 Août 2020. De retour à Bamako, entre ses siens. Sa libération fut diversement interprétée au niveau des médias nationaux et internationaux, et des réseaux sociaux. Si d’aucuns voyaient en sa libération une victoire pour la démocratie Malienne, parce qu’il avait été enlevé en pleine campagne électorale pour les législatives de 2020. D’aucuns voyaient en sa libération dont les conditions étaient basées sur les échanges de prisonniers djihadistes et d’une manne financière (rançon), une menace pour la sécurité nationale, dans un pays assujetti sur tous les plans par une crise multidimensionnelle dont les capacités opératoires et opérationnelles de notre appareil de défense sont faibles devant la capacité de nuisance de l’ennemi redoutable (terrorisme), qui utilise la tactique de la terre brûlée.

Par ailleurs, on aurait vu un Soumaila Cissé, affaibli physiquement par la maladie, abattu moralement et psychologiquement dérangé, mais l’homme de courage et des décisions réfléchies, s’affiche avec foi et un moral d’acier lors des quelques sorties médiatiques après sa libération.

Homme politique et homme d’Etat, il avait occupé plusieurs postes de responsabilité sous le Président Alpha Oumar KONARE, Secrétaire général de la Présidence de la République, Directeur de l’ACI. Il fut nommé ministre des finances en 1993, ministre des finances et du commerce en 1994, de nouveau ministre des finances en 1997 et ministre de l’équipement, des transports, de l’aménagement du territoire, de l’environnement et de l’urbanisme en 2000. Il fut président de la commission de l’UEMOA 2002-2011 où, il introduisit d’énormes innovations institutionnelles et économiques, afin que l’institution puisse être un vrai outil d’intégration des Nations et des Peuples Ouest-africains. Partout où, Soumaila Cissé avait occupé des postes de responsabilité, il laissa des traces ineffaçables d’un technocrate averti, d’un visionnaire aguerri des défis et d’un leader éclairé.

Il fut trois fois, deuxième à la présidentielle du Mali.En 2013, juste après l’annonce des résultats provisoires du deuxième tour de la présidentielle par le ministère de l’administration territoriale, grand challenger du candidat du RPM, le président Ibrahim Boubacar KEITA, il reconnaît illico presto, sans détours la victoire de ce dernier. Avant la validation des résultats par la Cour Constitutionnelle, il se rendît, chez ce dernier, en compagnie de son épouse et deux de ses fils, pour lui, adresser ses vives félicitations. Ce geste républicain, fut accueilli au sein de l’opinion publique nationale, de la presse nationale et internationale, comme une leçon de démocratie en Afrique et au monde.

Homme politique très intelligent, très courtois, très respectueux, très ouvert au dialogue. Il fut un homme de paix, de tolérance, de justice, de courage, de détermination, de patience et de pardon. Sa vie fut remplie que de défis.

Soumaila Cissé aimait profondément le Mali, qu’il portait dans son cœur, sans démagogie, sans aucune forme d’hypocrisie, jusqu’à son dernier souffle sur terre. Homme politique de combats et de défis. Il s’est battu durant quarante ans de vie politique, sans repos. Victime de plusieurs trahisons, de coups bas de la part de certains de ses anciens collaborateurs. Homme de foi et de tolérance, il n’a jamais daigné les critiquer, parce que selon lui, les relations sociales et humaines étaient au-delà de la vie politique qu’on ne pouvait transgresser pour des intérêts politiques.

Homme politique aguerri des tsunamis et des adversités politiques. Il aimait les rapports de force et le jeu des acteurs politiques, mais jamais, il n’a franchi, une seule fois, les limites politiquement, juridiquement, constitutionnellement, socialement et humainement acceptables. Il aimait les compromis basés sur l’idéal démocratique et les compromissions basées sur l’idéal constitutionnel, allant dans le sens de la stabilité du pays, sans se compromettre dans le jeu politique des intérêts machiavéliques et sordides. En voyant l’annonce de la mort de Soumaila Cissé sur les antennes de France24 ; j’ai sursauté de peur, d’angoisse, de désespoir et d’anxiété, et mes larmes furent de partout comme les vagues de l’océan atlantique, en témoignage des rapports sociaux que j’entretenais avec lui, ses visites lors de mes événements, de mon mariage en passant par lesbaptêmesde mes enfants chez moi, à domicile.  Endeuillé et mouillé comme une poule, mes souvenirs furent tournés, avec une pensée pieuse pour d’autres types d’hommes d’Etat morts, avec des valises de projets pour le Mali, comme les feus : Tiéoulé Mamadou Konaté et de Boubacar SadaSy, arrachés à l’affection du peuple Malien, quand leur notoriété et leur popularité montaient en sondage de façon exponentielle au sein des masses populaires, de la classe et sur la scène régionale et internationale, de par, leur vision et de leadership éclairé. Hélas, les cimetières sont remplis par les meilleurs !

A chaque rendez-vous, quand la maison familiale (le Mali) chavirait, il répondait aux sollicitations du peuple, avec des propositions concrètes de sortie de crise. Il n’a jamais trahi ce serment qui le liait au Mali, sous aucun prétexte de quelque nature. Sa libération avait suscité tant d’espoirs pour le renouveau politique, mais hélas, la grande faucheuse, la mort emporta Soumaila Cissé, ce vendredi 25 Décembre 2020, jour de la célébration de la fête de Nativité,chez nos frères et sœurs chrétiens.

Soumaila Cissé, le fils de Bocar Cissé, le baobab de Nianfuké, a gagné beaucoup de combats, mais il perd le dernier, face à la mort ! Ainsi va la vie !!!

SAYA YéMakariBaliyé !

DougoukoloYéMientôGban Zan Yé !

Toute nos condoléances à sa famille biologique et politique !

Qu’Allah l’accueille dans son paradis éternel !

Bréhima Mamadou KONE, Enseignant de Sociologie Politique et de Sciences politiques

Au département Socio-Anthropologie de l’Université de Kabala

A la Faculté des Sciences Administratives et Politiques (FSAP)

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Dans le pays de la médiocrité,on rejette les hommes de valeur pour ensuite accuser toute une classe politique des défaillances constatées.
    Pour des raisons d’interêt personnel,contre les INTERÊTS SUPERIEURS DU MALI,on est allé soutenir les DELINQUANTS de kati pendant qu’ATT avait toujours la legitimité de diriger.
    L’HOMME POLITIQUE SOUMAILA CISSÉ, AU RISQUE DE SA VIE, EST ALLÉ DIRE SES QUATRE VÉRITÉS AU DELINQUANTS Á KATI PENDANT QUE CERTAINS, NOTAMMENT IBK, OUMAR MARIKO, SONT ALLÉS LES SOUTENIR ESPERANT BÉNÉFICIER DE LEURS SOUTIENS.
    Seuls ceux qui pensent aux INTERÊTS SUPERIEURS ont capté immediatement les conséquences des actes posés par les DELINQUANTS de kati.
    Il y a sur la scène politique malienne trois catégories d’hommes politiques:
    1- ceux qui militent pour leur idéologie contre les INTERÊTS SUPERIEURS du MALI.
    Le COUP D’ETAT des SANOGO a montré qu’ils sont prêts á sacrifier la DEMOCRATIE pour imposer leur idéologie.
    Ils espéraient avoir l’appui des puschistes contre la volonté du peuple afin d’imposer leur idéologie.
    Ils appellent ceux qui ne partagent pas cette idéologie les énnemis de la nation.
    OUMAR MARIKO est leur chef de fil.
    Ils sont les plus dangereux car au pouvoir,au nom de la défense de la dignité de l’homme malien,ils vont couper ce pays du reste du monde comme on le constate au VENEZUELA.
    2- ceux qui militent pour la défense de leurs INTERÊTS PERSONNELS contre les INTERÊTS SUPERIEURS du MALI.
    Ils sont aussi dangereux car prêts á s’associer á tous ceux qui les soutiennent dans leurs entreprises de profiter impunement des deniers publics.
    IBK en était le chef de fil.
    SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA semble lui succeder.
    3- ceux qui agissent éffectivement pour les INTERÊTS SUPERIEURS DU MALI.
    Ils sont haïs par les deux premiers car agissant pour écarter et les idéologues et les fossoyeurs.
    Ils sont PRAGMATIQUES car ne fonctionnent que pour se conformer aux INTERÊTS SUPERIEURS de la nation.
    Cette tendance est incarnée par SOUMAILA CISSÉ et MODIBO SIDIBE.
    Les deux sont rejetés par les puschistes de 2012 et de cette année.
    Seuls les PRAGMATIQUES ont leurs places á la tête des pays pauvres car il faut tenir compte des rapports de force des grandes puissances avant de décider.
    TENIR COMPTE DES RAPPORTS DE FORCE, c’est agir á collaborer avec la puissance qui respecte les INTERÊTS du MALI.
    Ça peut être la france tant qu’elle respecte les INTERÊTS du MALI.
    Les fossoyeurs font le laquais espérant avoir l’appui d’une puissance étrangère qui va les couvrir dans leurs délinquances avérées dans les détournements des ressources publiques.
    Les idéologues choississent une puissance contre une autre alors que les grandes puissances sont pragmatiques dans la défense de leurs INTERÊTS.
    Les fossoyeurs et les idéologues sacrifient les INTERÊTS du pays pour leurs INTERÊTS PERSONNELS OU IDEOLOGIQUES.
    Les fossoyeurs et les idéologues ont empeché la classe politique de se reunir derrière ATT pour affronter les ennemis du MALI.
    ILS ONT ÉTÉ INCAPABLES DE SACRIFIER LEURS INTERÊTS POUR LE MALI.
    Les uns(fossoyeurs)accusent ATT,les autres(idéologues) s’en prennent á tous ceux qui ont géré le pays depuis 1992 empêchant de mener la réflexion,depuis l’avenement du premier COUP D’ETAT de notre pays,de la crise insecuritaire actuelle.
    ON PARLE MÊME DE L’ECHEC DE L’AVENEMENT DE LA DÉMOCRATIE DU FAIT MÊME DE CETTE CRISE INSECURITAIRE EN OCCULTANT LA PERFORMANCE ECONOMIQUE DEPUIS 1992.
    C’est fait à dessein pour disqualifier les pragmatiques qui ont occupé de hautes fonctions depuis 1992.
    La disparution de SOUMAILA CISSÉ est une perte immense pour la défense des INTERÊTS SUPERIEURS du MALI.
    Qu’on pense aux conséquences de la disparution de son mentor BOUBACAR SADA SY pour mesurer les conséquences de sa disparution.
    Cet homme politique pragmatique était engagé dans la restructuration de l’ARMÉE MALIENNE minée par la dictature militaire qui a instauré une procédure de détournement des budgets de fonctionnement de l’appareil de défense.
    Qu’il soit vivant jusqu’à la fin du mandat d’ALPHA OUMAR KONARE notre armée serait elle en l’etat actuel?
    IBK aurait il le même comportement á la tête de L’ADEMA PASJ qu’il a adopté après sa mort?
    On entendait certains dire, face aux comportements d’IBK, qu’il fait tout ça en l’absence de BOI SY.
    Autant la mort de certaines personnes affaiblit considerablement une famille autant celle d’une personnalité politique dégrade considerablement la qualité de la marche du pays.
    La disparution de SOUMAILA CISSÉ a laissé un boulevard aux fossoyeurs et aux idéologues.
    Nul doute,qu’en son absence,un fossoyeur va encore s’installer au sommet de l’Etat comme en 2013.
    MODIBO SIDIBE n’a pas l’appareil politique qu’avait SOUMAILA CISSÉ.
    Nos grands partis politiques dominés par les fossoyeurs ne vont pas le soutenir.
    Il faut s’attendre à un bloc de ces partis politiques derrière un homme politique comme SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here