ATT-CRATIE : Quand le Sphinx fut terrassé par Œdipe

0

Je vous fais parvenir cet article en réplique aux allégations mensongères qui tendent à porter atteinte á la réputation de M. Ibrahim Bocar Bâ .J’espère que vous accorderez à cet article l’espace nécessaire dans votre journal.
La liberté d’expression est un droit essentiel dans toutes les sociétés et j´en suis un fervent Partisan. L’objet de cette liberté est le droit d’avoir son opinion et de l´exposer.

L’exercice de cette liberté comprend des devoirs et des responsabilités et vous convenez avec moi que la liberté d´opinion doit permettre à chacun d´éprouver ses idées dans la contradiction. En effet, depuis quelques semaines, un débat sans fin alimente les conversations non seulement au Mali, mais aussi au sein de la diaspora malienne à l’extérieur et qui, par conséquent, fait couler assez d´encre et de salives. Naturellement, ce sont les journaux qui se frottent les doigts et aussi les «Grins» nocturnes qui trouvent leurs débats ainsi nourris. Vous l’avez bien deviné, il s´agit de ‘’ATT-cratie… : la promotion d’un homme et de son clan’’

De cet article, loin de moi l’idée d’introduire un élément de polémique, il me semble indispensable d´apporter quelques éclaircissements sur certains passages qui me semblent offusquants et formellement diffamatoires dans ce livre. Je tiens simplement à vous faire part de ma surprise à la lecture de ce livre lorsque « le Sphinx » évoque peut être accidentellement si j´ose encore l´espérer, le cas de cet intègre et compétent cadre qu’ est M. Ibrahim Bocar Bâ.

Il commence par ceci en s’attaquant á M. Bah [S’agissant par ailleurs de la nomination des diplomates, le choix de Ibrahim Boubacar Bah, qui après avoir pillé la Banque de Développement du Mali (Bdm) sous le régime du Général Moussa Traoré aidait les jeunes ressortissants de Mopti, dont certainement ATT, comme ambassadeur du Mali à Bruxelles auprès de l’Union européenne a surpris l’opinion nationale……..]
Un Dramaturge français, Destouches, nous enseigne humblement que la critique est aisée, mais l´art est difficile. Je rappelle encore une fois que M. Bah au cours de sa brillante carrière dans la haute hiérarchie de l’administration malienne a eu le grand privilège de diriger non seulement la Banque de développement du Mali (Bdm), la Caisse autonome d’amortissement en tant que Directeur général, mais aussi à assumer la présidence du Conseil d’Administration de l’ex-Banque Centrale du Mali (Bcm).

Je me pose la question de savoir si le Sphinx s’est tant soit peu posé la question sur les raisons du fait que toutes les banques de développement de l’Afrique de l’Ouest ont connu le même sort que la Bdm. Savez-vous que la Bdm était la Banque exclusive des sociétés entreprises d’Etat qui occupaient 80% de son portefeuille? La plupart de ces sociétés d’Etat ont été liquidées et elles ont laissé leurs engagements à la Bdm. Est-ce Monsieur Bâ qui a géré ces sociétés? Est-ce que ce ne sont pas ces sociétés qui ont mis la Bdm en difficulté?

La Bdm, au moins, à la différence des autres banques de développement, a pu être réhabilitée.
Si cela a pu se produire, c’est parce qu’il lui restait encore quelques ressorts.

De la promotion dont il est fait mention dans le titre du pamphlet, M Ibrahim Bah l´a connue très jeune et cela bien avant les 2 régimes d´ATT. Cette progression exceptionnelle est loin d´être le fait du hasard. Elle est surtout le résultat de brillantes études effectuées, conjuguées aux responsabilités occupées tout le long de son séduisant parcours.

C´est donc tout logiquement qu´il occupe de nos jours le poste d´ambassadeur de la république du Mali en Belgique et à ce titre, il est aussi le représentant du gouvernement malien au près des pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) à Bruxelles, tâche d´ailleurs qu´il assume avec beaucoup de dévouement et d’autorité. Pour un Curriculum Vitae aussi garni, la moisson d´un potentiel détracteur me semble bien maigre. Il est indéniable qu’il faut bien des compétences reconnues et variées, notamment en économie, dans la diplomatie pour occuper un poste aussi prestigieux.

Son talent de négociateur et sa maîtrise des dossiers économiques font de lui un interlocuteur de qualité auprès de nos partenaires des pays ACP et de l’Union européenne. Vous n’êtes pas sans savoir que lorsque l’Union européenne a suspendu son aide à la Guinée, pays voisin et frère, M. Bah faisait partie des trois membres des pays ACP, qui ont étés sollicités pour servir de médiateurs. A ce niveau ce ne sont pas les critères délateurs ou les histoires de courses chevaux à Mopti qui ont servi de base pour choisir M Ba comme médiateur, mais plutôt sa valeur intrinsèque.

Les assauts répétés contre cet éminent cadre qui a toujours su se distinguer par son sens du devoir, me semblent bien caducs. Les affirmations sont gravement calomnieuses et force est de remarquer que l’examen sur sa personne porte plutôt en lui les stigmates de la haine ou un désir de vengeance qu´une simple analyse politico-économique. «Où rampe la raison, l´honnêteté périt» disait Victor Hugo dans les quatre vents de l´esprit. On ne peut pas penser impulser un éveil démocratique en vilipendant gracieusement ceux qui font la fierté de notre pays. Quand Le Sphinx s’attaque à M. Ibrahim Bâ, cela traduit non seulement des lacunes dans ses sources mais aussi démontre la caducité manifeste de son inspiration. Fort désagréable est de constater qu’il parle sans chiffres et pis sans sources quand il l´accable dans sa gestion.

Un dicton bondé de modestie nous apprend sagement qu´avant d´admettre l´absurde, on épuise toutes les solutions et surtout dans le doute on doit s´abstenir.
Plus loin, il revient à la charge en évoquant que [M. Bah passe plus de temps au Mali que dans ses juridictions. Il s’offre même le luxe de venir assister aux courses de chevaux dédiées au Président ATT dans la région de Mopti……].

Cela est palpable qu’il n´ait rien à reprocher à M. Ibrahim Bocar Bâ.

Comme il l’a d´ailleurs précédemment remémoré, M. Bah est originaire de la region de Mopti et s´il se trouve á Mopti et doit assister chez lui aux courses de chevaux aucun esprit eclairé ne verrait un signal affolant dans cette attitude et ce n´est pas aujourd hui que M. Bah expose sa passion pour les chevaux, comme peut être le Sphinx pour le foot ou un autre sport. Si j´ai un conseil á lui gratifier, je dirai simplement qu´il lui faut beaucoup mieux pour l´affronter car «apprenti n´est pas maître». Il m´est simplement regrettable de constater, que la méconnaissance de la personne qu’il manifeste, frise la désinformation. Emmanuel Kant, célèbre penseur allemand depuis l´époque des lumières dans sa critique de la raison pure disait que «des pensées sans contenues sont vides, des intuitions sans concepts, aveugles».En conséquence, je ne peux que déplorer l’aspect partisan, les confusions et les raccourcis simplistes qui tentent de le diaboliser.

ABDOUL DIA Logisticien á AIRBUS- DEUTSCHLAND (Hambourg)

Commentaires via Facebook :

PARTAGER