Centre du Mali: le Premier ministre lance une distribution de 8.000 tonnes de céréales

1

Le Premier ministre malien Boubou Cissé a lancé jeudi à Mopti, dans le centre du pays, un programme spécial d’urgence de distribution de 8.000 tonnes de céréales dans cette région frappée par les violences, qui concentre l’essentiel des déplacés au Mali. 

Depuis l’apparition en 2015 dans le centre du Mali du groupe jihadiste du  prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls,  traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs «groupes d’autodéfense».

«Le nombre de personnes déplacées internes fuyant ces violences a quasiment  quadruplé dans les régions de Mopti et de Ségou entre mai 2018 et mai 2019,  passant de 18.000 à 70.000», a indiqué le 1er  juillet dans un communiqué le  Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations unies. «La région de Mopti, à elle seule, enregistre un quart -soit plus de 924.000 personnes- des 3,8 millions de personnes touchées par un manque sévère de vivres ou à risque dans le pays durant la période de soudure de juin  à août», selon l’OCHA.

«C’est un geste extrêmement fort, le lancement de l’opération de  distribution gratuite de 8.000 tonnes de céréales», a déclaré M. Cissé à la presse après la cérémonie. En sa présence, les camions chargés de vivres ont pris le départ de Sévaré pour plusieurs localités du centre du pays.

«J’ai visité des sites de déplacés ce matin (près de Sévaré, NDLR). Les  populations demandent une assistance et nous devons y faire face», a ajouté le  chef du gouvernement, arrivé mercredi à Mopti avec plusieurs ministres, pour une tournée dans la région jusqu’à dimanche. «Je vais rencontrer les jeunes, les femmes, tout le monde, pour évoquer la situation sécuritaire que nous avons le devoir de régler», a-t-il indiqué.

Selon son entourage, il devrait annoncer l’arrivée de renforts dans la région. Dans un communiqué, le gouvernement a annoncé que le Premier ministre  aurait «des échanges avec le commandement militaire pour discuter avec lucidité des enjeux de la sécurisation de la première région militaire du Mali en terme d’effectifs».

 SD-KT/SST/THM

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Quand le Chef de l’ETAT dit qu’il n’y a pas de conflit ethnique ou interethnique au Mali… Il est dans son rôle…, et c’est bien ainsi.
    On sait qu’il en souffre moralement tout comme son Premier Ministre et tout Malien qui aime le Mali… Mais, il me semble qu’il est difficile d’éradiquer un problème, quand même on refuse de reconnaître déjà son existence.
    Ce qui se passe au Centre du Mali est un scandale sans nom. Des rebelles apatrides croyant détenir un territoire, font venir des mercenaires pour les aider, non seulement s’attaquer à la souveraineté du Mali sur son territoire, mais aussi à se livrer à des massacres d’innocentes Populations. Des massacres qui ressemblent bien à un nettoyage ethnique comme on l’a vu en Bosnie Herzégovine dans les années 1990.
    Les Tueurs, de quelque camp qu’ils appartiennent…, j’espère qu’ils auront, un jour à répondre de leurs crimes devant la CPI ou devant toute autre juridiction.

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here