Leur perception des pouvoirs en place et la nôtre

5

Mon fils bien aimé Ahmadou N’Fa DIALLO ne sera pas content de me lire à nouveau dans les journaux ! J’en suis désolé !

Il m’a demandé d’arrêter d’écrire de peur que les générations futures ne retiennent d’une référence pour eux que le contenu de l’article attribué à un SINANKU, un DIAKITE/BAH, enseignant à la retraite.

Est-il vraiment l’auteur de l’article ou a-t-il seulement accepté d’en porter le chapeau pour tenter de se hisser à la hauteur des DIALLO. Un BAH restera toujours au bas de l’échelle des JAL-JALLOW.

Les Journalistes maliens victimes de la répression, Saouti HAIDARA de l’Indépendant ; Abdramane KEITA du Témoin après l’Aurore ; Chahana TAKIOU du 22 Septembre ; Samby TOURE d’Info Matin ; les amis maliens, français et du monde des Journalistes Claude VERLON et Gislaine DUPONT assassinés à Kidal parce qu’ils voulaient dire réellement ce qui s’y passait, savent que DIAKITE/BAH a dit une contre-vérité. J’ai participé à toutes les marches de protestations contre les tentatives de museler la presse. Je me revois aux côtés du grand Adam THIAM, marchant malgré son handicap après le crime odieux perpétré contre VERLON et Gislaine DUPONT dans l’Adrar des Ifoghas.

Sur un tout autre plan, tu as raison de me donner l’occasion de présenter à nouveau mes excuses et demander pardon encore une fois au Dr. Abdoulaye DIALLO et aux ayant droit pour avoir pêché, manqué à mon devoir de protection de mes cadets surtout quand ils sont entre les mains des vainqueurs. Avoir péché pour avoir diffusé sans les avoir vérifiés des propos tenus par des acteurs du 26 mars 1991 à la Bourse du Travail. Le saint Coran l’interdit formellement. J’ai manqué à mon devoir de protection envers quelqu’un qui n’avait plus aucun pouvoir de nuire ! A qui j’ai nui en ayant cru avec beaucoup de vanité que ma parole portait mieux que celle des Camarades qui disaient avoir été des témoins oculaires de la tuerie d’enfants. Encore une fois, que les enfants d’Abdoulaye me pardonnent en espérant qu’Allah me pardonnera pour le tort porté au Dr. Abdoulaye DIALLO.

JAKITE/BAH, le Dr. Abdoulaye DIALLO a plutôt prêté le Serment de Gallien pour ton information et les causes de sa mort sont multiples aux yeux des médecins que nous sommes. Et n’oublie surtout pas chacun de nous s’en va quand le terme fixé arrive !

Mon fils Ahmadou N’Fa DIALLO tu m’offres chaque mercredi le plaisir de lire le National, ton journal. Ahmadou, je te sais très pieux. Je suis sûr que tu connais le Hadith qui dit : « Un Homme doit vivre comme s’il ne mourra jamais et planter des arbres même à quatre-vingt-dix ans pour les générations futures ; il doit aussi vivre comme si le créateur peut lui prendre son âme à tout instant et s’efforcer en conséquence de faire du bien constamment et éviter autant que faire se peut de faire du MAL ».

Estimant te devoir assistance le restant de mes jours, je te recommande d’éviter de t’énerver pour titrer l’Editorial de ton journal : « La souveraineté retrouvée bon sang ». L’Editorial commence par « La France cannibale…

Bon sang ! La souveraineté ne se décrète pas. Elle se conquiert et est reconquise quand elle est perdue !

Le Mali ne combat pas toute la France. Le Mali combat l’Equipe actuelle qui dirige la France, l’Equipe d’Emmanuel Macron, lequel conseille à présent beaucoup plus d’humilité aux entrepreneurs français qui se rendent en Afrique.

Il recommande d’aborder les Africains avec beaucoup moins d’arrogance et d’éviter désormais de venir en Afrique comme en Terrain conquis. En Afrique aujourd’hui il y a une vive concurrence entre les productions des différents continents.

Ahmadou, ton combat a porté. Mets un peu d’eau dans ton lait : Ahmadou Nfa, DIALLO ! Yar paaram !

Le Mali a des millions d’amis (e) en France. Ne nous aliène pas leur amitié et sympathie qui les poussent à combattre avec nous les pratiques politiques, économiques, diplomatiques du Président Macron.

Ahmadou, j’incline à penser que tu n’es pas partisan de la rupture du dialogue inter générationnel si enrichissant. Pourquoi voudrais-tu que je me taise consacrant ainsi cette rupture ?

Des milliers, voire un million de maliennes et de maliens chantant, dansant, sautillant et criant à la Place de l’indépendance, avec tout le respect qui leur est dû peuvent certes Rassurer le Pouvoir en place sur sa popularité encore enthousiaste, mais ne saurait faire recouvrer la Souveraineté du pays. « Des trompettes n’ont fait tomber des murs qu’une seule fois dans l’Histoire de l’Humanité. Et c’est à Jéricho ! » a dit Thierno Aliou BAH, un éminent dirigeant de la Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France (FEANF), président élu par le Congrès ordinaire de la Section Territoriale de la Guinée en France (d’A.E.G.F.).

Il est vrai que le Président Alpha CONDE, le Même, avait réussi son opération de scission de la section territoriale de Guinée en organisant un Congrès extraordinaire quelques jours après l’ordinaire en baptisant les scissionnistes, AEGF-C. C étant la première lettre du patronyme du président des scissionnistes, Sidiki CAMARA.

La Guinée était ainsi représentée par deux sections territoriales à ce fameux congrès de la FEANF avant que la section de l’AEGF-B jugée rebelle en soit expulsée laissant la place à l’AEGF-C soumise à Alpha CONDE. L’ancien président de la FEANF s’était spécialisé dans la technique de scinder les sections territoriales à lui insoumises avec des appellations UNEK MUKOKO Priso, UNEK Atiok Pierre, UNEK Ebia, des noms des dirigeants de la FEANF de l’Epoque !

Si souveraineté Retrouvée il y a, ne faudrait-il pas plutôt situer cette retrouvaille au 15 août 2022, date où le dernier soldat français a quitté le sol malien en direction du Niger ?

Je le redis encore une fois, ça été une prouesse du CNSP. Et bravo aux jeunes Colonels ! C’est la réédition du 20 janvier 1961 date de l’adresse du Président Modibo KEITA aux Ambassadeurs, consuls, représentants des organisations et agences internationales accrédités au Mali pour leur annoncer la demande faite à la France d’évacuer toutes les bases militaires installées au Mali et sa décision de confier à la jeune Armée malienne née le premier octobre 1960, la défense et la sécurité du Pays. ‘‘Bon sang’’ ! Le 14 juin pourrait tout au plus être une Journée de mobilisation patriotique dans l’Ephorie et dans l’illusion de faire tomber les murs comme à Jéricho !

Hollei Hoore, na fijo baana fu gooto, heewa, heewa barke ! « La danse des folles et des fous ou Ndeupp » a certes une valeur thérapeutique, mais est insuffisante ! Prenons un peu plus au sérieux la défense de la Patrie et le recouvrement de la Souveraineté Nationale effective, au demeurant toute relative au regard de la Mondialisation en cours et de l’aspiration profonde du peuple malien depuis des siècles à réaliser l’Unité Africaine. Au regard de l’Accord de Bamako, issu du processus de Ouagadougou, concocté à Alger et signé à Bamako les 15 et 20 juin 2015 par toutes les Parties prenantes.

Pour recouvrer la Souveraineté Nationale effective, il faudrait une mobilisation générale et Armée de tout le peuple malien sans exclusive aucune ! Et sans suppression des Libertés fondamentales, individuelles et collectives !!! Mais est-il sage aujourd’hui, vu toutes les considérations sus mentionnées de vouloir Libérer l’Adrar par les Armes ?

La libération de l’Adrar doit être entreprise pacifiquement bien qu’il soit admis que le Pouvoir est au bout du Fusil.

Faisons preuve d’imagination.

Que les orpailleurs traditionnels mandingues aillent en masse comme assistants techniques et fassent bénéficier de leur expertise l’Adrar, l’Azawak et l’Azawad !

Asseyons-nous autour de la Table et renégocions cet Accord de Bamako entre Filles et Fils du pays ! en Terre Malienne !

Je serais étonné que tu milites en faveur de la rupture du dialogue intergénérationnel !

Ahmadou Nfa, mon fils bien aimé ! Si les générations futures ne retiennent de moi que ce que les Nyamobe nyebbe ont écrit, c’est que je n’ai pas été une vraie référence pour toi-même dans ton tréfonds.

Seydina Oumar DICKO journaliste à la plume si belle me fait l’amitié de m’interroger sur « L’ostracisme des miens ». Entendez les militants (e) de la Ruche.

Cher cadet, merci de me pousser à accomplir un devoir de redevabilité. Quelques jours avant les élections municipales, législatives et présidentielle, il y a eu une grande réunion du Comité Exécutif d’Adema-Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (Adema-P.A.S. J). Au cours de cette réunion, la pensée dominante voulait que quel que soit le score obtenu aux élections de l’an 1992, Adema-P.A.S.J. ne gouvernera pas seul. Cette pensée dominante a conduit le Président élu Alpha Oumar KONARE à concevoir « La gestion concertée des Institutions », ancêtre du Consensus du Général Président Amadou Toumani TOURE (Paix à son âme).

Il est amusant de noter qu’Adema-P.A.S.J. a eu une majorité relative dans toutes les Communes, mais la coalition de toutes les formations politiques l’a exclu de la direction des municipalités, sauf en Commune IV du district de Bamako, où Mamadou BOCOUM a été élu Maire. En cette circonstance, qui s’est révélé « Ostraciste », non respectueux de la volonté du Peuple ?

Le souci du respect de la volonté du peuple a amené le Parti majoritaire à initier une révision de la loi électorale dont un aliéna dispose : c’est le parti qui a une majorité même relative qui forme le bureau municipal et doit s’efforcer de respecter la représentativité conférée par les urnes. Ceci pour éviter qu’un parti qui n’a qu’un seul conseiller municipal administre la commune comme cela s’est passé dans certaines municipalités du Mali par le passé.

L’ostracisme des miens, parlons-en donc !

Le Chef de file de l’opposition dans la première législature de la troisième république Me Mountaga TALL et tous les députés élus (e) sur la liste du Congrès National d’Initiative Démocratique/Faso Yiriwa Ton (CNID/ FYT) savent mieux que je n’ai jamais porté atteinte à leurs droits, ni permis aux miens de le faire !

Combien de fois l’Honorable et Maître Ibrahim BERTHE député élu en Commune III du district de Bamako sous les couleurs du CNI/FYT a été chef de la délégation parlementaire aux conférences de l’Assemblée Parlementaire Paritaire Afrique/Caraïbe et Pacifique/Union Européenne (A/CP/UE) ?

Il est vrai que durant la première année du mandat, l’Union Soudanaise du Rassemblement Démocratique Africain (US-RDA) ne disposant que de trois (3) députés a occupé le poste de 2ème Vice-président au nom de son appartenance aux Partis Signataires du Pacte Républicain (PSPR) violant ainsi le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale.

L’erreur a été corrigée l’année suivante suscitant la colère de notre allié l’US-RDA, sans changer la ferme volonté de respecter les textes votés.

Après la première scission d’Adema-P.A.S. J, les champions de l’ostracisme tenaient coûte que coûte à évincer l’Honorable Mme Nana SANOU de son poste de 5ème Vice-présidente au profit d’un député issu de la Ruche ou d’un parti allié. Il leur a été opposé que l’Honorable Nana SANOU est élue pour un an et ne saurait être remplacée avant le remembrement du bureau en octobre de chaque année, bien qu’elle soit désormais militante du Mouvement pour l’Indépendance, la Renaissance et l’Intégration Africaine (MIRIA) parti d’opposition.

Séydina Oumar DICKO, tu ne pouvais pas m’entendre à l’époque. Le climat passionnel ambiant ne permettait à aucune voix d’être audible fût-elle « Une voix de stentor ».

Souviens-toi Séydina Oumar DICKO, c’était la période des Incendies.

Incendie des sièges des partis politiques membres des PSPR, les sièges d’Adema-P.A.S.J. de l’US-RDA, des Echos JAMANA, les domiciles des cadres comme le ministre d’Etat, ministre de l’Education Nationale Baba Hakim HAIDARA, des Professeurs Mohamedoun DICKO et Bintou SANANKOUA, du ministre d’Etat ministre de le Défense Abdoulaye Sékou SOW.

Incendie même du domicile de la mère du Président de la République Alpha Oumar KONARE, la princesse du Khasso Bintily DIALLO.

Incendie de l’Assemblée Nationale, le Temple de la démocratie. Le Phare des démocrates en feu et des milliers d’archives nationales parties en fumée œuvre de véritables Huns avides seulement des biens de cette terre !!!

Au lendemain de cet incendie s’est posée la problématique d’entrée du Congrès National d’Initiatives démocratiques (CNID/FYT) au Gouvernement.

Houleuse a été la réunion des ouvrières de la Ruche du district de Bamako et de Kati, venues pour écouter la proposition du « Roi sans soucis » comme dirait le Scorpion du bien aimé petit frère Mahamane Hamèye CISSE. La « Remuante Coordination » des sections du district de Bamako et de Kati était sur pied de guerre et veillait au grain, c’est le cas de le dire.

Dans une atmosphère surchauffée où plus d’un dirigeant venu plaider pour cette entrée a failli se faire lyncher, seule la chaude affection dont les Abeilles entouraient leur Secrétaire politique a permis de faire entendre la Voix de sagesse appelant à servir le Parti et le Mali, le cœur chaud, mais le cerveau froid et à accepter de ‘ ‘ récompenser’’ et non de sanctionner les Incendiaires, crime devant conduire normalement à la Cour d’Assise.

Etait-ce le début de l’éducation à la culture du compromis ou de l’Instauration de celle de l’impunité, est-on en droit de s’interroger ?

C’est la période des attaques à la grenade incendiaire dans les domiciles des citoyens censés être des militants des PSPR, comme ce fut le cas au domicile d’Ibrahima Sidi CISSE à Ségou, Vice-président de la Commission Electorale Régionale Indépendante (CENI). Le regroupement du Collectif des Partis Politiques de l’Opposition (COPPO) de Ségou ne voulait pas entendre parler d’élections, ni municipales, ni législatives encore moins présidentielle.

C’était le temps des Enragés de tout bord où le discernement était une denrée rare.

Atila frustré de ne pas être monté à Koulouba le 08 juin 1992 était en furie, fureur que rien ne semblait pouvoir arrêter sauf la riposte à la guerre civile urbaine nocturne déclenchée en Commune VI, surtout à Faladié et à Banankabougou. Je n’y étais pas mais je me suis écrié, ce sont les tortues qui savent où se mordre.

La nouvelle génération réglait ses comptes ! A sa façon !…

Triste spectacle qui nous a encore été resservi lors de la cérémonie du quarantième anniversaire d’Abdoul Karim CAMARA dit Cabral le 17 mars 2023. Triste spectacle nous remémorant la forte interpellation de Monseigneur Luc SANGARE (Paix à son âme) reprise souvent par le Cardinal Jean ZERBO.

On entend sans arrêt répéter Ah ! Les enfants d’aujourd’hui ! Ah ! Les enfants d’aujourd’hui ! Ah ! Les enfants d’aujourd’hui ! Et quid de la responsabilité des parents d’aujourd’hui ?

Concernant les miens enclins à l’ostracisme, il est préférable que tu écoutes le témoignage de mes amis (e) de l’opposition les Honorables Ba-Mountaga, Me Ibrahim BERTHE, Ibrahim Hamaciré NDOURE, Issa Bassy COULIBALY, Dr. Mamadou Fanta SIMAGA dit Madou NFing, Karounga DIAWARA, Honorable Mme Nana KONANDJI etc…

Je suis sûr que résonnent encore dans leurs oreilles « la voix de stentor » de celui qui était au Perchoir invitant la majorité à continuer le débat avec l’opposition, même si son temps règlementaire de parole est épuisé. Le Président refusait de procéder au vote réclamé par la majorité et affirmait que l’Histoire ne retiendra pas qu’un honorable élu de la Nation n’a pas pu développer ses idées et arguments faute de temps, sous la présidence du fils du berger !

En vérité, le chef de l’Institution parlementaire estimait urgent de faire plutôt face aux préoccupations essentielles de la Nation malienne en ce moment-là :

Empêcher la partition du pays ;

Persuader, convaincre les Chefs de la rébellion de leur appartenance à la Nation malienne. Certes Une et Indivisible, mais Plurielle sur les plans culturel, linguistique, confessionnel, cultuel, politique. Plurielle au regard des Us et Coutumes du Mali ;

Recoudre le tissu social déchiré, l’Assemblée Nationale étant l’aiguille habilitée à le faire ;

Eviter la condamnation du Mali par les Institutions parlementaires Internationales (Union Européenne, Assemblée parlementaire paritaire Afrique/Caraïbe/Pacifique/UE (ACP/UE), l’UIE (Union Interparlementaire).

S’occuper principalement des ostracistes du Parti était secondaire au regard des urgences ci-dessus énumérées.

Des débats passionnants et passionnés ont été engagés dans la salle Modibo KEITA de l’Assemblée Nationale pour décider :

De répondre aux Invitations à participer aux différents Congrès :

Des Mouvements et Fronts Unifiés de l’Azawad (MFUA) à Tawardé, sous la présidence de Zahabi Ould Sidi Mohamed, couvert par Tiégoum Boubèye MAIGA des Echos-JAMANA, créateur de La Nouvelle République !

Du Mouvement Populaire de l’Azawad (MPA) que dirigeait Iyad AG Ali à Gossi, couvert encore par Tiégoum Boubèye MAIGA des Echos-JAMANA, créateur de la Nouvelle République

Du Front populaire de libération de l’Azawad (FPLA) dirigé par Rhissa Ag Sidi Mohamed à Djébok, avec comme chefs politiques Zéïdan et Ag ATAM, toujours couvert par Tiégoum Boubèye MAIGA des Echos-JAMANA, créateur de la Nouvelle République.

D’honorer la Rencontre de Téjeret où il s’agissait d’empêcher les affrontements entre CHAMANAMAS et IFOGHAS à propos de la Commune rurale du même nom à rattacher à Kidal au détriment de Gao ou de Ménaka.

De répondre aux sollicitations du Dr. Bernard KOUCHNER, Président de la Commission coopération et développement de l’Assemblée Parlementaire paritaire ACP-UE

A l’époque, la polémique était intense. Même l’opposition partisane était mobilisée par la Majorité pour dire que la représentation nationale ne devrait pas répondre à l’Invitation du Président d’une simple Commission du Parlement ACP-UE fût-elle une Commission Coopération et Développement !

Le Premier ministre et Président d’Adema-P.A.S.J. Ibrahim Boubacar KEITA a déclaré en ce moment de passion : « Aucun officiel malien ne se rendra à l’Invitation d’une simple Commission »

A ce propos prononcé en plénière de l’Assemblée Nationale, l’occupant du Perchoir a répondu : Le Premier ministre Ibrahim Boubacar KEITA a dit un jour « Aucun sacrifice d’orgueil ou d’Amour propre n’est de trop quand il s’agit de défendre les Intérêts fondamentaux de la Nation et du Peuple maliens » ! C’est au nom de cette assertion pertinente et profonde que le Président de l’Assemblée Nationale du Mali se rendra à Bruxelles pour répondre à l’Invitation du Dr. Bernard KOUCHNER, Président d’une simple Commission.

L’audition a eu lieu à Bruxelles, couverte par le grand communicateur, agronome et économiste de formation, Toumani Djimé DIALLO en présence naturellement des députés maliens et des membres de la société civile dont l’Association du Dr Mariam Djibrila MAIGA. Toumani Djimé DIALLO n’était pas encore Excellence Monsieur l’Ambassadeur, au Maroc, en Allemagne et en France.

Le frère Ibrahim Ag Litni présent à Bruxelles y représentait-il les MFUA ? Il était au Congrès de Tawardé. Il a fini un moment par être parmi les Conseillers de l’Ambassade des USA.

A la question des journalistes, au retour à Bamako, avez-vous réussi la mission, le chef de la délégation a répondu en substance : Ce qui est sûr, des Certitudes établies ont été ébranlées.

La publication du compte rendu de l’Audition dans le Démocrate, journal du Camarade Toumani Djimé DIALLO, grand patriote a édifié tout le monde sur la pertinence de la décision de l’Assemblée Nationale de répondre à l’Invitation de Bernard KOUCHNER.

Quelques mois ou semaines après cette mission, une délégation de l’Assemblée Parlementaire Paritaire ACP-UE a sillonné toute la partie du pays étiquetée « Nord du Mali » et a abouti à la conclusion qu’il faut féliciter le Mali pour son mode de traitement de la Rébellion malienne, balayant ainsi la Condamnation du Parlement Européen prononcée à l’encontre du Mali avant cette mission.

Laissons au Trio de l’Eglise Evangélique Norvégienne de Gossi, Zahabi OULD Sidi Mohamed, Mohamed Ag Erlaf, ministre du Travail d’Amadou Toumani, Zéïdane AG Sidi Lamine initiateur des rencontres Intercommunautaires débutées à Bourem et si salutaires pour le pays, le soin de narrer la tournée qui a conduit les Parlementaires de Bamako à Kidal en passant par Gao, Bourem et Almoustrate, le déroulement des Congrès et forum de Tawardé, Gossi et Téjeret.

La tournée visait à apaiser la colère des Arabes furieux après l’assassinat de Boydan dont le corps a été jeté dans un puits. Cet assassinat a été attribué aux CHAMANAMAS.

La participation à tous ces évènements avait aussi pour but de mieux connaitre les dirigeants de la rébellion de 1987 au 27 mars1996, date où la Flamme de la Paix fut allumée à Tombouctou sous la présidence d’Alpha Oumar KONARE et la présence à ses côtés du Président de la République du Ghana John JERY RAWLINGS (Paix à son âme).

Toutes ces randonnées, enquêtes parlementaires, rencontres inter et intra-communautaires ont permis de découvrir de fiers guerriers.

Je ne résiste pas à la tentation de saluer la mémoire de Bilal AG Saloum, Héros de la bande d’Aouzou au Tchad, de Loya AG Ahmed, Kel Essouk de Kidal, tous deux du MPA ; de Boubacar SADEK Ould Hammaha, Chef d’Etat-major du FIAA tombé à Nfafa face à l’Armée malienne ; du Colonel Hamma Ould Yéyiah, intégré dans l’Armée malienne après la signature du Pacte National du 11 avril 1992.

Ces deux derniers cités étaient membres du Front Islamique Arabe de l’Azawad (FIAA). (Paix à leurs âmes).

Je salue la mémoire de ces guerriers si fiers, bien qu’ayant pris les armes contre leur pays, par ce que révoltés, par ce qu’aveuglés par le sang de leurs blessures, aveuglés par leurs blessures morales !

Des compagnons d’armes de ces soldats aujourd’hui absents pour toujours, ont prouvé quotidiennement qu’ils sont des maliens dont le patriotisme n’a rien à envier à celui des autres maliens.

Aussi ai-je une pensée émue pour les enfants du vénérable Annara, chef du camp des Kel Essouk à côté de Gao rasé par des Eléments incontrôlés des FAMA.

Le premier fils du vénérable Annara était au Congrès de la Ruche et avait été reçu par le Président de la République, qui l’a rassuré avant son départ pour Gao.

Le Président Alpha m’a annoncé la nouvelle au téléphone, un sanglot dans la gorge ! Les survivants du camp des Kel Essouk, réfugiés au Burkina Faso ont reçu une délégation parlementaire malienne, sans signes visibles de Haine ni de rancune !

Prions pour le repos de l’âme de tous les Kel Essouk dévoués au Mali, tombés du fait de la folie meurtrière de cette période douloureuse.

Pensant aux dures épreuves difficiles à supporter de Nfafa, j’invite à prier permanemment pour le repos des âmes des soldats, caporaux, sous-officiers, officiers et hommes du rang tombés au champ d’honneur depuis Nfafa jusqu’à nos jours.

Des soldats meurent presque chaque jour, qui, sautant sur des engins explosifs artisanaux, qui, tombant dans des embuscades tendues par des terroristes de tout acabit, de toute obédience ! (Paix à leurs âmes) !

Le Mali a vécu des moments Terribles de 1990 à maintenant. Et parfois horribles.

Ces randonnées et rencontres intra et intercommunautaires ont permis également la réconciliation du KANIAGA et du TORO dans le Sahel occidental, à celle des dogons et des peuls après les incendies des habitations à Toïkana et les tueries de Banguél dans le Mondoro.

Des ébauches de dialogue ont été amorcées entre éleveurs, pêcheurs et agriculteurs à Sarè Malah et dans la foulée entre Sossobé et SALL Salbé dans le Cercle de Ténenkou, le delta intérieur en somme.

C’est sûr que le camarade Assarid AG IMBARCAWAN et l’aménokal et Honorable Bajan AG Hamatou AG Firhoun et bien d’autres parmi les parlementaires de l’époque se souviennent de la longue nuit de Téjeret qui a débuté dans l’après-midi à 16 Heures et s’est terminée le lendemain aux environs de 05 heures du matin à Konsa !

Beaucoup de participants dormaient littéralement. Il s’agissait au cours de cette longue nuit, d’expliquer pourquoi la Commune rurale de Téjeret n’a pas été retenue par la représentation nationale bien qu’elle ait figuré quelques heures dans le Journal Officiel le temps que le gouvernement comprenne quelle est la vraie décision de l’Assemblée Nationale et procède à la rectification. Il s’agissait aussi au cours de cette longue nuit de tenter de réconcilier Inna Modibaabe et Inna Taaraabe à Konsa.

En ces temps-là, l’Homme à la « Voix de Stentor » ne pouvait pas s’occuper comme il le fallait des ostracistes de son camp et Séydina Oumar DICKO non plus ne pouvait pas entendre cette Voix de stentor vu la disposition d’Esprit de son monde à l’Epoque. J’ose espérer que tu ne faisais pas partie de la horde des Huns lancés à l’assaut du Temple de la démocratie et Phare des démocrates, un lundi 05 avril 1993.

Une scène reste profondément gravée dans la mémoire du premier Secrétaire Politique élu par le Congrès constitutif d’Adema-P.A.S.J. Ce jour-là, les amazones et/ou les ‘‘vagabondes’’ de la Révolution tenaient des propos et applaudissaient à tout rompre et pouvaient ainsi faire monter la moutarde au nez du tout nouveau Premier ministre Ibrahim Boubacar KEITA. Attention ! Attention ! Attention Camarades, c’est ainsi qu’on crée les dictateurs qui feront plier l’échine à beaucoup d’entre nous ! Prenez garde ! Sans doute, les camarades et amis, Armand et Michèle Moncourt au moins s’en souviennent puisse que la rencontre se tenait à leur domicile.

Le devoir de redevabilité vis-à-vis des auteurs de réactions dignes d’intérêt à mes yeux, à l’article intitulé : « Ouvrons les yeux, travaillons dur avec Humilité et Discernement » accompli, j’invite tous les maliens et toutes les maliennes à se poser des questions qui devraient être préoccupantes en ces heures graves que vit le MALI

Quand finira la transition actuelle ?

Les conditions de sécurité du moment peuvent-elles permettre d’organiser des élections libres, transparentes, crédibles, avec la participation de tous les candidats (e) qui désirent faire acte de candidature y compris les exilés et sur l’étendue du territoire national ?

Le Président de la Transition le Colonel Assimi GOÏTA sera-t-il candidat à l’élection du Président de la République et acceptera-t-il d’y aller avec des concurrents civils, entrepreneurs, autres que de simples faire valoir ?

Quelles seraient les conséquences sur le plan international si le Chef de l’Etat de Transition est élu président de la République dans les conditions actuelles ?

Le Président de la transition, chef suprême des Armées, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, préfèrera-t-il envoyer au feu un des autres membres du Comité National de Salut du Peuple (CNSP) notamment le Président du Conseil National de la Transition (CNT) Colonel Malick DIAW ou le Ministre de la Défense, Colonel Sadio CAMARA ?

Ou ces membres préféreront ils à leur tour céder la place au premier porte-parole du CNSP le Colonel-major d’aviation Ismaël Mahamadou WAGUE ?

Ou au Ministre d’Etat, ancien Premier ministre par intérim, le Colonel Abdoulaye MAIGA ?

Quand pourrions-nous contrôler l’ensemble du territoire national, assurer la cohésion nationale, mettre fin à l’Amalgame et réussir à faire aimer profondément les FAMa par toutes les Communautés maliennes ?

Sommes-nous à l’abri d’une guerre civile au Mali si, sur la base de dénonciations fondées ou non, des villages entiers sont totalement brulés ?

Sommes-nous sûrs que ce n’est pas la Haine qui va changer de camp, vu l’Impopularité grandissante des nouveaux alliés russes dans tout le delta Intérieur, dans le Seeno Mango (Seeno Bankass, Seeno Gondo, Seeno Mondoro), tant leur férocité est inqualifiable, ignorants qu’ils sont de la culture du Pulaaku ?

Changement de camp donc de la Haine et non de la Peur, comme il est dit de plus en plus !…

Ne devons-nous pas penser au risque que la guerre en Ukraine se transpose au Mali et envisager les moyens d’empêcher qu’il en soit ainsi ?

N’est-il pas temps d’oser entreprendre des pourparlers avec Iyad AG Ali et son vassal Mobbo Hamadoun Koufa ?

Ce sont-là des questions qui, à mon sens, il est légitime de se poser aujourd’hui. Je me les pose quotidiennement !

C’est pour cela que je les rends publiques pour les partager avec le peuple malien car elles sont d’intérêt national !

A ceux et à celles qui prennent de l’argent avec les pouvoirs en place pour invectiver des personnes âgées en vue de les faire taire, cherchent à savoir ce que voudraient entendre ces pouvoirs en place pour le leur répéter et ne leur répéter que ça, j’exprime tendresse et pitié.

Je leur pardonne et demande au Seigneur de l’Univers de leur pardonner, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Aveuglés qu’ils sont par la recherche de leur pitance préférée : les haricots.

Qu’Allah les préserve d’eux-mêmes ! Et qu’il nous préserve contre des êtres Humains avides seulement des Biens matériels de ce Monde et Envieux. Des êtres Humains jaloux et Haineux !

Qu’Allah nous préserve, en fin, des jeunes dont les mères et les pères sont vivants et crient fièrement à tu tête : nous n’avons pas de repères, nous n’avons pas de références.

N’est-il pas temps de s’interroger sur la qualité de la société malienne d’aujourd’hui !

Jusqu’à ce que ma VOIX s’éteigne, je ne cesserais pas de héler les maliennes et les maliens chaque fois que cela s’avérera nécessaire. Un Militant n’a pas d’âge pour se taire. Parler n’est pas une question de mode pour lui.

Dr. Ali Nouhoum DIALLO.
Maître de Conférences agrégé de
médecine Interne.
Professeur Honoraire de la Faculté
De Médecine et d’Odonto stomatologie.
Ancien Président de l’Assemblée Nationale du Mali
et du Parlement de la CEDEAO.
Grand officier de l’Ordre National du Mali.

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. PROFESSUER DIALLO,
    FAITES-MOI UN GRAND PLAISIR!
    PRENEZ UNE FEUILLE DE PAPIER ET ÉCRIVEZ VOTRE PROPRE AUTOCRITIQUE!
    VOUS SAVEZ? C´EST UN DES DES ACTES LE PLUS NOBLES DE LA PERSONNE HUMAINE
    FAIRE SA PROPRE AUTOCRITIQUE
    FAITE-MOI PLAISIR! COMMENCEZ DÉS AUJOURD´HUI ET LAISSEZ LE MALI EN PAIX!
    MERCI

  2. Ce qui est certain la gouvernance sous votre responsabilité de 1992 à 2002 n’a jamais été différente de celle d’aujourd’hui, elle a toujours été entachée de suffisance, de moquerie et de minimiser la pensée et la réflexion des autres. Voici le Mali depuis l’indépendance et c’est ce qui nous met un peu plus chaque jour dans un gouffre plus amer. Prions Allah Soubanaha tala afin que nos dirigeants soient vraiment à l’écoute des pauvres populations au moins une fois; prions en ces termes:
    FATHIA= l’ouverture ou le prologue
    Au nom de dieu, clément et miséricordieux,
    1/ Louange à Dieu, Seigneur des créatures,
    2/ Le très clément, le miséricordieux,
    3/ Maître du jour de la rétribution,
    4/ C’est toi que nous adorons, et c’est toi dont nous implorons, le secours,
    5/ Guide-nous dans le droit chemin,
    6/ Non le chemin de ceux qui ont encouru ta colère, non plus le chemin des égarés. Amen.
    AL-‘IKHLAS = La foi Pure et Exclusive; Sourate 112, 4 versets
    Au nom de dieu, clément et miséricordieux,
    1/ dis, lui Allah est unique,
    2/ dieu, l’absolu,
    3/ il n’engendre pas, il n’est pas engendré,
    4/ et nul n’est égal à lui “. Fin de citation.
    Amen.
    AL FALAQ = L’aube naissante, Sourate 113, 5 versets
    Au nom d’Allah le tout miséricordieux et le très miséricordieux
    1/ Je cherche protection auprès du seigneur de l’aube naissante,
    2/ Contre le mal des êtres qu’il a créés,
    3/ Contre le mal de l’obscurité quand elle s’approfondit,
    4/ contre le mal de celles qui soufflent ( les sorcières) sur les nœuds,
    5/ et contre le mal de l’envieux quand il envie.
    AN – NAS = les Hommes; Sourate 114, 6 versets.
    Au nom d’Allah le tout miséricordieux et le très miséricordieux
    1/ Je cherche protection auprès du seigneur des hommes,
    2/ Le souverain des hommes,
    3/ Dieu des hommes,
    4/ Contre le mal du mauvais conseiller, furtif
    5/ Qui souffle le mal dans les poitrines des hommes,
    6/ Qu’il appartienne aux génies ou aux êtres humains. Amen
    AL KAFIROUNA = Les Infidèles; Sourate 109, 6 versets
    Au nom d’Allah le tout miséricordieux et le très miséricordieux
    1/ O vous les infidèles !
    2/ Je n’adore pas ce que vous adorez,
    3/ Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore,
    4/ Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez,
    5/ Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore,
    6/ A vous votre religion et à moi ma religion. Amen
    AN – NASR = Le secours; Sourate 110, 3 versets
    Au nom d’Allah le tout miséricordieux et le très miséricordieux,
    1/ lorsque vient le secours de Dieu, ainsi que la victoire,
    2/ et que tu vois les gens entrer la légion dans la religion de Dieu,
    3/ Alors par le louange, chante pureté de ton seigneur, et demande lui pardon, oui il demeure grand accueillant au repentir. Amen
    AL – MASAD = Les fibres, Sourate 111, 5 versets,
    Au nom d’Allah le tout miséricordieux et le très miséricordieux,
    1/ Que périssent les deux mains d’Abu Lahab et que lui -même périsse,
    2/ Sa fortune ne lui sert à rien, ni ce qu’il a acquis
    3/ Il sera brûlé dans un feux plein de flamme,
    4/ De même sa femme la porteuse de bois,
    5/ A son cou une corde de fibres. Amen
    QURAYS = les Coraich; Sourate 106, 4 versets
    Au nom d’Allah le tout miséricordieux et le très miséricordieux,
    1/ A cause du pacte des Coraich,
    2/ De leur pacte concernant les voyages d’hier et d’été,
    3/ Qu’ils adorent donc le seigneur de cette maison la Kaba,
    4/ Qui les ont nourris contre la faim et les rassurer de la crainte. Amen
    AL – MA’UN = L’ustensile; Sourate 107, 7 versets
    Au nom d’Allah le tout miséricordieux et le très miséricordieux,
    1/ vois-tu celui qui traite de mensonge la rétribution,
    2/ c’est bien lui qui repousse l’orphelin,
    3/ et qui n’encourage point à nourrir le pauvre,
    4/ malheur donc, à ceux qui prient,
    5/ tout en négligeant et retardant leur salat
    6/ qui sont plein d’ostentation,
    7/ et refusent l’ustensile à celui qui en a besoin.
    AL – KAWTAR = l’abondance, Sourate 108, 3 versets
    SOURATOUL KAWçARA
    Au nom d’Allah le tout miséricordieux et le très miséricordieux,
    1/ Nous t’avons certes, accordé l’abondance,
    2/ Accomplis la salat pour ton seigneur et sacrifie,
    3/ Celui qui te hait sera certes, sans prospérité.
    AL – ASR = Le temps; Sourate 103, 3 versets
    Au nom d’Allah le tout miséricordieux et le très miséricordieux
    1/ Par le temps!
    2/ L’homme est certes, en perdition,
    3/ Sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance.
    « En ces temps de grande turbulence, le plus grand danger n’est pas la turbulence, c’est d’agir avec la logique d’hier. » Peter Drucker
    Aly Nouhoum DIALLO citant le Hadith qui dit : « Un Homme doit vivre comme s’il ne mourra jamais et planter des arbres même à quatre-vingt-dix ans pour les générations futures ; il doit aussi vivre comme si le créateur peut lui prendre son âme à tout instant et s’efforcer en conséquence de faire du bien constamment et éviter autant que faire se peut de faire du MAL ».
    Le Premier ministre Ibrahim Boubacar KEITA a dit un jour « Aucun sacrifice d’orgueil ou d’Amour propre n’est de trop quand il s’agit de défendre les Intérêts fondamentaux de la Nation et du Peuple maliens »
    Pourtant ces hommes d’état ont de belles paroles mais ils agissent autrement, c’est dommage.

  3. Nous constatons avec amertume que le Républicain de Tieblen Konare-Drame a repris sans efforts le blablablabla de Ali Diallo, dommage!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!